• Glaces

     

     Fleurs de verre, éclats de givre

     

      Jusqu'à présent, la rue de Courcelles n'évoquait rien d'autre en moi que le Monopoly de mon enfance, et je crois bien n'y avoir jamais mis les pieds avant dimanche dernier. Un coin de Paris qui a priori ne m'attirait point, mais où je déambulai quelque temps après avoir laissé tomber l'idée de l'expo Caravage, au vu de la looongue file d'attente attenante au musée de ce quartier. À vrai dire, cette queue m'arrangeait plutôt : si j'y étais allée, c'eût été pour faire plaisir à Mimi et Isa, mais les horaires de départ de leurs trains respectifs vers Nancy et Bordeaux obligeaient à renoncer. Qu'à cela ne tienne : crapahuter dans les rues dominicales a son charme. Mais certaines vitrines de la rue susdite avaient embrassé des objets contondants quand on ne les avait pas cachées avec des panneaux de protection. Et explosé en baisers cinglants de verre. Visions étranges, surtout dans la solitude, la tranquillité qui régnaient à ce moment-là. On eût dit que le quartier était abandonné. Absent. Presque oublié.
    Certes, triste image, mais qu'est-ce que c'était beau, ces éclats géants qui ressemblaient à des fleurs de silence !

     

    Glaces

     

    Glaces

     

    Des mots, à la suite, comme des pétales, se sont déployés dans ma tête :  verre, cristal, sépale, fleur, givre, glace, glass, grass ... et je me suis revue quelques semaines plus tôt à marcher seule dans une campagne charentaise déserte, à l'affût de la lumière froide et coupante qui dessinait le végétal. J'ai sorti mes images pour  associer, bouquet éclaté, aux fleurs de verre abstraites, mes feuilles brodées, en en sentant, rétrospectivement, le glacis blanc, liserés fragiles ourlés par l'hiver.

     

    Glaces

     

    Glaces

                                                                                                                                         É©lats du Krop

     

     Une fois de plus, cette chanson :

     

    Pretty things, Grass, mais s'en lasse-t-on ?

    (Sur YT, en version acoustique, c'est ici)

     

     

    « AltitudesMagie blanche »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 19 Janvier à 06:25

    fallait le faire : associer bris de vitrines, au givre hivernal ! Et pourtant à regarder tes clichés il y a bien une similitude entre les  résultats d'un coup de pierre sur le verre et d'un coup de froid sur le vert, les étoiles en émanent qui étirent leurs bras vers une douceur à retrouver ...

    chapeau l'artiste !

    amitié . 

      • Samedi 19 Janvier à 10:20

        Commentaire gentil et qui me touche beaucoup. Les analogies de notre cerveau ne se commandent pas, elles viennent naturellement. Merci Marie-Claude. Amitiés.

    2
    Samedi 19 Janvier à 09:24

    Superbe idée. Éclatant. Le verre fascine. Il est grain de sable quelque part même si on ne le voit plus.

      • Samedi 19 Janvier à 10:18

        Beau commentaire ! Et si original !

    3
    Samedi 19 Janvier à 18:04

    "baisers cinglants de verre."  Les propriétaires de vitrine apprécieront la poésie !  sarcastic En tout cas, lorsque j'ai ouvert  ton blog, j'ai vraiment cru un instant que c'était du givre... 

     

    4
    Dimanche 20 Janvier à 14:56

    Tu m'étonneras toujours. Un texte éclatant en quelque sorte : je n'ai jamais fait le lien entre une vitre caillassée aux étranges contours et au givre qui se pose sur des éléments naturels. Tes clichés sont là pour prouver que la comparaison vaut le détour et surtout est une vérité qui échappe à un œil non averti. Bravo ! Grâce à toi, mon regard sera plus scrutateur lorsque certains éléments naturels ou pas se proposeront à mes yeux. Ton sens de l'imaginaire à travers la photographie est un talent exceptionnel.

      • Dimanche 20 Janvier à 16:20

        Tes mots sont aussi remplis de chaleur que sont atteintes de froidure les images de cette page. Te remercier pour l'élan que ça donne à tenter de transmettre ce que je vois et m'émeut ! Comme c'est encourageant ! Mille mercis pour ton regard bienveillant (et pour le mot étonner, pas anodin).

    5
    patrick
    Dimanche 20 Janvier à 16:18

    Il y a aussi un petit côté Toile d' Araignée dans ces verres fêlés.....

    Un texte , comme toujours étincelant, comme la lumière au travers de  la glace .

    Verres Fêlés / Givrés,  deux mots qui vont très bien ensemble,  illustrés par cette magnifique musique de ceux qui un jour peut-être auraient pus rivaliser avec les Beatles

      • Dimanche 20 Janvier à 16:27

        Et tes mots, Patrick, qui immédiatement après ma réponse à Fred, en rajoutent une couche, non de glace, mais de lumière, pour moi !
        Oui, je voyais aussi une toile de glace arachnéïde dans ces filaments sculptés emprisonnant une lumière bleue.
        Merci. Je t'embrasse. J'étais sûre de ne pas me tromper (et de te faire plaisir) en parachutant cette musique que je trouvais s'immiscer si bien, et en douceur, dans ces fractures.

    6
    Lundi 21 Janvier à 11:14

    Pouf... il semble que mes mots se soient envolés eek Je réitère mes bisous moelleux quand même!

      • Lundi 21 Janvier à 11:22

        Je suis désolée : c'est le genre de trucs très rageant ! Bisous.

    7
    Lundi 21 Janvier à 18:03

    Connais-tu la chanson Grass, par XTC ?

      • Lundi 21 Janvier à 18:46

        Je ne connaissais pas ... jusqu'à ce soir : merci Mario !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :