• En creux

     

    A p r è s  N o ë l

     

     Entre Reims et Paris, la lumière est affolante, écrasante. En cette après-midi, le soleil est pleine face, et sa puissance exacerbe les lignes, les contours, les volumes. Je n'ai pas de lunettes pour, je n'y pense jamais, et de toute façon je supporte assez bien cet éclat-là, même si ça demande beaucoup de concentration. Je prends mille photos mais je n'en prends aucune, parce que je conduis. Et je ne veux pas demander à mes passagères de filles d'en prendre pour moi ... moi-même, que fixerais-je pour rendre une sensation impossible à rendre, puisque la réalité dans ces cas-là est toujours bien plus belle et bien plus forte que ce qu'on voudrait, que ce qu'on pourrait en montrer. Alors je jette des regards rapides vers le ciel et les nuages, éclatants, irradiants, pour revenir accrocher mon œil attentif sur la route, et suivre, à travers le pare-brise pourtant sale, les belles longues traces métallisées en bolduc chiffonné de lignes, reliefs de macadam usé, qui reflètent d'un gris implacable la lumière si forte.

     Je n'ai pas l'heur de rêver, de partir -un peu- ailleurs, au rythme lent des chemins quand il fait plus fade, plus doux, plus régulier, et que j'ai la sensation, entre deux, de ralentir le temps.

     Dans l'intervalle qui sépare les deux fêtes rituelles de cette fin d'année, j'ai souvent cette sensation de trêve du temps, de pause, de pose, de parenthèse. De reprise du souffle.
    Le temps, thème éternel ... je reviens avec un cadeau qui m'a fait sourire et me fait si plaisir ... ce sablier !

     

     

    En creux

     

     

    « LeönAllez ! »

  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Décembre 2016 à 20:42
    Oh temps suspend ton vol et vous heures propices suspendez votre cours ... pour pouvoir profiter de ces paysages subtils qui jalonnent la route ...
    Amitié .
      • Mercredi 28 Décembre 2016 à 12:40

        Merci pour ces mots d'Alphonse ... et pour les tiens.

        Amitiés.

    2
    Mardi 27 Décembre 2016 à 09:25

    Le temps s'écoule, on court après, on le regarde passer, ça se passe comme disait Becket.

      • Mercredi 28 Décembre 2016 à 12:40

        Un joyeux drille, celui-là !  ...

    3
    Mardi 27 Décembre 2016 à 15:31

    Tu rends bien ces sensations de la route, ces ciels grandioses parfois - beau texte.

    J'en retiens ce mot pour toute la semaine - et plus longtemps même, rêvons : faisons la trêve.

      • Mercredi 28 Décembre 2016 à 12:38

        Merci ! Ouiiiiiiiiiiiiiii ! La trêve !

    4
    Mardi 27 Décembre 2016 à 15:34

    Où se pose l’œil et se repose l'esprit. ..

    Conduire permet aussi ces parenthèses où la notion de temps se dilue dans le ciel...

    Bonne fin d'année!

      • Mercredi 28 Décembre 2016 à 12:39

        Je conduis peu, mais on est alors, je trouve, dans u état d'esprit particulier.

        Bonne fin d'année !

    5
    Mardi 27 Décembre 2016 à 19:55

    Un sablier... Quelle idée... Mais c'est le meilleur moyen de maitriser le temps en le faisant aller de haut en bas, indéfiniment... Il file, se défile, tu détiens le pouvoir tout puissant dans ta main... Quand il est à deux doigts de s'écouler, hop, tu le retourne et c'est reparti pour un tour...

     

      • Mercredi 28 Décembre 2016 à 12:37

        J'aime les sabliers ... c'est beau ... les horloges ... le temps doit faire quelque chose à l'affaire :-)

    6
    Mercredi 28 Décembre 2016 à 11:27

    dommage pour les photos , tu décris bien mais j'aurais bien aimé voir ça ! Quand je conduis , j'ai un petit apn dans ma poche de poitrine qui sert à immortaliser justement ces scènes "entre deux" ... bon bout d'an comme on dit par ici !

      • Mercredi 28 Décembre 2016 à 12:36

        Ça n'eût donné, je crois bien, qu'une photo de ce style-là ... or, c'était beaucoup plus beau !

        Bon bout d'an ! (Où dit-on ça ?)

    7
    Mardi 3 Janvier à 17:39

    Un sourire devant ton beau sablier... On m'a aussi offert le mien pour Noël avant Noël.

    On a presque le même tu as vu?! ;)

     

     

      • Mercredi 4 Janvier à 09:23

        C'était une surprise (qui m'a fait penser à toi, bien sûr) Celle qui m'a fait ce cadeau m'a dit avoir tout de suite pensé que ça m'irait bien : drôle non ? Il est aussi là.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :