• Esprits matériels

     

    Et sur cette pierre ... (tu bâtiras ce que tu peux ...)

     

    Il y a quelques temps, j'ai posté un cœur de pierre (c'était ici), image rapportée d'une visite à Oléron, près de Chassiron. Et hier, en regardant le blog (billet du 25 oct.) de Lylouan (ici) je me suis souvenue, à nouveau, de ce champ de pierres comme un cimetière d'âmes minérales, de tumulus de rêves et qui vont peut-être, sûrement être détruits ... déséquilibre ... marée basse, marée haute ... et je suis heureuse d'avoir vu, d'avoir vécu ça il y a peu.

     

    Esprits matériels

     De la route, un champ de cairns, ensemble mystérieux. Je n'ai pas compris pourquoi les voitures s'arrêtaient, quelques secondes, comme si ça suffisait, une petite photo au téléphone, hop, parfois même sans sortir du véhicule, pourquoi ? pour faire quoi ? Alors qu'il suffisait de quelques pas ...

     

    Esprits matériels

    Esprits matériels

     

     J'étais, moi, attirée, aspirée  : envie de poser mes pieds, mes yeux, de rester là, à regarder, à méditer devant cette marée minérale pendant que l'autre s'était retirée. Mer basse. Champ de plaine. Lointains. Silence.

     

    Esprits matériels

    Esprits matériels

    Esprits matériels

     

    Toujours, j'ai toujours aimé les cailloux. Le galet est pour moi l'objet parfait. Et les pierres brutes ou pas, dans les champs ou sur le sable des plages, ce sont là, pour moi, les véritables pierres précieuses. Je ne saurais quitter une plage sans le rituel porte-bonheur du petit bout rond ou pointu ocre ou pailleté de gris. Là, j'ai craqué, comme ma mère jadis, sur des mastodontes, mais je n'allais tout de même pas dépouiller ce jardin d'éden.

     

    Esprits matériels

     

    Esprits matériels

     

    Je me souviens en souriant de ma mère embarquant dans ses bras, au Tréport ou ailleurs, de monstrueux galets qu'elle arrangeait ensuite dans son jardin. Et de mon père vociférant aux retours de vacances, alors que la Dauphine et sa pauvre galerie avaient bien du mal à contenir les quatre occupants que nous étions, tente de camping familiale comprise. Nous avions à peine assez de place pour nous installer entre les bagages mais je me souviens surtout de ma mère coincée entre les victuailles et bouteilles du pique-nique de retour, les souvenirs rapportés à la grand-mère et surtout ces fameux galets aux formes bizarroïdes sur lesquelles elle avait coincé ses petites pattes (même un mètre cinquante, faut le caser dans un espace de la taille d'une boîte à chaussures ...  :-) ...)

    Oui, j'ai toujours aimé les cailloux (et la craie ... on est Champenoise ou on ne l'est pas ...). Aujourd'hui encore, j'en ai partout, dans ma cuisine et ma salle de bain, presse-papier ou poids sur le linge séchant sur le tancarville de la terrasse pour que le vent n'ait pas de prise. J'ai besoin de les voir, de les toucher. Besoin de leur présence. Bénéfique.
    Et ces cailloux-là, près de Chassiron, j'ai aimé leur inventer des histoires, leur trouver des signes, des symboles, des messages.

    Esprits matériels

    (je ne déchiffre pas, si vous si ...)

     Leur trouver des ressemblances.

     ... un bonhomme ...

    Esprits matériels

     ... une tortue ... 

    Esprits matériels

     

      Amour de pierres. Histoire de pierres.

    Esprits matériels

     

    Poser une pierre à l'édifice prend ici tout son sens, mais douée comme je suis, le piètre essai que je fis s'écroula: jamais aucune patience pour ça, je patatrasse vite quand je ne me sens pas de taille ! et je n'ai aucun sens de l'équilibre ... dommage. Mais lui s'est donné la peine ... même si je suis bien en peine, moi, pour retrouver dans mes photos le modeste chef-d'oeuvre que tu élaboras, mon cher artiste ... était-ce ça ?

    Esprits matériels

     ou bien ça?

    Esprits matériels

                                                          ... tu me diras.

    Pour ma part, je me suis contentée de compulser clic-clic-clac, comme toujours souvent, comme si, à défaut de tout emporter, je pouvais contenir ce que je pouvais dans mes yeux, mon coeur et ma tête, y inventer des histoires, et y colorier des images de (mes) rêves. On peut tout faire avec les rêves ...

     

    Esprits matériels

     

     Esprits matériels

     

    Et c'est ce chant qui, aujourd'hui, dans ces champs, m'accompagne ...

    Photos © Le Krop, à travers, dans certaines couleurs, son oeil intérieur ...

     

    « Comme avantGeorges et Léonard »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Novembre 2016 à 08:11

    C'est superbe. Une très belle page.

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:36

        Le site est superbe. Et merci pour le compliment.

    2
    Samedi 5 Novembre 2016 à 09:39

    Ces empilements de pierres m'ont toujours touchés. Pourquoi ? Je l'ignore.

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:38

        Comment, parfois, pourquoi les choses, matérielles ou non, nous touchent autant. Peut-être sont -elles, précisément, entre les deux notions ...

    3
    Samedi 5 Novembre 2016 à 12:56

    Forêts de pierres, personnages de landes bretonnes, fantômes érigés pour se souvenir ? Les photos permettent de rêver devant ces monticules pierreux qui se dressent comme des vigiles. Qui a bien pu s'adonner à ce jeu ? Des enfants ? Des adultes en quêter de quelque chose dont ils veulent se souvenir ? Tu poses la question de leur durée : sera-ce la marée ou bien un autre phénomène moins naturel ? Ce qui est certain, c'est que ces pierres relativement plates restent en équilibre, comme des gardiens d'un territoire à défendre. C'est à la fois étrange et fort beau, presque magique.

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:42

        Le mystère fait partie de cette magie.


        Quant à leur durée, tristesse et déception, j'ai lu ces tristes mots chez lylouan il y a peu, et les reproduits :

        J'ai appris ce matin même que la mairie de St Denis d'Oléron avait décidé de redonner son aspect "naturel" à la côte. Les quelques galets en moins favorisent l'érosion. Ouais...
        Retour des galets sur l'estran mi novembre. Fin des formes émouvantes? Début d'une nouvelle interdiction?

         

    4
    Samedi 5 Novembre 2016 à 18:05
    Pastellle

    Une très jolie série. Je les adore aussi ces petits cairns, avec une préférence pour ceux du bord de l'eau. 

    Mais je les laisse où ils sont. Par contre c'est les coquillages auxquels j'ai du mal à résister. :)

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:44

        Je commence à m'intéresser aussi aux coquillages ...  :-)

    5
    Samedi 5 Novembre 2016 à 18:20

    je ne possède pas ton instinct ... mais j'apprécie à sa plus haute valeur la manière de le décrire ...

    amitié .

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:45

        Mon instinct de quoi ? je ne comprends pas.
        Mais ton com est si aimable : merci !
        Amitiés.

    6
    Samedi 5 Novembre 2016 à 22:59

    Le "mien", c'est le deuxième, juste au bord, face à la mer !

    Dommage de les enlever, c'est comme à Etretat où des panneaux précisent qu'il est interdit d'emporter des galets comme souvenir ! (mais ce n'est pas pour protéger les amortisseurs des voitures surchargées...)
    Parait qu'à force ça finit par ne plus protéger assez la côte et que l'érosion gagne ...

    Belle série, beaux souvenirs !

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:46

        Tu es plus artiste et plus doué que moi ; épi c'est bien connu, moi, c'est juste l'oeil ...  :-)

        Pour les souvenirs, tu as raison ...

    7
    Dimanche 6 Novembre 2016 à 04:22

    Hello, miss Nikole


    You know how I love the stones. Thank you


    Sincerely, Mick Jagger.

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:47

        Thank you, Mick !

    8
    patrick
    Dimanche 6 Novembre 2016 à 08:17

    Pierres qui ne roulent plus amassent quand même:

    des mots , les tiens , mis en équilibre, dans une architecture qui ne craint pas la marée.

    Même pas celle des compliments pour ton magnifique texte .

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:48

        Grand merci, cher Patrick !

    9
    Dimanche 6 Novembre 2016 à 10:14

    Quelle magie dans ces cailloux.. dans ces mystérieux totems qui invitent au "voyage" au bout d'un temps indéfini et d'un espace au de là du réel. Des nuages de pierres si légers..

    Certains moments de nos vies restent nichés en nous pour nous aider à rêver, quand même, toujours. 

    ( la Dauphine...)

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 23:00

        La magie est imprévisible et présente das tellement d'endroits ; je ne veux plus m'efforcer de voir celle-là, parce que seuls le rêve et la beauté aident à supporter l'horreur de tant d'actes de soi disant-humains du monde ! Merci de ton passage Francesco.

    10
    Lundi 7 Novembre 2016 à 09:06

    Un très bel article et un beau reportage !

    Bonne journée.

    Michel

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:48

        Et un bien agréable commentaire : merci Michel !

    11
    Lundi 7 Novembre 2016 à 10:59

    Bravo pour ces magnifiques photos Nikole! Tes mots décrivent si bien la beauté du lieu et la douce musique l'accompagne à merveille... 

    Je ne cherche pas à comprendre ceux qui passent ici sans s’arrêter quelques minutes, trop occupée sans doute à savourer le privilège d'être seule au milieu de cette foret d'âmes anonymes... ;)

    J’espère que la dernière fois n'était pas la dernière fois, pour toi comme pour moi. 

    Douce-belle journée à toi... :)

     

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 23:20

        Je me doutais bien que mes photos te parleraient autant que les tiennes, du même endroit, m'ont parlé !
        J'&i été contente e découvrir ça, mais je (on) vais, j'espère bien, découvrir, d'autres cailloux, d'autres plages cachées, réserves d'oiseaux, et tout ce qui fait que c'est la force de certaines beautés qui donne de la force à la vie.
        Douces pensées la belle.

    12
    Mardi 8 Novembre 2016 à 13:07

    C'est féérique, incroyablement féérique !!! Tes photos sont merveilleuses et ce chant -qui donc chante ainsi ? - magnifique. Je me sens un peu comme ta maman, j'ai dans notre jardin des galets qui viennent de différents endroits, souvent ma mémoire me fait défaut et je perds le souvenir de leur origine mais ce n'est pas grave, ils sont là, ils veillent, ils vibrent... Belle journée Nikolle, merci.   brigitte

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 23:23

        Quel joli-gentil com, Brigitte : merci ! Pour le chant, c'est Patti Smith (je l'ai signalé dans les tags). Sinon, me voilà retournée en arrière de tant d'années, dans le jardin ensoleillé marnais près de gros galets, de pivoines, de  pots de fleurs. Merci pour tous ces souvenirs qui me reviennent et me font du bien. Vibrations, comme tu dis si bien. Amitiés.

    13
    Dimanche 13 Novembre 2016 à 19:06

    Les mots me manquent mais les tiens m'emplissent.

    J'aime les gens qui ont inventé ce paysage éphémère, et j'aime Nikole qui nous raconte tout un voyage qu'elle vient de faire, sans tour-operator.

    Merci pour le voyage empli de vent aussi, quelle bouffée je viens de me prendre !

      • Jeudi 17 Novembre 2016 à 23:25

        Il y a aussi beaucoup de bouffées d'amitié qui passent dans les blogs, parfois. Alors merci à toi, là, maintenant, et baisers.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :