• Le culte de l'existence

     

    Paradoxes

     

     

    Le culte de l'existence

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - Vous n'avez pas l'air de souffrir...
    - Non, non. Je suis pris des pieds à la tête. Et des pieds à la tête, ça me fait, ça me fait...
    - Mais dites-le, à la fin, ce que ça vous fait ! [...]
    - Eh bien, ça me fait... ça me fait... Ça me fait rien du tout. Absolument rien du tout. C'est extraordinaire.
    - [...] Oui eh bien [...] moi, ça me fait pareil !
    - Alors qu'est-ce que c'est ?
    - C'est l'existence !
      (Roland Dubillard, Diablogues)

     

    Le culte de l'existence

     

    Le passage à la maturité, celle qui rendrait heureux parce qu'elle élève sans renier l'enfance, n'est-ce pas, plutôt que de vivre aigri.e en comptant les absences, en existant, sans cesse, dans les creux, celle qui nous ferait voir tout ce que nous avons, gratuitement et simplement ? Savourer le fait de s'éveiller, toujours en vie dans ce nouveau matin ; sourire à la lueur du jour, à la promesse de l'aube ; répondre d'une caresse à la tendresse du chat qui nous attend derrière la porte ; humer le bol de café, bien chaud et bien au chaud, avec un toit pour nous protéger ; prendre son temps parce qu'on en a un peu, là, fracture de quiétude entre deux collines de problèmes  : drôle de phrase, hein ! sur le chemin fleuri que nous suivions jusque là ! C'est que oui, ces plaisirs-là sont grands et si importants. Alors pourquoi ne pas s'en habiller une fois pour toutes, comme d'un tricot de philosophie confortable qui pourtant nous irait si bien ? Pourquoi ne pas être heureux alors même qu'on n'est pas malheureux ? Pourquoi cette sorte de fatigue qui parfois nous étreint, quand bien même on la brise en mille éclats de rire ?

     

     


    Raoul Vignal, Hazy days (sinon, la vidéo à la belle atmosphère qui l'accompagne, c'est ICI)

     

     

    « InterludeInterlude »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Janvier à 07:48

    c'est ce besoin de se projeter dans l'avenir qui nous fait, qui nous fait quoi ? mais dites-le ! 

    qui nous fait ... mais rien du tout ... aujourd'hui c'est un matin qui se lève sur un jour nouveau, présent, au chaud de la vie qui est, et dont je prends conscience, je le respire ... 

    amitié .

      • Samedi 20 Janvier à 21:35

        D'accord, on respire ! :-) Amitiés.

    2
    Lundi 15 Janvier à 11:11

    C'est tout simple, pourquoi voulons-nous toujours compliquer la vie... ? Bises, belle journée Nikole.  brigitte

      • Samedi 20 Janvier à 21:34

        C'est peut-être dans la nature humaine, parfois, de le faire ... :-) Merci. Bises.

    3
    Lundi 15 Janvier à 11:32

    J'aime beaucoup cette idée de s'habiller du plaisir quotidien d'être vivante comme d'un tricot, un gros pull, doux comme un chien de berger, et comme lavé à l'eau claire d'un torrent écossais. De plus en plus douce, libre, et légère... au fil du temps qui passe... 

    Tant pis pour les accrocs, les mailles échappées. L'avenir, c'est maintenant :-)

      • Samedi 20 Janvier à 21:35

        Joli ... joli ... :-)

    4
    Lundi 15 Janvier à 13:01

    Dubillard, j'adore. Je le jouais ce sketch dans un spectacle. J'ai mis en scène plusieurs ateliers théâtre adulte avec ses textes. Toujours un plaisir. Une pente douce vers l'absurde.

      • Samedi 20 Janvier à 21:37

        Je connais peu. Je découvre. La pièce de cette année sera comme d'hab, un mélange de textes avec pour sujet principal un banquet de mariage ... L'apéritif de Dubillard en fait partie.

    5
    Lundi 15 Janvier à 16:10

    Autrement dit et presque de manière très crue, pourquoi couper les cheveux en quatre alors qu'il suffit de prendre ce qui vient pour ce que c'est ?

      • Samedi 20 Janvier à 21:38

        Au moins ton commentaire n'est-il pas capillotracté ! :-)

    6
    Patrick
    Lundi 15 Janvier à 18:31

    J'avoue que "s’habiller du bonheur du quotidien" me laisse perplexe, quand bien même cette phrase est tres belle , et qu'on dirait le titre d'un album, d'un livre ou d'un film.

     

      • Samedi 20 Janvier à 21:40

        Pas bonheur, plaisir, juste un petit bout de plaisir par-ci par-là ... c'est plus acceptable, comme ça ? :-)

    7
    Lundi 15 Janvier à 20:11

    On peut aussi avoir envie de "construire" quelque chose, histoire d'avoir un "but", mais est-ce pour autant exister ?
    Ou sinon attendre que ça passe en remettant sans cesse les choses à demain sous prétexte de "profiter" du jour .....

    Vous avez 4 heures !

      • Samedi 20 Janvier à 21:42

        Qu'est-ce qu'exister ?
        Vous avez ... la vie ... :-)

    8
    Mardi 16 Janvier à 11:57
    daniel

    Peut être ne rien attendre de particulier....Vivre tout simplement en profitant de chaque instant......Le bien être se trouve souvent dans la simplicité.

      • Samedi 20 Janvier à 21:43

        Mais c'est -quand ma tête accepte- ce que je fais ...

    9
    Mardi 16 Janvier à 15:55

    J'ai eu la chance de toujours savoir jouir de l'instant éphémère... Vraiment ! (la caresse du chat, oui, le rire de mes bébés, oui, la chaleur du dedans quand il fait froid dehors, oui...) Oui, oui, oui ! et j'ai eu la chance que le destin m'évite le pire dans la malchance ! Oh la belle vie ! Vraiment ! Mais... c'est tout de même fatigant, la vie, parfois... :-))

      • Samedi 20 Janvier à 21:43

        Oui, parfois, c'est fatigant ...

    10
    Mardi 16 Janvier à 23:42

    Belle guitare acoustique dans la pièce musicale.

      • Samedi 20 Janvier à 21:44

        N'est-ce pas !

    11
    Jeudi 18 Janvier à 10:30

    "Les diablogues" sont excellents : de belles ouvertures vers la philosophie.  

    "Pourquoi ne pas être heureux alors même qu'on n'est pas malheureux ?" : inversé, «Pourquoi ne pas être malheureux alors même qu'on n'est pas heureux ?», il y en a comme ça.  

     

      • Samedi 20 Janvier à 21:44

        Pas moi ... :-)

    12
    Jeudi 18 Janvier à 15:47

    Cette vidéo est ensorcelante, musique et image.

    Elle donne envie de se tenir simplement debout, le corps au vent, et de respirer en se disant: que je suis bien.

      • Samedi 20 Janvier à 21:45

        Voilà qui me fait plaisir : merci !

    13
    Jeudi 18 Janvier à 16:57

    Hello?  Je reviens aux nouvelles, sur le bout des doigts...

    Fatigue? Sentiment de flotter... entre deux eaux dont l'une serait peut-être un peu saumâtre à ton goût? C'est vrai que c'est bien joli le jour le jour, mais il est parfois des instants présents dont on voudrait qu'ils appartiennent déjà au passé, tant ils sont inconfortables...

    Pensée douce, en attendant. :-)

      • Samedi 20 Janvier à 21:46

        Merci Balade, d'être repassée poser ta main douce sur mon front pour voir s'il était encore chaud ... :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :