• La nature des songes

     

    La nature des songes

     

     

    Sans même y réfléchir, je fermais les yeux ..... et je pris en corolle dans mes mains immobiles mon rêve éveillé, comme un vin de vigueur ... Les flots roulaient continûment ... des vents légers de brise ourlaient mes oreilles ... déferlait sur mon front un chuintement continu ... mer grosse par instants ... Des chaleurs alternatives ... en quinconce ... soleil nuage soleil nuage  ... piquetaient en traits bruts doux bruts doux sur mes paupières des pointillés lumineux et sombres ...

     

    Je croyais à tous les enchantements ... Je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges.

     

    Je ré-ouvrais les yeux ... des flots de voitures déroulaient en contrebas leurs vagues d'asphalte ... dans le ciel le jaune et le gris alternaient en taches tombantes ... Statue de sel, j'avais été pétrifiée à la frange de l'aube.

     

    Au réveil, il était midi.

     

    La nature des songes

                                                                                                  

                                                                                                                 les ©himères du Krop

     

    « Interlude Chercher »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Septembre à 20:49
    Je me voyais le matin découvrant un jour nouveau ...quand la fin du rêve te réveilla au balcon de la tour du train-train quotidien ...
    Amitié .
      • Dimanche 22 Septembre à 23:52

        Grand merci. Amitiés.

    2
    Lundi 23 Septembre à 08:08

    Elle est insaisissable sauf par bribes ici ou là comme tu nous le proposes

      • Lundi 23 Septembre à 12:22

        Merci du passage et bonne journée.

    3
    patrick
    Mardi 24 Septembre à 07:05

    Tu définis de façon parfaite le Vagabondage Mental , tout en revisitant à merveille la notion de " Grasse Mat' "

    C'est très déculpabilisant et aussi vraiment tentant: Merci !

      • Mardi 24 Septembre à 12:50

        Merci à toi !

    4
    Jeudi 26 Septembre à 11:08

    Je connais ça, les longues insomnies, et puis à l'aube, le vertige du sommeil qui prend, mêlant songerie éveillée et rêve doux, comme un glissade sur un nuage blanc, irréel. Et la vie qui a continué pendant son absence au temps...

      • Jeudi 26 Septembre à 12:09

        Merci Balade. Baisers.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :