• Deux jours de roses bruyères et de chrysanthèmes or.

     Deux jours de bruyères roses et de chrysanthèmes or.

     

    Les trottoirs étaient plein de fleurs, l'air un peu frais. La grille du portail ne grinça pas.
    Elle vint, elle le faisait parfois, lui dire, de sa vie, les instants sombres et les moments nacrés.
    Il restait muet, mais si attentif.
                                                             

    Très vite, elle lui annonça qu'elle partait. Très loin. Jamais plus elle ne viendrait ? Non, jamais. Oui, elle avouait, elle l'abandonnait encore, et l'émotion au bord des joues, le remercia, balbutiante, pour les paroles offertes, et la clarté du chemin.
                                                                

    Elle devinait les mots qu'il ne disait pas, des mots pleins d'avenir, qui racontaient que ce n'était après tout que ça le bonheur : le vert du vent, le rouge du vin, le bleu des veines dans la main que tu serres, l'arc-en-ciel, infini, dans les yeux qui te mangent.
                                                                

    Elle était calme, déterminée. Avant de partir, elle redressa les fleurs qu'un coup de vent venait de fléchir, et, le geste si serein désormais, éloigna de la main les particules de cailloux qui, dans les creux de la pierre érodée, encombraient la tombe.

     

    © L'oeil et la plume du Krop

     

    « ContinûmentInterlude »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Novembre à 09:22

    Très beau texte et très belle image !

      • Vendredi 1er Novembre à 09:32

        Merci !

    2
    patrick
    Vendredi 1er Novembre à 10:01

    C'est beau, mais c'est triste. Moments de vie évoquant des décisions fortes mais cruelles.

    La Vie , en somme .

    Mais que c'est triste , on se croirait à la Toussaint , ou une chose du même genre ...........il ne manquerait plus qu'il pleuve.

      • Vendredi 1er Novembre à 10:11

        Désespoir et humour, tu as réussi à me faire rire ! Bizatoi !

    3
    Vendredi 1er Novembre à 17:35

    Très beau texte sur une photo ensoleillée.

    Bonne fin de journée.

      • Vendredi 1er Novembre à 17:38

        Merci beaucoup à toi. Bonne fin d journée itou.

    4
    Vendredi 1er Novembre à 20:32

    Très beau. Un joli brin de littérature qui ensoleille ce magnifique couchant.

      • Vendredi 1er Novembre à 21:41

        Que c'est gentil, merci !

    5
    Samedi 2 Novembre à 09:09

    Joliment dit cette rencontre avec les morts dont on fleurit la tombe. Une poésie élégante, empreinte d'émotion, de douceur et en même temps de souffrance. La séparation d'avec ceux qui on a aimés est toujours douloureuse malgré les années, mais l'affection que l'on ressentait traverse le temps.

      • Samedi 2 Novembre à 09:19

        Merci beaucoup à toi.

    6
    Samedi 2 Novembre à 12:55

    un ciel rose descend sur la vie ... on peut pleurer ses morts, mais la vie reste à vivre ... à quoi bon s'alanguir sur ce qui n'est plus, nos souvenirs nous accompagnent là où nous irons ... alors allons ... le chemin continue !

    amitié . 

      • Samedi 2 Novembre à 13:05

        Ce texte est une fiction :-)
        Merci du passage.
        Amitiés.

    7
    Samedi 2 Novembre à 18:05

    Belle évocation sous ce superbe ciel.

      • Samedi 2 Novembre à 20:14

        Merci beaucoup beaucoup Tania !

    8
    Samedi 2 Novembre à 19:50

    quelle fiction et quelle photo mazette! j'en ai les poils qui se dressent de bonheur! merci Nikole

      • Samedi 2 Novembre à 20:13

        Ben t'es adorable toi ! :-) Merci♥

    9
    Dimanche 3 Novembre à 22:24

    La mort d'un être qu'on aime... ce plein de manque... et cette sensation crue, saisissante, de se sentir vivante!

      • Dimanche 3 Novembre à 22:51

        C'est ça ... ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :