• Avant le printemps

    Corolle*, corole

     

    Le sujet de ce billet était au départ lexical. Ayant à écrire le mot du titre, impossible de me rappeler si ledit s'écrivait avec un ou deux l (rigolo, d'ailleurs, quand on écrit deux l, on n'en écrit qu'un, en fait... ah ! la langue française). J'ai donc dû vérifier (comme d'hab, sur Internet et les mots polysémiques, les premières arrivées sont commerciales, et là c'est une  marque de poupées pfff !) et ai (ré)appris que l'orthographe disons de base, est "corolle" MAIS que les dernières dispositions orthographiques permettent "corole"... so, don't worry, friends, écrivez comme ci ou écrivez comme ça, vous aurez bon !

    Une fois ce problème épineux (ce qui, somme toute, cadre assez bien avec la notion de fleurs) résolu, l'idée m'est venue de chercher des corol(l)es dans mes tiroirs : je les ai trouvées dans le jardin de la maison de Monet, à Giverny ; des photos qui datent, mais de fleurs coupées qui sont restées fraîches.

     * [Du  latin  corolla « petite couronne », diminutif de corona, couronne]

     

                                                                                         clic pour cueillir

    Avant le printemps

     

    Avant le printemps

     

    Avant le printemps

     

    Avant le printemps

                                     ©ueillette par l'Oeil du Krop

     

    (Ce jour, une autre corole ou corolle plus... moins... ici  :-) ...)

     

    « Croquer le bitumeDomiciles fixes »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Mars à 09:17

    Avec un L ou deux LL

    Ces fleurs n'en sont pas moins fort belle !

    Bonne journée !

    Michel

      • Mercredi 1er Mars à 12:54

        Certes !  Merci.  :-)

    2
    Mercredi 1er Mars à 09:19

    Ah les réformes de l'orthographe... ! Je dirais plutôt l'orthogaffe... Ah ces réformes indispensables alors que le niveau lexical, orthographique et grammatical est déjà en-dessous de zéro. Une imbécillité de grande classe.

    Voui Madame, je suis contre ce nivellement par le bas. Cela permettra aux élites d'être encore plus élitistes. Oui, je sais, les langues évoluent avec le temps, le français que l'on m'a inculqué n'était plus celui du 18ème ou du 19ème. Est-ce une raison suffisante pour supprimer les accents circonflexes (ex :gène, gêne) ? Le législateur a mis au rencart les différences de sens. Or, selon le contexte, un individu saura faire la différence ou pas. Tiens, je vais proposer qu'on écrive vers (préposition ou rime poétique), ver (animal), verre (contenant), vert (adjectif), vair (matériau) de manière identique, ainsi tout le monde sera content. C'est vrai, quoi, autant aller au bout de la réforme et de ne plus savoir faire le distinguo entre les mots sauf si l'on est lettré. On oublie un peu trop que le latin est une base essentielle de notre langue, même si les substrats locaux ont intégré la langue romaine. Un exemple, toujours à propos de l'accent circonflexe. Forêt vient du latin : foresta. En français : forêt (nom commun), forestier (adjectif). L'accent circonflexe a remplacé  le S latin.  Ce que le législateur a oublié c'est qu'il existe un autre mot français : le foret (matériel pour perceuse). Sans accent. Pas grave, me direz-vous ? Le contexte donnera du sens. Foutaises.

    Merci d'avoir utilisé le mot corolle avec son double agrémenté d'un seul L. Et merci pour ces corolles de toute beauté qui sont les prémices d'un printemps dont on ne sait pas encore trop ce qu'il sera mais qui ragaillardira nos corps et nos esprits.

      • Mercredi 1er Mars à 11:42

        Tout doux, tout doux l'ami ... je ne suis pas à convaincre, et j'ai déjà exprimé ma passion des mots ("bien" orthographiés) via l'étymologie en particulier (mais...). Je me doutais bien, en évoquant le sujet, que des lecteurs rebondiraient sur les rectifications proposées , en même temps (avant, en l'occurrence) que sur les fleurs ! ... C'était d'ailleurs un peu fait exprès. je n'en dirai pas plus sur le sujet pour l'instant, mais j'y reviendrai, si ça s'y prête, après les commentaires. Merci pour cet ... élan !   :-)
        cela dit, je lis et relis la phrase : "Merci d'avoir utilisé le mot corolle avec son double agrémenté d'un seul L" et elle me parait, pardon, paraît :-), paradoxale puisque s'il faut employer l'orthographe "correcte", ce l unique ne devrait pas te plaire ; so, what ?

    3
    Mercredi 1er Mars à 09:37

    Merci de nous inviter à les regarder de près !

      • Mercredi 1er Mars à 12:55

        C'est ça !   :-)

    4
    Mercredi 1er Mars à 11:35
    Pastellle

    Je vois avec plaisir que tu les as choisies roses ! :)

      • Mercredi 1er Mars à 12:56

        Euh ... s'il y a une allusion, je ne saisis pas laquelle...

