• AVEC LA PLUME (21)

    Passage à vide

     

    - "Non!" hurla-t'elle, devant le tranchant de la hache qui allait s'abattre sur elle, tandis que, s'éveillant, elle voyait le mouvement inverse, éloigné doucement, du bras de Kurt qui, debout près du lit, sursauta.
    - "Tu m'avais demandé de te réveiller, j'ai seulement posé la main sur ta tête !"
    Elle fit semblant de sourire. Supporter encore cette journée, une autre, une autre encore. Le matin qui s'ouvre, chaque fois, sans relâche, sur elle, sa lourdeur, son flou, le manque de contour pour des désirs qui jamais ne parviennent à se dessiner.

     La veille elle avait compté ses crayons : quatre-cent-un, et jeté l'intrus, déséquilibre des chiffres impairs. Les cahiers, elle ne les compterait même plus, plein les tiroirs, accumulés dans des boîtes, conglomérats de remplissages d'espaces vides? Cathédrale de papier où elle aurait voulu se dissoudre lentement, un sang d'encre coulé au bout des doigts.
    Kurt avait pris son parti de ce paysage compulsif, névrotique. Mais combien de temps supporterait-il?

    AVEC LA PLUME (21)

     AVEC LA PLUME (21)

    Elle ne regrettait pas, non, mais jamais elle n'aurait imaginé si douloureux ce changement de vie. Les mots, chaque jour, l'environnaient, mais ce n'était plus comme avant. Naguère une mélancolie douce l'habitait, une paresse des mouvements de l'existence, mais avec un espoir toujours à venir, une attente précise, celle de la grâce. Qui n'existe pas.
    Aujourd'hui, elle se brûlait à un magma de matière vivante, elle glissait dans une spirale de questions. Sa quête était celle de l'insondable. Elle crevait à petit feu, s'auto-consumait.

     La nuit vint et elle savait que c'était son pays. À travers les perspectives mélangées de sa vision incertaine, la ville flottait hors de tout espace humain : étoiles doubles des lumières d'échoppes lointaines, couleurs et pointillés, surfaces noires et rouges, contours vagues, galaxies ...
    Elle aimait ce pont. Elle aimait tous les ponts, grands mécanos modernes qui enjambent fièrement les miasmes : eaux sales des fleuves, terres grouillantes, chantiers désordonnés, landes éperdues, sans ressort. Elle eut aimé, brisant le vertige, sauter, et flotter quelques instants, entre le bas et le haut, en attente.

     Le ciel était profond comme le début du monde, et elle écouta le silence violet comme si c'était la première fois. Elle se sentit puissante et légère, comme si les atomes de l'air, à cet endroit précis, la rendaient légère et puissante.  Et invisible, fondue dans l'espère de vapeur lumineuse qui la berçait.

    Kurt, amoureux de l'eau, des lointains, lui avait enseigné bien des choses. Elle sortit la corde marine du sac plastique, et fit patiemment autour de sa taille, puis de la rembarde métallique, un noeud sécure, solide.
    "Si tu veux transgresser ta peur, ne ferme pas les yeux, ne tremble pas : tu décides d'être un oiseau, tu l'es !"
    Alors elle respira lentement, par le ventre, cala l'escabeau qui pendant tout le trajet, lui avait scié la paume gauche, dessinant un long sillon rose tranversal, et hissée enfin, resta debout en équilibre, longtemps, regard rivé sur son avenir, tandis qu'elle caressait contre elle, lentement, la corde rugueuse et longue, bien plus longue que la distance, mesurée, entre la surface de l'eau et son corps.

    AVEC LA PLUME (21)

     

    « SANS YEUX (43), OREILLES (45), AVEC LE TEMPS (62)TEMPS (63), OREILLES (46) »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 12:21

    Oh, waow... Tristement magnifique, ou l'inverse, magnifiquement triste. Pas un mot de trop, ou qui semble manquer, ciselé donc. Bravo

    et baisers légers emplis d'amitié, aussi, bien sûr :)

    2
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 13:09

    C'est fatal, létal et sans égal. Bravo.

    3
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 13:56

    (miss V, c'est moi, pfff....)

    4
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 21:58

    Et puis parfois la hache tombe vraiment et peu importe la longueur de la corde... 

    5
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 10:05

    Bonjour Nikole .

    MERCI de ta visite .

    D'aimer la chanson de J.P.Mauric ♫  Oui , oui , oui  ♫

    Je l'ai réécouté ... Il est vrai qu'il saute très légèrement a un moment donné .

    Vu son grand âge ( 56 ans ) l'on va le lui pardonner ! lol he

    J'ai lu avec beaucoup d'attention ton très joli texte .

    MERCI du partage .

    Amicalement ... Dan .

    6
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 11:14

    Nikoooooooooooole ! c'est toi qui as écrit ça ? J'adore, c'est génial ! C'est complètement surréaliste l'évocation de cette nana qui saute d'un pont avec un escabeau et une corde "plus longue que la distance mesurée entre la surface de l'eau et son corps"... (oui, surréaliste... et cauchemardesque... mystérieux pour une fille qui aime tant la mer... sauter dans les eaux glauques et sales...)

     

     

     

    7
    Vendredi 31 Juillet 2015 à 07:51

    Un texte profond. Bravo.

    8
    Samedi 1er Août 2015 à 17:15

    Quel réveil en sursaut !!!

    9
    Mardi 4 Août 2015 à 08:08

    belle expression " le ciel était profond comme le début du monde "

    10
    Mardi 4 Août 2015 à 09:58

    MERCI à tou-te-s de vous être penché-e-s (attention au vertige) sur ma prose et de l'avoir commentée, positivement.

    (Lulette et Eva, un énorme merci en plus, je suis très touchée)

    (Concernant l'eau, Eva, une immense influence sur ce que j'écris, d'abord, jadis, que celle des étangs, ophélienne, je ne voyais l'eau que  comme ça -dans les écrits- glauque, aux deux sens du terme ... ensuite, j'ai éclairci, parlé des eaux vivifiantes océanes aussi, enfin l'alternance existe toujours, et la complexité intérieure ... par exemple je suis quelqu'une  perçue comme rigolote et gaie et la plupart de ce que j'écris se termine de façon triste, voire mortifère ... le mystère de l'écriture ...)

    11
    Mardi 4 Août 2015 à 10:23

    Nikole, ça ne m'étonne pas plus que ça : il n'y a pas pire tristesse qu'au fond des gens perçus comme des rigolos... L'humour c'est la politesse des tristes...

    12
    Mardi 4 Août 2015 à 10:30

    Merci pour ton retour sur cette page.
    En fait plus qu'une triste, je crois, je suis une mélancolique, encore qu'étymologiquement hein ! Probablement un coup de mes origines slaves ...  :-)

    13
    Mercredi 5 Août 2015 à 18:44

    Et mon côté quelque peu curieux me porte ici.


    Mais vous écrivez, je vois ! happy


    Et tu écris si bien. Et l'imagination suit..... L'histoire se déroule, ciselée. Et je me laisse embarquer, jusqu'à la chute.


    Je reviendrai. A bientôt donc.

    14
    Jeudi 6 Août 2015 à 08:34

    Bienvenue ici, Anita. Et merci infiniment pour ce message qui me touche beaucoup.

    15
    Lundi 3 Juillet à 07:22

    Comment qu'Tu touches !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Grave !!!!!!!!! Chapeau bas ......

      • Lundi 3 Juillet à 14:18

        Tu m'fais rire ... mais qu'est-ce que ça fait plaisir ! MERCI!!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :