•  

    Surfaces

     

     

    Les yeux fermés

     

     

    Souvent, quand je me mets, en enfilade, à évoquer des lieux d'avenir inventés, des temps d'avenir  après que et quand il y aura eu, il me dit que je rêve ... toujours je lui réponds que le rêve est gratuit et que cet or-là, j'y ai droit autant que je veux ... que ça ne fait pas mal, pas à moi en tout cas. Chacun ses pays. Les miens auront surtout été imaginaires. Un vieux réflexe hérité de l'enfance. Une projection sans borne. Une survie peut-être ... ce vieux truc de l'espoir qui meurt en dernier. Épi d'abord, je commence toujours par : Si d'ici là on n'est pas morts..., ce qui est bien un gage de réalité, pas vrai ? Rêver, ce ne serait pas, juste, qu'on s'imagine l'immortalité, cette invention de tous les possibles ? La mort n'est-elle pas après tout seulement un éternel sommeil sans images ?

      

     


    Graham Nash, Encore (et en vidéo, c'est encore mieux) 

     

     


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires