• 11 novembre

     

     Suspension des hostilités ...

     

     

    11 novembre

    Ce fut, c'est, ce sera ... je dirais bien un voeu pieux mais j'essaie de rayer de mon vocabulaire le plus possible de mots religieux ... disons, un fantasme humain, un fantôme du mal passé et du mal pérenne. Guerre des peuples, guerre des mentalités, guerre des prosélytismes, guerre des monnaies sanglantes. La chair n'est plus à canons mais à bombes, à roquettes, à kalachnikov, à pétarades ponctuelles sanguinaires ; à chimie, cachée, retorse, souterraine souvent. Et cela, à presque tous les endroits du globe, alternativement ou en même temps. Et en plus des corps broyés, éclatés, ouverts, décapités, lapidés ou pendus, la souffrance, sanguinolente sur des corps perdus, se fraye un chemin lourd dans les cerveaux et dans les ressentis. Les coeurs se briseraient à moins dans ce monde que je vois noir.

     

    Dénué de lumière.

    Alors fêtons oui, cet ancien jour de novembre où l'on crut peut-être un temps en des lendemains plus doux, en une hypothétique sagesse des humains cruels alors qu'ils ne sont jamais que des homines viris feminisque lupi, à jamais. Ouais, je sais, je dis beaucoup de mots tristes ; ne vous y trompez pas, cette lucidité que je m'octroie ne m'empêche pas de célébrer encore plus les zones de soleil que je traverse, et dans la rue, et dans les regards et les coeurs de certaines personnes.

     

    (Une variante de cette image là-bas ...)

     

    « InterludeDes lettres »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    patrick
    Lundi 11 Novembre à 07:36

    Athée comme toi ( avec un zeste d'anti-Cléricalisme aussi , ne les oublions pas ), J'aime bien "Vœu Pieu".

    Je ne le classe pas dans le vocabulaire religieux, mais plutôt dans l'autre camp. : pour moi ; il qualifie  bien ces vœux qui sont assis sur de l'immatériel ,  du spirituel, du bienveillant mais sans plus , ou bien du sable , en tout cas de cette aspiration sans doute profonde à un idéal que l'on ne transforme, en fait , jamais en Projet. C'est peut être ce qui en fait des échecs potentiels , puis avérés.

    Mais pour la Der des Ders, un clin d’œil de l'Histoire m'interroge un peu plus qu'il ne m'amuse. La campagne de pub TV sur la privatisation de la Française des Jeux, où le spot montre l'origine de la la Loterie Nationale, qui est devenue FdJ, Elle avait pour mission l'aide aux mutilés de la Guerre 14/18 et leurs  familles , et on y voit de façon "soft , propre et arrangée",  les Gueules Cassées ( nom de la Loterie a l'époque ) et leurs pansements , bandeaux , infirmités  et autres signes des blessures de guerre dont tu parles si bien.

    Signe de l'évolution des Temps , cette ouverture du capital de la FdJ au bon Peuple de France va lui permettre de participer avant même que la guerre n'ait eu lieu. il y aurait  du Gerard Majax chez nos dirigeants ?

      • Mardi 12 Novembre à 12:32

        Fines remarques, ce qui certes ne m'étonne guère. Merci de ton "témoignage" ...
        Gérard Majax : rire ; ça faisait des lustres que je n'avais point entendu ce nom :-)

    2
    Lundi 11 Novembre à 16:32

    Eh bien contrairement à Patrick, dans le vœu pieux, je vois bien une illusion, voire une chimère, et pour moi ça correspond bien à la religion, du moins ce qu'en font les religieux, et je brasse toutes les religions dans ma phrase.

    L'être humain est peut-être au fond un animal de guerre... Et on ne peut oublier que "la Der des Ders" ne le fut pas pour tous, qui laissa un amer goût de revanche à certains.

    Pourtant, et en dépit du fait que les guerres persistent, on vit globalement de mieux en mieux sur la planète, et l'humain prolifère... Ce qui n'aurait sans doute jamais pu se produire si l'humanité n'était pas mue en profondeur par des forces altruistes. Il n'est qu'à voir la solidarité qui se met en place spontanément lors d'une catastrophe naturelle...

    Tes mots ne sont pas si sombres, ils sont forts, objectifs, reflètent parfaitement la cruauté de tes photos, et pourtant, ils me portent vers le soleil. 

    Tendresse.

     

     

     

      • Mardi 12 Novembre à 12:35

        Ah, ressenti lexical différent :-)  C'est le "jeu" ... Merci pour tous ces jolis mots offerts par toi et qui me font toujours plaisir et m'émeuvent.
        Tendresse.

    3
    Lundi 11 Novembre à 19:37

    Ce n'était pas la "der des ders", et si les guerres de maintenant, modernes quoi ... :-( , qui ne portent plus leur nom sont plus vicieuses, insidieuses, elles font toujours des victimes au nom de .... je crois bien que c'est surtout au nom du fric ...

    Vous prendrez 2 heures de vidéos de chats sur YouTube, c'est une bonne ordonnance ...
    Ça fera 25€, ne me remerciez pas ... je m'en vais en prendre aussi ...  :-)

     

      • Mardi 12 Novembre à 12:29

        Oui, le fric, le pouvoir, les deux ... D'ailleurs, tes consultes sont pas très chères :-) !
        Oui, des vidéos de chats ... mais pas tout de suite, je pense au mien de façon encore un peu trop douloureuse ...

    4
    patrick
    Lundi 11 Novembre à 22:24

    je me rends compte de ma faute  sur le mot " PIEUX"...Et je ne chercherai même pas le sens de ce lapsus calami, même si ça doit pouvoir être croustillant .

     

      • Mardi 12 Novembre à 12:24

        Loin de moi l'idée de faire le moindre commentaire sur ce lapsus mais j'avoue ... j'avais souri ! :-)

    5
    Mardi 12 Novembre à 06:42

    nous rêvons, nous aspirons, nous voudrions un monde en paix ... où "les hommes vivraient d'amour, où les soldats seraient troubadours ... et nous nous serons morts, mon frère"  mais les guerres sont ...et toutes, là où elles se font, sèment l'horreur ... bien avant la mort où il est dit qu'on repose en paix ...

    Il y a en tout homme ces deux aspirations simultanées qui le font aller tantôt vers l'arrogance belliqueuse, tantôt vers l'altruisme humaniste  ... et seul le "libre-arbitre" peut nous sauver de ces "humeurs" changeantes ...

    ce serait à désespérer si nous n'avions en nous cette faculté de "rebondir" pour reconstruire ... c'est aussi cela l'humain et ce fait me permet encore de croire en lui et en lui seul !

    amitié .

      • Mardi 12 Novembre à 12:39

        Contrairement à toi, j'ai toujours du mal à ce que le positif (l'espoir ?) prenne le dessus, et j'ai tort dans le sens où ta vision de la vie est beaucoup plus porteuse ! Merci à toi.
        Amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :