• AVEC LES OREILLES (11)

    C    comme    CANADIEN  (en concert)

    La première fois que je l'ai vu, j'étais en rage : il avait parlé les deux tiers du temps, en américain, bien sûr, se souciant comme d'une guigne que seuls les parfaits anglophones  comprendraient tout ce qu'il racontait ; ils font souvent souvent ça, les Américains, ils s'imaginent que tout le monde est censé comprendre leur langue.
    La deuxième fois, j'ai voulu "écraser ce fichier", comme on dit pas très bellement mais clairement en langage informatique, mais c'est lui qui s'était fait écraser, ou pas loin, le doigt, juste avant le concert, lequel avait of course été annulated.
    Bon, ben ça y est cette fois ... j'ai vu, le 6 juin, Neil Young en concert à Paris-Bercy. Avec ses vieux camarades de Crazy Horse.

    AVEC LES OREILLES (11)AVEC LES OREILLES (11)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                                           Avant (notez les t-shirts spécial fan : à gauche, Neil Young, à droite, la même lignée, Crosby, Stills & Nash)
    Et une fois à l'intérieur, faut pas avoir le vertige :

    AVEC LES OREILLES (11)

    Bercy est une salle gigantesque.

     

     

    Je ne me souvenais pas de cette

    "arène", de ce vide : on finit par

    s'habituer (un peu) mais je n'avais,

    le peu de fois que je suis venue,

    jamais été placée aussi haut, et ça

    fout les miquettes !

     

     

     

    Quelques photos, pour tenter de vous donner une idée de l'atmosphère ... (en cliquant, vous vous approchez ...) 

    AVEC LES OREILLES (11)AVEC LES OREILLES (11)

     

     

     

     

     

     

     

     

     AVEC LES OREILLES (11)Avec les nuées de lumières des portables qui ont remplacé les

    AVEC LES OREILLES (11)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       flammes des briquets ...

    AVEC LES OREILLES (11)AVEC LES OREILLES (11)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Curieux concert. Ces musiciens-là, quand ils sont ensemble, ne jouent pas de la guitare, ils conduisent des tanks, mais c'est tant mieux car c'était ça que j'attendais. Il y a bien eu Heart of gold et un autre "classique", pour les nostalgiques, ceux qui applaudissent, à tout rompre, leurs souvenirs sans doute, mais l'essentiel galopait comme un vieux cheval fou lourd et puissant. Ils connaissent leur affaire, ils ne sont pas tombés de la dernière pluie, Neil Young a toujours une belle voix profonde et accrocheuse et une présence physique et musicale énormes. Mais curieuse impression de distance. Soit, je n'ai pas boudé mon plaisir, je me suis beaucoup agitée sur mon siège inconfortable et soit, il y a eu quelques moments magiques, c'est vrai, mais qu'a-t'il eu besoin de "décorer", par instants, son concert, de cette chorégraphie étrange de musiciens en blouse blanche s'agitant au loin (j'étais trèèès loin, et même avec les écrans ... ce mime n'était pas compréhensible). Et c'est quoi, ce final d'une chanson qui dure un bon quart d'heure, de façon inutile, superficielle et agaçante ? Rythme dérangeant, les chansons parfois s'enchaînaient. Ou alors le contraire, des blancs, des silences entre deux chansons. Comme si le professionnel se mêlait d'amateurisme (se voulait cool ?). Applaudissements en l'air, décalés. Mouais, ça m'a laissée un peu perplexe. Et encore, comme je disais, j'ai aimé les sonores artilleries lourdes ; mon voisin de droite, impassible tout le long, n'a pas accroché du tout. Suis-je difficile, désenchantée? Les musiciens de mon adolescence ne correspondent-ils plus à mes attentes, quand je les vois dans la vraie vie (en partant du principe qu'un concert, c'est la vraie vie) ?
    Bon, faut pas exagérer mon plus, je voulais voir, j'ai vu ! Voici deux vidéos glanées sur Youtube parce, si les images sont pourraves, les petits films rendent bien l'atmosphère de bons moments. Et si vous voulez en voir, et surtout en écouter un peu plus, il y en a d'autres ...

     

    AVEC LES OREILLES (11) 

     

    Justement, je suis retombée hier

    sur la biographie du Canadien à la

    voix qui nasille. On me l'avait

    offert, je l'avais bien sûr égaré

    dans une pile de livres... je vais

    m'y ré-atteler ... histoire de voir un

    peu ce que raconte le bonhomme

    sur les autres ... et sur lui-même.

     

    Let's roll !

    « AFFLAC (57)AVEC LA TÊTE (11) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lundi 10 Juin 2013 à 07:12

    Ses derniers disques ne volent pas très haut...


    Tu sais, s'il est natif du Canada, ça fait des décennies qu'il n'habite plus ici.

    2
    Lundi 10 Juin 2013 à 08:11

    Des tanks qui galoppent comme de vieux chevaux fous ? Super ! Je crois que tu t'es bien éclatée.

    3
    Lundi 10 Juin 2013 à 17:53

    Merci pour le reportage.
    Mal aux oreilles garanti + vertige, un sport de haut vol alors maintenant les concerts !

    Bonne soirée.

    4
    Lundi 10 Juin 2013 à 21:32

    Mario : certes certes, mais l'on est toujours du pays où l'on naît.
    AniLouve : par moments, oui.
    Big-Bear : haut (vol) est le terme qui convient.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :