• AVEC LA PLUME (22)

    À partir de vieux faits divers lus dans le journal du métro 20 minutes, j'avais écrit ce que j'appelle mes Diversions, petits textes qu'ils m'ont inspirés, même si c'est parfois de très loin. C'est un de ces écrits que je vous propose aujourd'hui.

     

    Fait divers : Une mère et sa fille retrouvées mortes : Les corps retrouvés lundi à Grandville (Manche) et sur une plage voisine sont ceux d'une mère et de sa fille de la région. La femme vivait seule avec sa fille de 5 ans. Les corps, qui ont séjourné dans l'eau, ne présentent pas de trace de coups. Les victimes étaient habillées.

     

    AVEC LA PLUME (22)

     

    Nedjma s'amusait comme une folle ; c'était la première fois qu'elle voyait la mer. Elle tapait le sable mouillé de ses petits pieds nus en secouant ses boucles brunes. Sa mère l'écoutait rire et battre des mains, étonnée, émue et désespérée.
    Elles étaient au bout d'une route, au bout du monde, sur une grève où seuls leurs regards étaient encore clairs. Elle, était fatiguée de se battre, épuisée par tous ces kilomètres avalés pour mettre une distance, même éphémère, même artificielle, entre la décision du juge et elle. L'enfant chantait, jouait, riait, étrangère à la guerre qui se jouait autour ; pour elle la vie était ce seul instant où le vent jouait dans ses cheveux, où le sable grattait sa peau, où sa maman la regardait.
    La petite approcha de sa mère et tendit les bras. La femme alors, chavirée, serra fort son trésor, tu es mon trésor, tu es mon trésor, tu es ma vie. Leurs cheveux blonds et bruns se mêlaient. Leurs visages se pressaient, pluie de larmes brillantes, océan de sel. Elles tournaient et dansaient, ivres presque. Elles tournaient, de plus en plus vite, de plus en plus loin, et leurs robes, ralenties, alourdies, vague après vague, par l'eau qu'elles charriaient, les entraînait vers le large, profond comme l'amour.

     

     

    « AVEC LES POUMONS (13)AVEC LA TÊTE (24) »

  • Commentaires

    1
    Mardi 11 Août 2015 à 07:58

    C'est poignant. Un très beau texte.

    2
    Mardi 11 Août 2015 à 08:39

    Un exercice très intéressant ! Et un texte court bien suffisant pour "expliquer" un fait divers qui sont si souvent générés par l'amour... Une très belle vignette taillée au couteau.

    3
    Mardi 11 Août 2015 à 09:22

    Belle proposition. Le réel est souvent un bon motif à fiction. Touchant dans son style et sa douce radicalité.

    4
    Mardi 11 Août 2015 à 18:40

    "avec les poumons" ? Vraiment pas gai.

    5
    Mercredi 12 Août 2015 à 11:08

    Je suis venue hier, j'ai lu, et ça m'a bouleversée... 

    6
    Mercredi 12 Août 2015 à 15:00

    Merci infiniment à vous d'avoir apprécié l'exercice, et ma littérature ...

    (même si, AniLouve, elle n'est pas gaie ... même "avec les poumons" oui ...)

    7
    Jeudi 13 Août 2015 à 08:58

    Je me souviens de ce "fait divers"...

    Trop souvent passés sous silence tant la politique étrangère, l'économie mondiale, les guerres à travers le monde semblent passionner les journalistes, ces tragiques moments de vie ne sont qu'éphémères dans la presse aussi bien écrite que télévisée...

    Ce n'est pas du voyeurisme mais ils mériteraient qu'on s'y attarde un peu plus et que nos journalistes si prompts à relayer les mauvaises nouvelles prenaient le temps de faire leur métier et de décortiquer un peut les choses afin d'expliquer ce qui peut conduire un terrien à se comporter ainsi...

    Quel désespoir peut être si fort qu'il pousse une maman à se conduire de la sorte...

    "On" dit très facilement que mettre fin à sa vie est une forme de lâcheté... au contraire, quel courage il faut pour franchir cet unique pas qui nous fait passer de vie à trépas... surtout quand on entraîne quelqu'un avec soi vers cette issue fatale...

    "Tu es mon trésor, tu es ma vie..." et pourtant, le désespoir a été plus fort que la vie...

    Ce douloureux fait divers est depuis oublié, remplacé, occulté par tous ceux qui ont suivi et qu'on l'on oubliera vite... Mais toi, tu n'oublies pas...

    C'est beau ce que tu as écrit... pour qu'à notre tour, nous n'oublions pas...

    8
    Jeudi 13 Août 2015 à 09:19

    Merci pour ce long commentaire, Roger. J'ai bien sûr brodé, je ne sais ce qui s'est passé, mais comme toi, les faits divers me touchent, comme autant de faits dramatiques intimes, et parfois liés, mortellement, à des sentiments comme l'amour ou la passion.
    Encore merci et bonne journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :