•  

    Autre expo

     

    Dans une autre salle

     

     

     

      (cliquer pour lire plus commodément)

     

     

     

     

     

     

      Au même endroit que dans mon billet précédent, on pouvait découvrir des re-tirages de certaines anciennes photos de l'artiste mort il y a maintenant quelque trente ans, qui vécut très vieux, et dont on se souviendra peut-être qu'il fut le photographe habilité à prendre la photo officielle d'un de nos présidents (Giscard d'Estaing).
      Mais pour moi, Lartigue restera un des premiers anciens photographes que j'aie découverts, et dont l'œuvre m'ait émerveillée. J'avais alors le regard vierge et tout à apprendre, et certaines choses frappaient ma rétine avec un enthousiasme que je ne m'explique plus aujourd'hui, même si je ne suis pas encore blasée par "l'image", il s'en faut de beaucoup.

    Je me souviens particulièrement de cette femme au chapeau et aux fleurs, en l'occurrence un tantinet anachronique, environnée de rayons verts très contemporains, ceux des reflets ... mais qu'importe, l'idée est là.

     

    Dans une autre salle

     


      Bon, cette admiration-là m'est un peu lointaine, même si les vues n'en restent pas moins belles comme le bonheur tranquille d'un autre temps : d'abord, parce que je ne recherche plus, en tout cas pas forcément, dans la photographie, le joli, le léché ; ensuite, il faut bien sûr replacer les clichés dans le contexte de l'époque d'alors : l'art photographique était encore tout jeunot, contraignant, et naturellement les photos étaient faites dans des lieux et auprès de personnes qu'on côtoyait : Lartigue était riche, ses images relèvent de cette vie.

     

    Dans une autre salle

                                                                          (détail)

     

     Dans une autre salle

                                                                          (détail)

     

      C'est dans le même temps, je crois, que j'ai découvert les photos des frères Lumière ... du même monde ... ouioui, ceux-là même(s) qui inventèrent les images mouvantes, voire émouvantes.

     

    Dans une autre salle

     

    Celle-ci, enfin, de Lartigue, vous vous en douterez, me plaît tout particulièrement, et qui, habitée, encore, par des rayons comme extra-terrestres, donnent une dimension contemporaine, soulignant du trait d'un crayon d'aujourd'hui, des images si lointaines, maintenant.

     

    Dans une autre salle

     

      Et pourtant, les coquelicots, moins fréquents que l'enfance, on en voit encore ... quant à la plage, quoi qu'en fassent les humains, elle a, pour l'instant, le même charme, puissant, onirique, et perenne.

     


    11 commentaires