• AVEC LES YEUX (154), AVEC LES OREILLES (27)

    Regarder passer les âmes

     

    AVEC LES YEUX (154)

                                                                            © L'oeil du Krop

     

    À Versailles un dimanche, en sortant d'une toute petite expo qu'il y a en ce moment dans leur école des Beaux-Arts et qui présente quelques photos de Vivian Maier. Joli endroit. Joli quartier. En face, un petit cinéma désert. Il pouvait être dix-sept heures et cette vieille dame était plantée devant les programmes. Regardait les affiches. Regardait sa montre. Pas de film avant une demi-heure. Regardait autour. Elle réfléchit. Elle avait l'air triste. Elle avait l'air. Mais c'est moi qui projette, peut-être. Le dimanche m'a toujours semblé triste dans la rue. L'air y est particulier. Alors oui, un dimanche, une vieille femme, je me suis tout de suite fait un film, moi, et sans attendre une demi-heure ... j'ai imaginé une vieille femme triste et solitaire. Et ça m'a serré le coeur. Même si je ne sais pas si ce sentiment qui m'étreint alors est noble ou pas. Si je ne craignais pas d'être taxée de folie ou si j'étais assez folle moi-même pour assumer de tels gestes, parfois, dans la rue, j'étreindrais des gens, parfois pour partager leur enthousiasme, mais parfois aussi pour leur dire qu'ils ne sont pas si seuls que je les vois et les aider à étouffer leur tristesse. Je ne sais pas si je le ferais pour eux ... ou pour moi ... Cette dame, je l'ai laissée partir, et je me suis contentée de partager sa présence en volant son image qui s'éloignait.

     


    Jacques Brel, Regarde bien, petit ...

    « AVEC LE TEMPS (54), AVEC LES OREILLES (26)AFFLAC (93), AVEC LES OREILLES (28) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Dimanche 26 Avril 2015 à 07:38

    Notre imagination et notre sensibilité prennent parfois le pas sur la raison et nous jouent des tours...

    Bon dimanche 

    2
    AniLouve
    Dimanche 26 Avril 2015 à 10:40

    Une bien triste chanson du grand Jacques que je ne connaissais pas (et cela m'étonne).

    3
    Dimanche 26 Avril 2015 à 11:47

    Jolies teintes et lumière, jolie scène sous des soleils ;)

    4
    Dimanche 26 Avril 2015 à 11:49

    Bonjour Nikole. Cela fait penser à une chanson de Juliette Gréco : "je hais les dimanches".

    5
    Dimanche 26 Avril 2015 à 15:31

    Et aujourd'hui c'est un dimanche de pluie.... Un dimanche soudain silencieux. 

    6
    Dimanche 26 Avril 2015 à 16:53

    Bonjour à vous et merci de votre passage.
    - jackie : je suis sujette à ces tours. Bon dimanche !
    - AniLouve : je suis étonnée aussi ... je ne connais pas tout le répertoire de Brel, mais j'ai entendu souventes fois cette chanson-là.
    - Tat : presque une lumière d'été.
    - photoem : c'est vrai ... je la connais mais je n'y ai pas pensé : je vais d'ailleurs de ce pas retourner l'écouter, car je ne me souviens plus de l'atmosphère ...
    - Papillon : c'est vrai, pour la pluie, et pour le silence.

    7
    Dimanche 26 Avril 2015 à 18:06

    oui, c'est vrai, et j'ai toujours pensé la même chose… le dimanche a un air particulier, une "dimension" différente des autres jours… et je comprend bien ce que tu ressens.Une personne seule, dans la rue, le dimanche, transmet d'instincts un sens de tristesse… c'est peut être à cause de l'imaginaire collectif qui nous oblige à penser le dimanche comme un jour "de fête" à dédier à la famille, aux amis, à la maison, au foyer… et donc le personnage dont tu décris si bien les mouvements, les attitudes, peut en effet faire déclencher dans notre imaginaire un sentiment de tristesse… surtout s'il s'agit d'une "vielle dame"… je t'avoue que j'aurai eu la même envie de m'approcher, de la consoler, de lui dire: "… vous n'êtes  pas seule madame… je suis là…" avec le risque peut être d'être considéré complètement fou… tout simplement parce que "la sensibilité", "l'altruisme" "la générosité" "la tendresse", sont malheureusement devenus, paradoxalement,  des sentiments que seulement les fous et les ingénus peuvent éprouver…. mais en retournant sur le thème de "l'air du dimanche", la même scène que tu décris tellement bien Nikole, aurait fait déclencher en toi et en moi sans doute, des sentiments complètement différents s'il était lundi… mardi… ou mercredi…. je trouve tout cela très fascinant… parce que la vie de tout les jours nous offre une quantité, inimaginable de situations, de sensations, de sentiments, d'émotions… qui nous enrichie, et nous étonne quand même, toujours…  "...il suffit de garder les yeux ouverts…." Mais peut être que la vieille dame, n'était absolument pas malheureuse… mais au contraire heureuse d'être libre de se balader enfin seule, un dimanche, indécise si aller au cinéma ou au théâtre….. Les mille facettes du possible!   

    8
    Dimanche 26 Avril 2015 à 20:14

    Oui, les mille facettes du possibles, comme tu dis. On ne sait pas, et on se projette toujours. Ce n'est pas la première fois que tu partages des sensations avec moi : je suis sensible à ce très long message, ton intérêt et ta fidélité, Francesco. Bonne soirée et merci beaucoup !

    9
    Mardi 28 Avril 2015 à 18:35

    J'aime beaucoup, la photo comme le texte. (et la chanson de Brel aussi)

    Et là je me demande si je n'aurais pas tenté un noir et blanc ....

    10
    Mercredi 29 Avril 2015 à 09:38

    Merci beaucoup !
    Curieusement, pour une fois, je n'ai pas pensé au noir et blanc !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :