•  

     

    Magie blanche

          Parce qu'il y a eu cet oiseau jouant à saute-mouton par-dessus l'absence de nuages, dépassant, en même temps que le fil urbain qu'il éloignait, mon regard sur la plaine unie devenue pâle. J'ai frissonné comme si c'était sur mes ailes à moi que glissaient le froid et le silence. J'ai ouvert la bouche comme si j'allais répondre à la parole qu'il n'a pas chantée. J'ai eu envie d'être lui. Un instant. Celui d'une trace vivante dans le ciel. Celui d'une liberté qu'on se donne, même rugueuse, même solitaire. Mais intègre. Pure.

     


    18 commentaires