•  

    Présent crénelé

     

    Flash médical

     

    De nature migraineuse, j'ai eu de belles crises douloureuses dans ma vie. Moins fréquentes et plus rapidement domptables, la vieillesse aidant... Mais ce qui me prévient le plus souvent, à présent, c'est l'aura qui les précède.
    Les personnes affectées de ce type de désagrément connaissent bien cette manifestation sans gravité mais spectaculaire à vivre et à regarder... ses prémices ... cette sensation de points brillants qui arrivent et vous cernent, puis s'enchaînent jusqu'à former un arc ou un cercle en un maillonnage doré qui dessine des petites formes dentées clignotantes. Au fil des minutes, entre cinq et quinze pour bibi, le dessin se délite en s'élargissant, jusqu'à disparaître progressivement hors du chant de vision, et s'éteindre. C'est une drôle d'expérience. Impression d'être sous LSD (j'imagine, je n'ai jamais essayé), hors de contrôle de soi. Il faut juste attendre, tranquillement, que ça passe, à cela près que parfois, être environné de mouches d'or virtuelles est assez anxiogène, même si on sait. J'ai lors de ces épisodes un réflexe pavlovien, je pense au poète René Char et à son présent crénelé, formule tirée d'un de ses recueils et qui me fut donné comme sujet de disserte au temps de ma jeunesse. L'expression me parle, m'a toujours parlé, pour d'autres choses hormis le dessin en créneau flottant de migraines passagères ; elle me semble être un résumé de la vie, avec tous ses contrastes : les hauts les bas, les vides les pleins, les ténèbres et les soleils.

    Flash médical


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires