• Grands fonds

     

                 Scènes pleines, scènes vides

     

    Quand le spectacle est terminé, chantait Bécaud ... et la douceur de la mélodie s'y prête ... on s'y croirait, comme on y était, pendant, certes, mais après aussi ... Quand le spectacle est terminé, les bravos retombés ... j'ai pas le cœur à m'en aller, je reste ... Et je traîne dans ce théâtre, dont le cœur continue à battre ...
    Quand le spectacle est terminé, les bravos bien rangés, on déshabille la soirée, on cause ...
    Quand le spectacle est terminé,  les bravos oubliés, on se retrouve au p'tit troquet d'en face ...Et chacun s'attrape une chaise, se commande une assiette anglaise  ... on a du mal à se quitter...
    Quand le spectacle est terminé,  les bravos envolés,  la tête encore tout embrumée je rentre ...
    Et je pense à d'autres spectacles...
    Et je rêve à d'autres miracles...

    Chaque année j'en parle après ... et là deux soirs, avec l'envie de raconter des choses précises, entre larmes, doutes et rires. Émotions. Pulsations.

    Notre noce de ces deux soirs, dans mon premier souvenir, ma première projection (qui en est déjà une, et une transcription, artistique et particulière, "d'une autre") c'était ça, la cène scène (seine) ... :

                                                                                                                                       clic !

    Grands fonds

                                                                                                                           expo Lucchese Tours

    Après tout, on n'en était pas si loin ...

     

    Grands fonds

    Grands fonds

     Grands fonds

    Grands fonds

     

    Grands fondsGrands fonds

     

     

     

     

     

     

    (cliquez sur les photos pour les voir en grand format)

     

     

     

    Bon d'accord, c'est pas tout à fait ça, mais y'a un ptit quelque chose, non ?  ...

     

    Reviendrai-je encore sur ce dont je parle aux lendemains de chaque spectacle, en parlerai-je encore et toujours ? Pas vraiment envie de me questionner sur ce qui  transporte ou secoue, fait battre la chamade et léviter, donne des claques et de violents baisers ; sur ce qui nous donne un sentiment de force dans l'existence réelle à travers la vie jouée ... pas trop envie ... mais quand même ...

     

    Cela va faire une semaine maintenant. J'ai encore le réflexe, avant de prendre les transports, de chercher la chemise où je range, pardon, rangeais, les textes à revoir. Et je commence seulement à perdre la mélancolie qui soudainement m'a habitée deux jours après la sortie. Non, ça n'a pas eu lieu juste après ... après, j'étais un peu, comment dire, anesthésiée. Ensuite viennent une fatigue, une déshérence ... pour moi c'est comme ça, ce fut comme ça. Il me semble qu'après s'être investi lourdement dans quelque chose, l'après nous laisse un temps étranges, pantois. Abandonnés de quelque chose. Après cela, il faut un autre temps, de latence, pour revenir à soi ; aux autres.


    De ces deux soirées me reviennent des moments qui me secouent encore : souvenirs de doutes partagés, blancs, comblés par l'écoute (écoutez-vous ! nous dit la metteuse en scène) , la reprise au vol par un(e) autre et l'importance du soutien, même ténu, par le groupe ! Souvenir d'admiration aussi : quelle prouesse, quelle virtuosité que de retomber sur ses pattes alors qu'on vient de traverser un grand trou, et quelle adaptation pour celui qui est en face et qui se glisse dans ce jeu-là ! Enfin, le rire me prend, là, en écrivant ces lignes, en face de l'une ou l'autre scène : l'invite à se resservir d'un plat, vide, ou mieux (pire ? pour la comédienne mais moi j'ai failli tomber dans un fou-rire convulsif) quand, dans un joyeux bordel,  la sœur de la mariée  doit se remplir la bouche d'une crème absente elle aussi, qu'elle fouille sous les gâteaux sans la trouver, se jette sur le plat d'à côté, un peu plus loin -ah, la crème !- et dit sa phrase, bouche mélangée de gâteaux et de crème, juste un peu avant qu'il ne soit trop tard ! Foutreciel que ce fut drôle ! Ben ouais les ajustements c'est parfois difficile ! Hilarant !

     

    A-mu-sez-vous ! nous dit la metteuse en scène avant qu'on y entre, en scène. Certes ! Certes le plaisir est là, mais je ne sais trop quelle forme de plaisir ... le plaisir de palpiter, vibrer, partager, se montrer, jouer, vivre, s'illusionner, être vrai, habité, participer, créer, explorer, s'explorer, fraterniser, construire, briller, rire et pleurer, pleurer et rire ... quoi ?

     

    Grands fonds

     

    Les photos faites par JLM lors du premier soir sont visibles en suivant CE LIEN ; merci à lui.
    Et merci à vous toutes, à vous tous, comédiennes et comédiens dilettantes et passionnés, pour les moments que j'ai partagés et que je partagerai encore, je l'espère bien, avec vous, avec tant de force et de plaisir.

     

    « InterludeLe futur »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Kathy
    Mercredi 20 Juin à 20:10
    Aaaaah! Comme tout cela est juste et bien exprimé....moi, je la vis encore, cette mélancolie...+ le réflexe de tendre la main vers le texte, encore sur la table + l'envie de rejouer...et je regarde ces belles photos, et je relis les commentaires des amis, SMS, FB.
    Que de plaisir après toutes mes frayeurs, mes angoisses, mes crises. Oui un grand merci à cette belle équipe, et à Sylvie, la chef de chantier
      • Jeudi 21 Juin à 18:21

        Ah ! Comme c'est gentil de passer chez moi et d'y laisser un commentaire ! Bienvenue Kathy. Baisers.

    2
    Kathy
    Mercredi 20 Juin à 23:31
    Bravo pour le parallèle toiles-photo, c est très bien vu....
      • Jeudi 21 Juin à 18:22

        Doublement merci.

    3
    Jeudi 21 Juin à 08:21

    On a envie de se retrouver à votre table ou de circuler dans cette rue sombre où les ombres sont bleutées. Bravo.

      • Jeudi 21 Juin à 18:22

        Je comprends cette envie, ami comédien :-), et te remercie !

    4
    Vendredi 22 Juin à 08:11

    Fort belles photos et surtout quelle similitude avec une autre cène vue à Milan ! Etrange sentiment d'un connu ancien qui palpite malgré les années. Merci Nicole pour ce souvenir enterré depuis de longues années et qui ressurgit aussi précis que les clichés ci-dessus.  Une cène très colorée mais qui prend une dimension différente en noir et blanc, comme un mystère qui nous dépasse. Chapeau l'artiste. Et les artistes

      • Vendredi 22 Juin à 19:51

        Si tu savais comme j'aime faire ressurgir le passé (positif) des autres ! Le lire aussi, bien sûr. Alors merci à toi pour ça, et pour tes aimables compliments.

    5
    Samedi 23 Juin à 14:00

    J'ai un peu perdu le fil ici, après des semaines agitées. Tu décris bien ces sensations de l'après -

      • Dimanche 24 Juin à 22:12

        Je te remercie d'autant plus d'être revenue ... et merci d'avoir laissé quelques mots. Bonne soirée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :