• AVEC LES YEUX (105)

    Expo*

      AVEC LES YEUX (105)

    *Frida Kahlo

     

    AVEC LES YEUX (105) 

    ... j'allais oublier ... et Diego Rivera.
    Fâcheux oubl
    i : ces deux-là sont difficilement dissociables, même si, au moins physiquement, ils semblent aussi assortis qu'une carpe et un lapin ; d'ailleurs, pour ceux qui les entouraient, ils étaient la colombe et l'éléphant ...

     

    AVEC LES YEUX (105)

     

                  

            

     

     

     

                                    (photo -détail- empruntée au Net sur le  blog de Christophe Renoux, Vagabondage)

     

     

    Il faut dire que comme je préfère la peinture de Frida à celle de Diego, et que c'est son univers, et sa personnalité à elle, qui m'ont conduite à suivre A pour aller à l'Orangerie ...

     

    AVEC LES YEUX (105)

     

    De cette expo, pas d'images ici, ou presque ; en tout cas pas des tableaux ... Comme souvent dans les musées parisiens, et dans les musées tout courts, les photos étaient interdites et les gardiens ... chiourmes. Inutile d'insister.

     

    Par ailleurs, les peintures des deux Mexicains fleurissent en nombre sur Internet ...

     

     

     

    Les oeuvres de Frida sont beaucoup plus petites qu'on ne les imagine ; dans les livres, on ne se rend pas compte de l'échelle des choses (au contraire de celles de Diego ; cela dit, comme il faisait beaucoup de fresques ...) Elles sont rassemblées par séries, dans trois salles, et assez rapprochées, ce qui donne l'impression d'une présentation manquant d'ampleur. Et, accessoirement, n'aide pas à la fluidité du flot visqueux des visiteurs. Mais voir, en vrai, de près, la représentation du corps disloqué de Frida après son accident de bus, et les autres tableaux des douleurs inscrites dans sa chair, est toujours un moment émouvant pour qui s'y intéresse.
    Je signale par ailleurs qu'un très beau film retrace sa vie (Frida, de Julie Taymor, 2002, d'après un livre de Hayden Herrera).

     AVEC LES YEUX (105)

     

    Nous étions arrivées entre midi, comme on dit familièrement (pour parler de cette période floue entre midi et treize-quatorze heures pendant laquelle on a coutume de faire la pause-déjeuner) et avions attendu sous la pluie pendant une petite heure ... Quand nous sommes ressorties, nous avons constaté qu'il fallait en attendre deux ... Sont courageux les assoiffés de l'art ...

     

    AVEC LES YEUX (105)

    AVEC LES YEUX (105)

    AVEC LES YEUX (105)

    Bye bye ! Nous étions près de la rue de Rivoli ... une fois n'étant pas coutume, nous sommes allées dans un salon de thé célèbre-cher-branchouille-historique pour nous y affaler avec délices (après avoir fait la queue à l'entrée...)

     

    AVEC LES YEUX (105)

    Délicieux tête-à-tête mère-fille que cette après-midi-là : fatigant, pluvieux; mais plein d'images, de sourires, de partage.

    La presque noire crépusculaire place de la Concorde était écrasée par les  couleurs d'un ciel enchanté, enchanteur, quand nous sommes ressorties dans la fraîcheur.

    AVEC LES YEUX (105)

                                       Toutes photos (sauf celle de Frida et Diego) ©  L'oeil du Krop

    Cliquez sur les photos : c'est mieux de les voir en plus grand.

      

    « AVEC LE TEMPS (27)AVEC LE TEMPS (28) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mardi 12 Novembre 2013 à 11:50
    Pastellle

    Très sympas toutes les photos, avant pendant après. J'adore Frieda Kahlo, mais je me demande si j'aurais tenu deux heures pour faire la queue... Si je devenais parisienne, je commencerais par investir dans un pliant.  Ou un fauteuil roulant, tiens... :)

    2
    Mardi 12 Novembre 2013 à 16:07

    Merci pour le com'.
    Ce ne fut pas possible cette fois-ci, mais pour ma part, détestant attendre ET payer cher en plus, j'essaie de m'arranger pour aller aux expos au moment où on n'attend pas des plombes, soit en prenant un coupe-file, soit en allant en nocturne, ou, quand il s'agit de Beaubourg, à l'heure où, pardon, les Provinciaux sont repartis, c'est-à-dire le dimanche vers 19h : à cette heure-là, je n'ai encore jamais fait la queue.
    Mais le pliant est une bonne idée, le fauteuil roulant aussi (espèce de tricheuse !) Nonnon, je te conseille autre chose : le passe toutes catégories, c'est être enceinte ;-))

    3
    Mardi 12 Novembre 2013 à 22:11

    Je ne connaissais pas. Merci de m'avoir fait découvrir ces artistes.

    4
    Mardi 12 Novembre 2013 à 23:43

    Mais de rien ...
    Bonne fin de soirée.

    5
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 07:58

    Deux heures d'attente à partir de ce point ? Pffff...


    J'aime bien la danse des parapluies.

    6
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 09:39

    Merci.
    Ouais, pfff ... Heureusement que ça n'a pas été notre cas ..

    7
    Cbn
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 07:48

    Sourire par écran.

    J'ai aussi fait la queue aux vacances de la Toussaint au sortir du train ( provinciale ), j'aurais tellement voulu voir l'autoportrait : "Mes grands-parents, mes parents ..." Je le travaille avec les élèves pour introduire une problématique sur l'écriture sur soi. Y était- il ? Je n'avais même pas cherché à savoir, je voulais voir.

    Après un peu d'attente, un homme estampillé : musée national est venu nous informer: 4 heures d'attente. Alors abandon, sans regret.

    Direction Chaillot et l'expo sur l'art Déco: à la portée, sans doute pas assez exigeant pour les spécialistes, les petites alcôves pour plonger dans le trompe-l'oeil est une rêverie.

    Et puis terminer par BRAQUE et être transcendée par sa peinture, celle des salles du bas consacrée à son goût pour Hésiode, celle de ses ateliers dans lesquels on remarque un leitmotiv: l'oiseau.

    Et les larmes aux yeux en dévouvrant ce que j'appelle l'oiseau bleu, j'ai beau le revoir en reprodcution, on ne reproduit pas cette émotion-là.

    Je vous remercie de m'avoir proposé des photos si banales mais pour moi, si touchantes, de cette queue de musée.

    cbn

     

     

     

    8
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 22:39

    Merci de vous être arrêtée un moment ici (d'ailleurs, par où êtes-vous passée pour y arriver :-) ?.
    Je ne sais pas si l'oeuvre que vous évoquez était exposée : le titre ne me dit rien. 4h d'attente ? Je n'y serais pas allée non plus, j'ai des limites (et des principes) ; là, déjà, une heure ...
    J'irai voir Braque sans doute aussi.
    Ma dernière GROSSE émotion : les gravures de Felix Vallotton : je suis restée devant nombre d'entre elles en souriant béatement.
    Ravie de vous avoir touchée.
    Bon week-end.

    9
    Samedi 16 Novembre 2013 à 04:59

    Salut Nicole, j'arrive d'un commentaire que tu as fait chez moi pour découvrir ton univers. J'ai fait un petit tour sur ton blogue en sirotant un thé vert à la grenade/framboise et j'aime bien ce que j'y lis et vois. Je viens de découvrir que nous habitons ensemble la boîte Les p'tits z-'amis des blogues de MarioB. Je reviendrai régulièrement dans L'oeil du krop pout le parcourir. Continue de venir écouter mon choix musical quotidien, j'apprécie. À plus !

    Jean-François alias lomkiavulom

    10
    Cbn
    Samedi 16 Novembre 2013 à 09:04

    Je suis une lectrice de lectibulles car c'est une amie. Je vous lis de temps en temps bien que je n'aime pas les blogs par principe.

    Pour vous, c'est différent, quand je vous lis c'est avec un café, une tisane, un moment privilégié où je vole du temps. Quand je vous lis, c'est lentement parce que je goûte votre écriture et que j'ai l'impression que vous dépassez l'anecdotique pour accéder à autre chose qui m'interpelle.

    Quand je vous lis, c'est comme un article que je lirai dans les mags auxquels je suis abonnée: je ne fais pas de différence.

    Je n'ai pas toujours quelque chose à répondre, mais j'aime que vous me fassiez réfléchir !

    CBN

    11
    Samedi 16 Novembre 2013 à 10:37

    Deux personnes qui passent, me laissent un long (voire deux :-) commentaire et me disent des choses qui me vont droit au coeur : merci, goûter musical et Cbn.
    Cbn, merci beaucoup pour votre intérêt. Les images me sont importantes, mais, vous l'avez compris, les mots, bien plus encore. Et quand on n'a pas de retour visuel sur ce qu'on fait, on ne sait pas si ce qu'on fait a une résonance chez quelqu'un : merci de me dire que si.

    12
    Dimanche 12 Novembre 2017 à 11:24

    oui, la carpe et le lapin ! (le chaud-lapin)... Frida a écrit dans son journal qu'il y avait eu deux accidents dans sa vie : le bus et sa rencontre avec Diego, et que sa rencontre avec Diego fut pire que son accident de bus...

    J'ai aimé moyennement le film : je l'ai trouvé trop "clinquant" et Diego pas assez laid !

      • Dimanche 12 Novembre 2017 à 11:39

        Oui, j'ai lu que tu avais dit ça dans une réponse à un commentaire. Pour dire vrai, je ne me souviens, aujourd'hui, plus, de ce film, sauf de la scène du bus où mes souvenirs font des mille éclats de verre mille éclats de brillants en or qui font, curieusement de ces moments un souvenir seulement graphique, étrange et magique -ce qui, d'une certaine façon, rejoint, certes, ton idée de clinquant !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :