• Huit mai

     

     

    Huit maiCe fut un jour de victoire mais comme ce mot (m')a un goût amer aujourd'hui. Toutes les guerres étaient les dernières ; qui peut imaginer une seconde aujourd'hui qu'il n'y aura plus de guerre un jour, alors que, sous des formes plus sournoises, vécues plus proches et de façon plus sauvage, elles ne cessent de se répandre comme des feux qui partent de mille foyers. Même pas forcément militaires, les guerres, mais dans les coeurs, les cerveaux ; dans les manifs, les mouvements, les rages inter-classes, inter-cultures, inter-pays, inter-continents, inter-haines et inter-désespoirs. La guerre est rampante. Ce post est triste une fois de plus et correspond mal aux rires qu'on m'entend lancer. Rire ne désamorce pas les bombes, mais il crache à la figure des peurs. J'entends souvent maintenant des gens dont la seule envie est de se retirer, loin de la foule. Ne plus rien savoir de ce qui se passe, ne plus vouloir entendre, avoir un corps que le malheur ambiant ne secoue pas aussi souvent. Devenir égoïste ? Même pas. Mais ne plus entendre sans cesse la douleur, parce que la douleur est poreuse, et le malheur parfois contagieux. Manque de sérotonine généralisé ... allez, tous sous anti-dépresseurs. Et dormir. Et faire des cauchemars. Et se réveiller juste avant de tomber dans le vide ! Déjà ça de gagné ! La vie au petit matin. La fenêtre est restée fermée alors comment entendre les oiseaux ? Se tâter et ne plus sentir les douleurs des jours passés : encore un point positif. Penser aux anciens, aux corps brisés, aux gueules cassées d'hier, aux éborgnés, fouettés, lapidés, décapités d'aujourd'hui et de demain. Ben oui, je mets tout dans le même sac, toutes les souffrances que j'appelle guerrières, fomentées par le shoot au pouvoir, à l'argent, aux folies religieuses et sectaires ... Le mai le joli mai ... seulement dans les poèmes ça. Seulement vos bras, vous que j'aime, vos regards, vos sourires, vos partages ; seulement la protection infi(r)me d'une planète choyée tant qu'elle est encore  bleue, de ciel, d'océan, couleurs d'espérances ténues dans les rayons naissant au matin blême.

     

    (Illustration ©L'oeil du Krop : affiche lacérée métro Paris).

    (Sur le huit mai, aussi, là-bas).

     

     

    « InterludeInterlude »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Mai à 08:50

    Superbe affiche. Disponible ! Tout est dit.

      • Mercredi 8 Mai à 09:20

        Merci, Thierry.

    2
    Mercredi 8 Mai à 09:17

    ...nul n'est empêché de fermer son poste de télé, de radio. Les médias ne reprennent que le spectaculaire. Des guerres, il y en a toujours eu malheureusement et partout dans le monde.

    Il faudrait se rappeler la chanson de Jacques Brel: "Derrière les barbelés, il nous faut regarder ce qu'il y a de beau....." et pour sûr, il y en a!

    Bises du jour

    Mireille du sablon

      • Mercredi 8 Mai à 09:26

        Jamais je n'écoute la radio et je regarde peu la télé, surtout concernant la politique. Mais elle s'infiltre partout, et le malheur est visible chaque jour près de soi, aussi. Par ailleurs, ce jour est un des symboles de l'histoire, et il peut réveiller en nous des souvenirs, des symboles, et constater ce qu'est devenu le monde qui ne tire jamais l'expérience de l'humain, mais continue à naviguer, beaucoup trop, sur le mal. Je vois aussi le beau, tu sais, heureusement, mais l'espoir en moi est cabossé. Merci.Bises.

    3
    Mercredi 8 Mai à 10:30
    Annick SB

    La Lumière triomphera toujours des ténèbres ....

    Et nos petits mots de rien du tout, lâchés dans la blogosphère peuvent, oui, oui, oui, changer l'atmosphère ...

    Belle journée à vous !

      • Mercredi 8 Mai à 10:47

        C'est gentil à vous (deux) d'éclaircir de pépites positives ma vue souvent (trop?) sombre du monde ; merci et bonne journée !

    4
    patrick
    Mercredi 8 Mai à 14:22

    Tu ne t'appelles pas Barbara , je ne suis pas Brestois , il ne pleut plus aujourd'hui, pourtant j'ai aussi , un peu  comme toi , envie de dire " Quelle connerie, la Guerre"...

    Seulement, pas de bol : il faut faire avec !

    Et, je pense que le plus grand mensonge que l'on puisse se faire , à soi et a l'Humanité entière , est de penser qu'on puisse y faire quelque chose ...

    Imaginer qu'on puisse arrêter les guerres  ? n'est-ce pas simplement refuser  la vraie Nature Humaine ?

    oh bien sur , chacun dans son coin , on est sans doute des êtres humains  a peu près sympas , honnêtes à près de 95%, et  capables  , sinon d'aimer son prochain, du moins de le laisser être ce qu'il est et lui foutre la paix ....

    c'est le Groupe , c'est  le Nombre qui fait que l'Humain est une calamité pour lui même .

    Et je reste persuadé que , comme beaucoup d'autres fléaux de nos belles Sociétés , la guerre a encore de beaux jours devant elle: tant qu'en vivront plus de personnes qu'il n'en meure...........

     

      • Mercredi 8 Mai à 17:06

        Voilà qui ne me remonte pas le moral ... mais ce n'était pas le but de  mon triste constat. C'est con mais je ne parviens pas à me faire à l'idée qu'il faille faire avec. Et cette sensation "désagréable" que c'est de pire en pire, et que trop d'humains s'y habituent. Pour le groupe, bien sûr, encore que même pas pas tout le temps. Merci d'avoir ajouté tes mots aux miens ! Bises.

    5
    Mercredi 8 Mai à 16:34

    Il n'est de ciel si noir qu'il ne s'azure un jour. Mais, pour l'heure, il est tout de même bien noir ...

      • Mercredi 8 Mai à 17:01

        C'est bien le problème ...

    6
    Mercredi 8 Mai à 18:15

    Il n'y a pas de lumière sans ombre, le contraire est vrai, aussi. Le jour a besoin de la nuit pour rayonner, la nuit a besoin du jour pour montrer sa différence. L'espoir a peut-être besoin de vaciller pour se renforcer, parce qu'il est aussi fragile que notre équilibre, instable.

      • Mercredi 8 Mai à 18:16

        Il est des moments où l'on sent notre équilibre plus qu'instable ... :-)  Merci pour ce passage ici.

    7
    Mercredi 8 Mai à 19:02

    Mon grand-père qui avait été blessé à celle de 14-18 parlait de la "Der des ders", pas de bol il a aussi connu celle-là ...
    Dans un documentaire, j'ai entendu que notre cousin le Chimpanzé étaient belliqueux alors que notre autre cousin le Bonobo pratiquait lui le "Make love, not war", faut croire qu'on n'est pas tous descendus de la bonne branche ...

    Gardons espoir, le gêne de l'amour est en nous :-)

     

      • Mercredi 8 Mai à 19:12

        La dernière guerre est toujours la dernière avant la prochaine. La véritable der des der sera celle qui aura lieu avant l'explosion de la planète !
        J'ai entendu aussi ce distinguo des deux singes, allégorie, en quelque sorte, du  bien et du mal !
        Vive l'espoir de l'amour, sans gêne !
        Merci à toi, je t'embrasse.

    8
    Mercredi 8 Mai à 19:21

    Le rire crache à la figure des peurs. Comme je te donne raison! Le rire relativise la gravité, ce qui est essentiel; évidemment on ne peut rire à la face des gens qui souffrent, mais les faire rire, oui.

    L'affiche est superbe. Un beso.

      • Jeudi 9 Mai à 00:08

        Mon rire est aussi tonitruant que mon désespoir. Chacun fait comme il sent ! Merci pour ton commentaire ! Et Baisers et sourires pour toi.

    9
    Mercredi 8 Mai à 20:02

    J'aime bien ta première phrase en réponse à Gros-Ours.

      • Jeudi 9 Mai à 00:06

        C'est triste mais je le pense !

    10
    Mercredi 8 Mai à 21:49

    et je sens venir la suivante, tous les pays se réarment massivement, pour cela ils trouvent des sous ... et pas qu'un peu ... ils se sont exercés dans l'ailleurs, mais l'ailleurs devient puissant et à forces égales ils nous mèneront au combat ... je crois malheureusement que nous quittons la lumière pour rentrer dans l'ombre ... puis-ai-je me tromper pour que plus tard nous puissions en rire ...

    amitié .

      • Jeudi 9 Mai à 00:06

        Je suis-malheureusement- de ton avis ... Amitiés.

    11
    Vendredi 10 Mai à 21:49

    Gloups... il semble que mon commentaire ait fait pschitt...

      • Vendredi 10 Mai à 22:32

        J'en suis vraiment désolée ... :-(

    12
    Samedi 11 Mai à 10:28

    En fait je citais Raymond Aron qui disait, je crois que c'était dans les années 60 "Jamais les hommes n'ont eu autant de motifs de ne plus s'entre-tuer. Jamais ils n'ont eu autant de motifs de se sentir associés dans une seule et même entreprise. Je n'en conclus pas que l'âge de l'histoire universelle sera pacifique. Nous le savons, l'homme est un être raisonnable, mais les hommes le sont-ils?"

    Il semble au vu de l'actualité, qu'il n'ait jamais eu autant raison qu'aujourd'hui... Il disait aussi pourtant "Si j'avais à choisir, je me rangerais parmi les optimistes, non sans hésitation ou sans angoisse."

    Je retiendrai donc cet optimisme résolu...

    Je disais aussi que ton texte était beau et poignant...

    Bises douces

      • Samedi 11 Mai à 12:03

        Désolée que tu aies dû recommencer ... merci d'autant plus.
        Je cultive l'optimisme (merci pour la ref) mais je me fissure souvent, et je colmate, et je... etc. quoi !
        Mon âge se fait rattraper par ladite mélancolie slave, peut-être :-)
        Je t'embrasse doux et fort et te remercie pour ta présence.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :