• Du présent

     

    L'instant du temps qui à nouveau se tend.

     

    Du présent

     

     

    Le silence et le bruit. Les paroles et l'absence. Et la vie passe, habillée de doutes et d'espoir. Froide. Bleue. Floue. Incertaine. Ouverte. Habitée d'étoiles noires passantes et de comètes riantes qu'on s'accroche à fixer.

     

           

    Du présent

     

     

     

     Axel Bauer, Orfèvre de l'inutile (sinon sur Youtube ICI)

     

    (Photos-paysages © L'oeil du Krop)

     

    « BloggolbHasardeux ? »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Septembre à 07:03

    ...ainsi va la vie....cherchons le soleil!

    bises du jour,

    Mireille du Sablon

      • Dimanche 3 Septembre à 14:22

        ... si déjà le soleil pouvait être souvent dans le cœur de plus de gens... Merci Mireille. Bises.

    2
    Vendredi 1er Septembre à 19:28

    C'est beau ces flous, comme un coup de frein dans une vie qui défile trop vite.

      • Dimanche 3 Septembre à 14:23

        Merci ! Si j'ai au moins pu donner cette impression, c'est pas si mal :-)

    3
    Vendredi 1er Septembre à 20:01

    On est tous les deux sous silence aujourd'hui. Joli flou artsitique.

      • Dimanche 3 Septembre à 14:24

        Oui. Merci Thierry.

    4
    Vendredi 1er Septembre à 20:07

    Quel beau texte, si rythmé, comme un poème aligné.

    Merci pour les flous et les comètes riantes aussi.

     

      • Dimanche 3 Septembre à 14:24

        :-) c'est joli ce que tu dis ... merci ...

    5
    Samedi 2 Septembre à 10:42

    oh ce titre! tellement juste qu'il en résonne

      • Dimanche 3 Septembre à 14:25

        ... contente qu'il ait de l'écho en toi ... merci

    6
    Samedi 2 Septembre à 11:50

    tu es douée avec les mots.Perso c'est pas tout mon cas.

    Je prends 3 heures pour rédiger un mots rien que pour les gosses a l'école!mdr

    bravo en tout cas

    bise

      • Dimanche 3 Septembre à 14:26

        Je les aime, les mots ... :-)  Merci à toi. Bises.

    7
    Samedi 2 Septembre à 15:58

    Je suis revenue et j'ai écouté (puis lu les paroles) d'Orfèvre de l'inutile.

    Le texte est aussi triste que beau. Particulièrement cette strophe:

    Pierre sans lumière, je cherche ces folles rivières
    Ces rapides éphémères
    Où j'aimais flotter tel une loutre aux belles manières
    Je laisse les alizés, les insolents t'emporter
    Je dormirai là dans ce lit glacé de paille


      • Dimanche 3 Septembre à 14:29

        Voilà au moins quelqu'un qui écoute mes accompagnements sonores :-)
        Elle est chouette cette chanson hein ! Limite précieuse, un peu chargée en vocabulaire dense peut-être ... mais ciselée, amoureuse du langage poétique ... un bijou !

    8
    Lundi 4 Septembre à 13:35

    Intéressants et surtout poétiques ces mots qui accompagnent tes photos. La première retient mon regard (je l'ai scrutée plus d'une fois). Tu as su tirer parti de ce flou en phrases courtes qui semblent se répercuter sur els parois des habitations. Vraiment intéressant.

      • Lundi 4 Septembre à 19:30

        Ça me touche, cet intérêt ; et cette attention : merci !

    9
    Adela
    Lundi 4 Septembre à 17:27

    J'aime tes mots et tes images si poétiques...!

      • Lundi 4 Septembre à 19:29

        Merci Adela, pour ces mots. Et merci d'être passée ici !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :