•  Période *

    AVEC LE TEMPS (32)

    * pascale

     

    Refrain connu, les jours, les années se suivent et point ne se ressemblent, et tant mieux, que serait la vie sans surprise ? Et les surprises c'est bon ou mauvais, ça dépend, mais ça réveille l'oeil : étonnement !
    Faut-il parler, faut-il écrire sous influence, je ne sais pas, j'ai succombé et fini ce délicieux sancerre que tu avais apporté et que nous avons commencé ensemble : un vin qui me fait penser au métal, et un vin qui pour moi, je crois, symbolise l'homme à l'esprit élégant.
    Non, je n'allais pas ne rien boire avec ce cake salé tomate-fromage, brouillon pour les autres à faire et partager en famille, pour Pâques. Cette fête, elle ne représente plus rien pour moi, je ne suis plus une enfant, mes enfants sont grandes, et je n'ai pas (encore ?) de petits-enfants. Pâques, c'est les oeufs dans le jardin : je n'ai pas de jardin, non plus. J'avais même oublié que c'était le week-end à venir. Les dates me deviennent incertaines, les jours, les chiffres s'emmêlent. Les crayons. J'aime bien cette expression : "s'emmêler les crayons" ... C'est quand même une phrase étrange, quand on y pense.
    L'année dernière, j'avais parlé du son des cloches (clic pour ding), et de mon enfance, rengaine récurrente, même si ce n'est pas tous les jours. Est-ce que plus on vieillit, plus on pense à son enfance ? Voilà qui m'étonne ! Pourquoi ce serait comme ça ?
    Je n'ai aucun souvenir du Pâques de l'année passée. Mais fort probablement étais-je allée, comme demain, dans ma famille ; sans doute était-on allé voir la grand-mère. Et cette année, on ira fleurir sa tombe, car elle est morte depuis peu. La vie est une histoire de roue et de faux.
    Je ne sais même plus ce que c'est, Pâques ? Ah oui ! La résurrection du Christ. Qui pense encore à ça ? Pâques, c'est la fête des lapins, et des oeufs en chocolat. Souvenir, encore : ma mère qui peint des oeufs, pour Pâques, la tradition veut que ce soit avec des pelures d'oignons, peut-être, j'ai oublié ... ça a dû finir en colorants, donnant peu l'envie de manger ensuite un blanc devenu bleu ou vert ...
    Tant de choses s'estompent.
    J'ai toujours rêvé d'habiter un presbytère. J'ai envie, là, d'entendre chanter et battre, au rythme de mon coeur, des cloches d'église, un verre de sancerre à la main.
    Joyeuses Pâques à vous.

     

     AVEC LE TEMPS (32)

                                                                                                                                  photos © Le Krop


    Lauren Shub, Moondance (reprise de Van Morrison ; merci pour la découverte, Mario)

     


    9 commentaires