    5
    Mercredi 1er Mars à 14:04

    J'ai reconnu la fleur sur la seconde photo, c'est une digitale pourpre. Elle est appétissante, mais mortelle si on en abuse... (Mais non je ne l'ai pas goûté, promis! ;)

     

      • Mercredi 1er Mars à 14:29

        Mais c'est que tu es aussi douée en noms de fleurs qu'en noms d'oiseaux ! (J'ai mis l'image à l'envers parce que je trouve qu'ainsi on dirait des petits visages...)

    6
    Mercredi 1er Mars à 18:44

    Je dirais Corolle


    Merrci, Marioo B

    7
    Jeudi 2 Mars à 10:55

    Bonjour Nikole,

    Après avoir lu ton article,  un petit texte  m'est venu. Corol, corrolle, cor'ole corhol,... peu importe finalement...

    Comme tu le dis "so, don't worry, friends, écrivez comme ci ou écrivez comme ça, vous aurez bon !"

    Yes ! ... Est-ce pour autant que nous approuvons cette attitude ?

    Une belle réflexion sur notre langue !

    A bientôt

      • Jeudi 2 Mars à 12:13

        Merci d'être passé chez moi, ça me fait plaisir ! Je suis d'accord (quoique!) : "peu importe" oui, enfin non, enfin ça dépend : corole, pourquoi pas (l'image s'imprime sur le mot, une seule corole, et l'étymologie passant de nn à ll  n'est pas transparente donc...) des corrections de corrections, soit (événement laissé ainsi des années alors que c'était -je crois- une faute de copiste et que ça n'avait donc aucune raison d'être) mais pas de révolution injustifiée ; et donc je n'approuve pas tous les changements, mais j'admets que certains sont justifiés ou sans dommage collatéral ... psychologique (pour moi ! :-)...)

    8
    Jeudi 2 Mars à 12:25

    En fait j'ai un peu reparlé de cette chère/maudite orthographe (rayez la mention qui ne vous convient pas) mais je ne m'étendrai pas, enfin pas trop. Une réforme qui supprimerait les exceptions ne me semblerait pas malvenue, SAUF si ces exceptions ont lieu d'être ; c'est en fait, à ce que j'en sais, assez rarement le cas. Je suis comme Le Mousquetaire une farouche défenseure de l'accent circonflexe, s'il est cohérent (quand il remplace un s à l'origine, ou qu'il évite une ambiguité). Je suis moins attachée à l'orthographe d'usage (souvent illogique) qu'aux accords et aux structures. Mais quand on aime l'orthographe, n'est-ce pas parce qu'on l'a apprise à l'école, et que si on la change, on se sent trahi(e). À preuve que, je l'ai constaté, on n'est pas forcément attaché(e) farouchement aux même choses, quitte à être excessif/ve [ouais, je suis -aussi- pour la féminisation, de la grammaire et du reste] : par exemple moi c'est quand on dit "se rappeler de quelque chose" que je m'énerve (le maître : "On se souvient de quelque chose mais on se rappelle quelque chose), voilà, c'est lié à l'école ; je m'énerve moins, même si je sais que c'est redondant, à propos, par exemple, d'"au jour d'aujourd'hui" parce que cette erreur, je l'ai découverte sur le tard, et qu'elle est moins ancrée dans mon affectif. La langue a à voir avec le cerveau, certes, mais aussi avec le coeur, c'est pour ça que c'est si passionnel. Attention, je ne suis pas en train de dire que je m'en fous, oh là là, non (même si c'est sur le ton bienveillant de l'humour, je me fais traiter de "grammar nazie") mais j'essaie de prendre un (tout petit peu) de recul : pas simple hein, tout ça !! :-)

    9
    Patrick
    Vendredi 3 Mars à 00:05

    vive l'intégrisme orthographique et grammatical......quand une société accepte et permet , de passer des épreuves du Bac  en Breton, Basque , Catalan.... (ce qui peut s'entendre ) au titre de la préservation culturelle de ces patrimoines linguistiques , la moindre des choses est de protéger et ne pas dénaturer la langue nationale ....

    mais , puisque nos chères têtes blondes n'auront plus a décortiquer une phrase en "sujet/verbe/ complément d'objet ", grâce a la magnifique invention qu'est le Prédicat ...l'appauvrissement de la langue française , écrite et parlée est une réalité en marche  ( euh... , pas fait exprès , c' ui là ... )

    Faut-il craindre que bientôt, le même phénomène ne réduise le langage des signes à un seul ? ... le bras d'honneur, par exemple .....

    Enfin, J'dis ça , J'dis rien .........

      • Vendredi 3 Mars à 08:56

        Mais tu fais bien de l'dire !   :-)  Je me souviens d'un reportage où Daniel Picouly, quand il était prof, expliquait à ses élèves que verlan, c'était deuxième langue, la première, c'était français ! je trouve que ça résume assez bien ton propos, en partie tout au moins. Merci à toi.

    10
    Vendredi 3 Mars à 05:54

    Je préfère continuer à utiliser les deux l : corolle, c'est plus ouvert comme son, je trouve, cela représente mieux les pétales ouverts.

    Bonne journée.

      • Vendredi 3 Mars à 08:58

        Que voilà une façon poétique de défendre la chose ... Bonne journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :