• Belles au métro dormant

    Les belles de jour

     

    Belles au métro dormant

     

    Heureusement qu'elle s'était assoupie, car je la trouvais tellement belle, le visage régulier, les traits fins, l'attitude sereine, que je ne pouvais détourner le regard. Plutôt que voyeuse, mot que je m'attribue volontiers mais en en riant, je me vois plutôt comme contemplative. J'aime regarder les gens et j'aime regarder les choses et les paysages : ils me fascinent parfois, ils m'attendrissent souvent, ils m'intéressent toujours.

     

    Belles au métro dormant

     

    Je trouve émouvants cet abandon, cette confiance en la présence et au regard de l'autre : dormir est normalement un repli personnel. Je sais que certain(e)s passant(e)s ici sont mal à l'aise devant ces images et je ne sais si ça doit me déranger ou non, si devant ces intimités que je force ils ont du mal avec ma perception, ou avec la leur : si c'est avec la mienne, j'en suis chagrinée un peu, parce que ça voudrait dire que je ne parviens pas à y mettre la distance et l'empathie que je souhaite montrer.

     

    Belles au métro dormant

     

    Il y a, dans chaque visage, dans chaque corps ou dans chaque posture, un détail, un élément qui retient particulièrement quelque chose en moi : dans l'image à l'écharpe rose, ce sera ce tissu joli où s'abandonne la jeune fille qui pourrait être dans un tableau. La jeune femme femme au chandail gris me semblait si fragile dans son buste que je trouvai presque enfantin ! Celle de la photo  en noir et blanc, enfin, montrait de légers plis sur son front, là où s'alourdissait sa tête dans le sommeil - j'aime bien ces petites marques ponctuelles de nos moments de vie - et, aussi,  le contraste du clair et de l'obscur était assourdissant sur elle, avec ce poignet qui, central, était à la fois lumineux et protecteur de la trop grande lumière.

     

    Belles au métro dormant

     

    Comme j'aimerais être capable de faire en poète l'éloge du sommeil et plus encore de la dormeuse, celle qui s'abandonne au sommeil dans un lit après l'amour, dans un pré après la moisson. Cet abandon tranquille viendrait-il de la certitude qu'elle ne sera jamais abandonnée ? De l'attente d'un miracle qui la comblerait ? (...) Des secrets qu'elle garde en elle ?   (Pontalis, Fenêtres)

     

    « Signes des tempsLexique au logis »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 17 Octobre 2015 à 14:00

    Cliché volé dans un instant (parfois un peu plus long qu'un instant) d'abandon dans les bras de morphée. Pendnat ce temps, la roue continue de tourner.

      • Samedi 17 Octobre 2015 à 14:05

        Oui, je suis une voleuse d'instants. J'essaie de l'être avec le plus de légèreté possible.

    2
    Samedi 17 Octobre 2015 à 15:21

    Moments d'abandon. La nuit qui continue ? La fatigue de la journée ? L'envie d'échapper aux soucis ? L'envie d'entrer dans le rêve ? De toute façon le retrait du réel. J'aime, moi aussi, le sommeil, le demi-sommeil plutôt, celui qui te fait voyager dans un onirique souvent heureux ... Bon wek-end. Et ne rêve pas trop ! La vie t'appelle ! Florentin

      • Samedi 17 Octobre 2015 à 15:26

        J'aime beaucoup rêver ... J'aime beaucoup vivre, aussi ...

    3
    Samedi 17 Octobre 2015 à 16:35

    Très belle galerie de portraits abandonnés au sommeil... Bravo aussi pour le titre

      • Samedi 17 Octobre 2015 à 17:00

        Merci, c'est très gentil !

    4
    Dimanche 18 Octobre 2015 à 09:40
    Marco Carbocci

    Le métro est le lieu d'un paradoxe sociologique, puisqu'il peut être à la fois mélange et repli sur soi, maîtrise et abandon. On y est seul et cependant l'itinéraire est collectif. On se contient ou non, on s'aligne, mais on s'abandonne nécessairement à l'intime. Je pratique très régulièrement la photographie dans le métro : c'est souvent même par le sous-sol que j'aime à découvrir une ville nouvelle. Il y a là, de ville en ville, comme le révélateur du comportement citadin. Voyeurisme ? Jamais s'il y a de la réserve et de l'empathie. Le voyeurisme est un comportement purement individualiste, une résonance du soi dans l'examen de l'autre : il n'intervient donc pas -  à mon sens - si la quête de l'autre est le fondement sincère de ta pratique.

      • Dimanche 18 Octobre 2015 à 11:47

        Je ne sais par quel chemin vous êtes arrivé chez moi mais bienvenue !
        Merci pour ce commentaire.
        Je suis allée voir votre blog pour y voir quelques photos et lire quelques mots, pour l'instant, et je le trouve vraiment bien. Je suis contente d'avoir fait cette découverte.
        Bon dimanche.

    5
    Lundi 19 Octobre 2015 à 00:35

    Est-ce que tu notes les mêmes éléments selon le transport utilisé ? Le métro arrête de lui même ; avec l'autobus, il faut être davantage aux aguets pour ne pas rater le lieu où descendre ; avec le train, le trajet est plus long et c'est sans doute plus facile de dormir plus longtemps.


    Bel article et des photos cemme seule Nikole peut en offrir !

      • Lundi 19 Octobre 2015 à 13:37

        Comme toi, je remarque la différence entre métro et bus, où d'ailleurs j'ai rarement vu quelqu'un dormir. Cela dit, je prends assez peu le bus, et donc statistiquement hein ! Je n'aime pas l'atmosphère des bus, en tout cas en région parisienne, plus tendue peut-être. Et, en tout cas de ce que j'en ai vu, souvent peuplé d'ados un peu bavards, un peu chahuteurs. L'atmosphère est plus brouillonne, elle me convient moins.
        Merci pour les compliments photo ! ;-)

    6
    Lundi 19 Octobre 2015 à 22:14

    Avant je dormais tout le temps dans le train, je me réveillais souvent trop tard d'ailleurs. 

    Aujourd'hui, je n'utilise plus du tout les transports en commun et je ne suis pas certaine de pouvoir m'y rendormir..sereinement. On est si vulnérable quand on dort, livrés aux regards d'inconnus qui n'ont pas forcément le même regard bienveillant que le tien. Non je ferai comme toi, je me contenterai de sourire devant toutes ces personnes un peu assoupis si je ne peux regarder le paysage. 

    A bientôt ;)

      • Mardi 20 Octobre 2015 à 07:16

        Merci ! :-)

    7
    Lundi 19 Octobre 2015 à 22:21

    Ah oui je voulais dire que le contraste est saisissant sur la première photo entre l'ange endormie et la dame à lunettes (on dirait trop Mme B, mon horrible première maîtresse du CP)!

      • Mardi 20 Octobre 2015 à 07:17

        J'espère qu'elle ne t'a pas traumatisée pour la suite de ta scolarité !  :-)

      • Vendredi 30 Octobre 2015 à 17:30

        Non j'ai changé d'école en cours d'année. Je pense encore à elle à chaque fois que j'écris le mot "chat". 33 ans plus tard, je la déteste toujours autant ;) 

    8
    Mardi 20 Octobre 2015 à 19:00

    10/10 à la dernière photo : l'endormie est belle, le geste est beau, la photo est belle. Amitiés Nikole.

      • Mercredi 21 Octobre 2015 à 11:14

        Merci beaucoup eva. Amitiés.

    9
    Mercredi 21 Octobre 2015 à 14:00

    En réponse à ton com. Tu aimes bien "je me gausse". J'aime aussi. Mais, dans le genre, je préfère encore "je me pouffe"  Je trouve que, pour évoquer la rigolade, on ne manque d'expressions amusantes. C'est bien le moins ! .... A plus.  Florentin

      • Mercredi 21 Octobre 2015 à 15:33

        Je te répondrai simplement : he wink2  À plus ...

    10
    Vendredi 23 Octobre 2015 à 23:00

    A les regarder j'ai sommeil maintenant !

    Belle série, bravo.

      • Vendredi 23 Octobre 2015 à 23:05

        Merci. :-) Hé ben bonne nuit alors !

    11
    Samedi 31 Octobre 2015 à 21:52

    Rien à dire sinon le plaisir de te lire et de te regarder regarder pour nous.

    J'ai toujours senti ta tendresse et ta bienveillance dans chaque cliché de personnes endormies (ou non, d'ailleurs) - toujours.

      • Samedi 31 Octobre 2015 à 22:44

        MERCI Lul' ! ♥

    12
    Lundi 16 Novembre 2015 à 00:46

    n'as-tu pas l'impression de voler l'intimité de ces personnes ??...oh


     

    13
    Lundi 16 Novembre 2015 à 08:33

    J'en ai parlé plusieurs fois ici et ailleurs. Je les trouve beaux et je n'ai pas l'impression de les montrer sous un jour qui ne les met pas en valeur. Sinon je ne le ferais pas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :