• Lamentations

     

     La chose, soit !, insignifiante aux yeux du monde, était désagréable et ridicule : des chaussettes toutes neuves, à fines rayures fleuries, et puis un trou, filet détissé, au gros orteil droit désolidaire et stupide.

     Elle marchait dans le froid, s’entourant de ses bras, et son nez coulait sur la salamandre bleue tatouée de son poignet gauche.

     N’eût été, justifiant son mal-être, la douleur sourde qui se manifestait dans son dos, juste à l’endroit de la courbure un peu trop accentuée, au premier tiers de la colonne, elle aurait presque ricané de l’inanité de ce jour où rien ne se gravait qu’on pût garder, alerte, ciselé, porteur.

     

     Murmures

      

     Elle était assise dans la cuisine, table blanche, cahier blanc, pensées rondes. Qu’elle la dompte, une fois pour toutes, cette réflexion qui ne se fixait pas. Elle passait son temps à retourner un champ où jamais rien ne poussait. Se mit à songer aux coquelicots de jadis.

     Fort, elle insulta, bras levés, une foule invisible et jura que les mots parleraient, et tant pis si c’était sous la contrainte.

     Fermant les yeux elle ouvrit le dictionnaire ; pointa. Et éclata de rire quand elle découvrit, là, sous la pulpe moite et fébrile de son index, le mot, que ce jour, rictus amer, aurait pu inventer : élégie.

     

    « InterludeLes ailleurs »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Décembre 2019 à 07:22

    tendre et triste poème du deuil ... il est de ces hasards qui n'en sont pas !

    amitié .

      • Lundi 9 Décembre 2019 à 19:59

        Je m'interrogerai jusqu'à ma mort sur cette notion de hasard ... Merci. Amitiés.

    2
    patrick
    Dimanche 8 Décembre 2019 à 08:00

    en effet ! ce "hasard" , celui qui fait , parait-il , si bien les choses , en est-il vraiment un ?

    Elégie , Elegy, en anglais.....

    Ce mot qui sera pour moi , et à jamais , LE titre du dernier morceau  du premier album de Patti Smith, Horses. Cette complainte , vibrante, aux intonations souvent déchirantes de Patti, m'avait comme cloué au sol, à sa première écoute. je suis resté de longues secondes( minutes ? ) à entendre le saphir de ma platine , en bout de course , faire ses Tchik, Tchik, Tchik signifiant qu'il était temps de relever le bras , sans pouvoir rien faire ....

    Elegy ...................

      • Lundi 9 Décembre 2019 à 20:01

        Eh ... je n'avais même pas pensé à cette chanson ... que tu m'a fait redécouvrir.
        L'état dans lequel elle te met, je le vis moi avec une autre chanson de la même, c'est "My madrigal" ...
        Grand merci pour ces ressentis de ta vie passée que j'aime à découvrir.

    3
    Dimanche 8 Décembre 2019 à 10:06

    Brumeux et clairvoyant à la fois, très réussi, bravo.

      • Lundi 9 Décembre 2019 à 19:58

        Merci beaucoup Thierry !

    4
    Dimanche 8 Décembre 2019 à 20:11

    quelle écriture!!!!!!

      • Lundi 9 Décembre 2019 à 19:58

        Grand merci ! :-)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Mardi 10 Décembre 2019 à 12:13

    Un immeuble plongé dans le brouillard de l’automne. Tout en gris pâles, voire défaits. A l'image de ton humeur. Heureusement le mot élégie te sort de ton marasme. Comme quoi, le hasard fait parfois très bien les choses.

      • Mardi 10 Décembre 2019 à 13:03

        Parfois, oui ... :-)  Grand merci !

    6
    Samedi 21 Décembre 2019 à 08:36

    Tu plantes le décor et l'humeur en quelques phrases, quand au chagrin vient s'ajouter le drame de la page blanche... et tu fais remonter le souvenir de mots qu'on croyait avoir oubliés... (((un peu vague quand même le souvenir, très honnêtement  je suis allée parfaire mon vocabulaire dans un dico, moi aussi)))

    ;-)

      • Samedi 21 Décembre 2019 à 08:59

        ;-)  Les souvenirs sont souvent vagues ... Merci de ton passage. Tendresse.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :