• Propos de Salon

     

                        Dare-dare

     

    Propos de Salon

     

    L'essentiel étant de participer, dit-on, j'y participe... Salon annuel municipal d'art où quelque trois cents amateurs férus de peinture, de sculpture, de gravure et de photographie, apportent qui son mastodonte de métal, qui sa croûte enchantée. Deux cents échappent à l'humiliation de se voir rejeter l'œuvre chérie, et viennent recueillir le précieux verdict, et accessoirement une coupe de mauvais crémant, histoire de n'être pas venus seulement se faire piétiner au milieu des veaux, vaches, cochons et couvée traînés par les proches des artistes et les sommités de la mairie. 
    Cette année, encore plus que d'hab, je (nous ... merci JL pour toute l'aide technique et logistique, et ta participation) m'y suis prise au dernier moment, ai pioché dans mes stocks et fait tirer vite vite une image que j'aime bien.

     

    Propos de SalonPropos de Salon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Véritable docu sociologique que celui des gens présents à cette manifestation (moi y compris). Grimace en arrivant juste à l'heure prévue et en constatant un flux humain par endroits comme une tempête sourde, quête de l'endroit qui a été choisi, bien, mal, pour montrer l'épreuve de votre génie (je me souviens de ma déception la première fois, quand ma photo, déjà pas bien grande, et peu contrastée, avait été placée en hauteur), observation (de ma part) des attitudes (ah l'ego de l'artiste qui reste planté à côté de sa production et qui intervient : Vous aimez ? Ah ben ça me fait plaisir parce que c'est de moi ! Pitoyable !) Prise d'air comme après étouffement, et re-plongée, histoire de voir quelques trucs. Ruser pour se mettre là où il y a un passage. Pour voir ça ? Ah, non ! Bon, c'est vrai, j'exagère, il y eut des moments de répit, quelques sentiers déserts quelques secondes, où je me faufilai alors. Et puis un grand retard, d'au moins une demi-heure, ce qui fait que j'ai quand même pu, de ci de là, cahin-caha, cheminer, trottiner, et capt(ur)er quelques images... il eût fallu plus de temps et d'espace pour le faire plus et mieux mais cette volée me suffira (et vous aussi j'espère) car je n'aurai sans doute pas l'heur d'y retourner, quoique...

    Chaque année, il y a un.e invité.e-phare, ce qui est en l'occurrence le cas de le dire de cette Malouine, "peintre officielle de la Marine" (Marie Détrée-Hourrière). J'aime les bords de mer industriels -graphiquement-, les appareillages portuaires toussa toussa. J'ai plutôt bien aimé son style de peinture, dont voici un échantillon :

    Propos de Salon

     

    Si je veux schématiser à la serpette, il y a selon moi l'art de la main, et celui de l'œil : si la photo relève de ce dernier, les autres arts présentés ici relèvent du premier. Voici les coups de main qui ont attiré mon œil :

            La ligne graphique de très beaux nus (à gauche, de Florence Desserin, à droite de Rini Fehri).   

                Propos de Salon

    Propos de Salon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      Des techniques délicates : aquarelle (Vincent Duboëlle), crayons (Jeanne-Marie Veron) :

       

        Propos de Salon  Propos de Salon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Propos de Salon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il y avait aussi cette drôle de jolie chose (de Cho Nan-  Young ; titre : Regard) : peinture acrylique, avec des fils et des cheveux intégrés dans la toile ; ça ne manquait pas de charme ...

     

     

     

    Du mystère intéressant, j'en vis dans un tableau (Marie-Pierre Didrich, Voyage au bout de la nuit) qui me rappela l'univers de Delvaux :

     Propos de Salon

     

    Les représentations de Venise m'intriguent toujours ; j'ai accroché avec celle-ci (de Marcel Lecluse, nom qui me fit sourire).

    Propos de Salon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     C'était le secteur aquatique, on aurait dit ... j'y ai rencontré une sorte de Micheline Jackson ...

     Propos de Salon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La main-la technique, certes, c'est un atout loin d'être négligeable en photo, mais outre le fait qu'on peut rattraper des manquements au traitement quand on n'a pas su ou eu le temps de faire en amont, la photographie, pour moi, reste ce moment où le regard a saisi le moment ; la photo est un contact avec l'œil, et un réflexe de rapidité : clic de l'œil, clac de l'appareil, si possible en fluidité, en discrétion, dans un mouvement (presque) naturel, œil de métal au bout de la main...

     

    Propos de Salon

     Cette huile, puisqu'il s'agit ici d'un tableau (Annie Pernel, Désertion Montana) pourrait presque en être une, de photo, de ces photos de grands espaces états-uniens où sont englués ça et là au fil de routes qui n'en finissent pas et de sols arides qui s'étendent si loin, motels et cafés qui nous (me) font rêver via ce qu'on a vu dans les films, entendu dans les chansons ou lu dans les livres ... et surtout ce qu'on s'en est imaginé dans nos (ma) tête(s). La Route 66 -et les autres- m'auront toujours fait rêver...

     

     

    Propos de Salon

    ... Cuba (photo, cette fois -de D.Djebbour-) aussi. Aussi loin de moi que me paraisse ce pays, curieusement, il m'attire ... probablement le syndrome "Buena Vista Social Club"... voire !

      Propos de Salon

     

    Si c'était moi qui avais décerné le prix photo, c'est cette photographie/collage (de Magali Tisserand, C'était un 8 mars à Paris) qui aurait été mis en vedette, parce que c'est ce que j'ai préféré. J'aime beaucoup ce type de création.

     Propos de SalonNon, c'est cette photo, à gauche, Bercy (Françoise Martin), qui a remporté les suffrages. Et si elle est miniature sur ce billet, c'est dans un souci d'équilibre de la page (n'oubliez pas que vous pouvez toujours voir les images dans un plus grand format en cliquant dessus.) D'autant que, j'avoue, je l'ai tronquée, cette photo : elle était encore plus grande verticalement, mais les reliefs de scories des loupiotes de la salle l'enlaidissaient, alors j'ai coupé le ciel ... j'ai coupé le ciel, c'est rigolo comme formule ! de presqu'autant qu'il est là ... eh ben vous savez quoi ? C'est peut-être un sacrilège mais au final je la préfère ainsi, cette photographie ; elle accentue pour moi le décalage ombre qui marche/espace codifié et personnages en liberté/ciel fermé ... enfin quelque chose, pour moi, de cet ordre. Je la trouve belle, aussi, cette photo gagnante.

     

     

    De tout cela, je ne veux garder en images finales que celle de cette gamine (une variante ce jour sur l'autre site journalier), comme d'un autre âge, que sans doute on traîna là, derrière sa cage de verre comme un miroir sans tain, à l'abri dehors, et dont on ne devine pas les pensées devant cette agitation humaine autour de tant d'images fixes.

     

    Propos de Salon

     

    Propos de Salon

     

    Et puis ce bateau qui m'en rappelle un autre dont je regardais chaque jour l'image au-dessus des cartes de géographie, dans une des classes de l'école communale, un bateau que j'ai cherché chez bien des peintres, et que je n'ai jamais retrouvé. Il était bleu foncé, échoué et pourtant il m'emportait loin, chaque fois. Ce tableau-là (de Jean Gorin, Solitude) est gris et c'est la couleur des souvenirs. Mais pour moi ce n'est pas la couleur de la tristesse, non, c'est celle du flou, du passé, des sentiments. La couleur du parfois, la couleur du pourquoi. Et me revient aussi, cette chanson-là. Les souvenirs sont tellement à notre image à nous que quand bien même je le retrouverais, là, sur une toile, devant moi, ce bateau de ma mémoire, est-ce que je le reconnaîtrais?

     

    « Fantaisie passagèreInterlude »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Patrick
    Lundi 29 Janvier à 11:21

    Montrer ce qu' on sait faire, ou ce qu'on s'est fait, laisser une trace visible au plus grand nombre, partager ses émotions en  les imprimant, les dessinant,  ou en les sculptant, ...se mettre a découvert, sinon plus, via une création personnelle ...le mystère de l'Art n'en reste pas moins celui des Artistes. En herbe , ou "reconnus " .

    Comme un peu de Soi, qui serait en trop, a faire sortir , pour aller bien , ou juste mieux.

    Dans l'attente, parfois anxieuse , du regard des Autres posés sur ce bout de Soi, fixé au mur , ou posé Là,

     

      • Vendredi 2 Février à 12:20

        Merci beaucoup pour cet avis fort intéressant !

    2
    SergioBro
    Lundi 29 Janvier à 13:32

    (une variante ce jour sur l'autre site journalier)

    « Maman m’a trainée ici , moi je traine ma doudou »

      • Vendredi 2 Février à 12:18

        Bien dit ... elle a besoin de ça au minimum, vu la pauvre petite tête qu'elle fait, et qui ne semble pas à la fête.

    3
    Lundi 29 Janvier à 14:17

    ce sont tes mots qui m'impressionnent, tellement que je me retrouvais au milieu de ces gens à parcourir les allées jetant des regards éblouis face aux oeuvres que tu nous racontes et fais voir  ... n'étant pas experte en art jamais je ne pourrais les départager, toutes sont si révélatrices des amours-passions de leur auteur !

    amitié .

      • Vendredi 2 Février à 12:18

        Merci pour ce commentaire joli et bienveillant. Amitiés Marie-Claude.

    4
    Lundi 29 Janvier à 15:09

    Varié, vivant, lumineux. Merci.

      • Vendredi 2 Février à 12:19

        Merci à toi !

    5
    Lundi 29 Janvier à 16:42

    Je fuis les galeries car ce fut toujours une déception lorsque je m'y aventurais. Je ne vais voir ,que celle des peintres que je connais (fort peu). Oui, je sais, je passe sans doute à côté de vraies valeurs, mais bon, c'est un choix. Ceci dit, cette expo semble t'avoir procuré quelques agacements (à cause de la foule), mais tu réussis à montrer des photographies intéressantes. J'apprécie tout particulièrement la photo de la petite fille. Le sépia y est pour beaucoup, mais pas que. Elle semble perdue au milieu de ces dos qui la côtoient. Un instant fragile sans doute. Très beau ton cliché.

      • Vendredi 2 Février à 12:24

        Je vais peu dans les galeries, sauf si je vois par hasard, de la rue, des œuvres qui m'attirent, ou pour un artiste particulier dont une paire d'œuvres aperçues sur Internet m'attirent. Il s'agit là de l'espace culturel de ma ville. Quant à la foule, en général, je la supporte de moins en moins (mas qui la supporte vraiment en réalité ?) le vieillissement (je parle pour moi) donnerait-il envie de tranquillité ?

    6
    Mardi 30 Janvier à 14:36

    Une très jolie chronique de la visite d'un salon , nous aurons le meme ce printemps, je m'y rendrais attentif et admiratif de ceux qui exposent.. J'en suis bien incapable de présenter quoi que ce soit. 

      • Vendredi 2 Février à 12:26

        Bienvenue ! C'est très gentil de passer chez moi. Merci pour ce commentaire. On fait tous des œuvres ; les tiennes existent sûrement dans d'autres domaines.

    7
    Mardi 30 Janvier à 16:49
    daniel

    L'essentiel, c'est de créer....C'est le cœur de la vie !! Respect pour tout ce travail !!

      • Vendredi 2 Février à 12:28

        Merci daniel pour ce commentaire.

    8
    Mardi 30 Janvier à 19:53

    C'est sympa de faire le compte-rendu de cette expo. Je ne suis même pas sur d'avoir le temps d'aller voir ce qu'ils ont fait de ma photo, alors là je sais qu'elle est près de la tienne, en bonne compagnie !

    Merci NiKole et bonne soirée.

     

      • Vendredi 2 Février à 12:28

        :-) Je me devais quand même de dire quelques mots ... et de montrer des images. Merci. Bonne journée.

    9
    Mercredi 31 Janvier à 14:50

    J'adore ce genre d'immersion, merci Nikole. Pendant que tu te baignais dans la création contemporaine, je parcourais les allées d'un grand salon d'art (mon prochain billet).

    La photo panoramique de Magali Tisserand me plaît beaucoup, et aussi ce chignon de profil de Cho Nan-Young avec la barrette rouge dans les cheveux, drôlement intitulé "Regard", bien qu'on ne montre pas les yeux (juste les cils), mais bien l'attitude de la tête tournée vers...

      • Vendredi 2 Février à 12:30

        Comme je te réponds avec un décalage, j'ai vu que tu avais posté ledit billet. Que bien sûr j'irai lire et regarder.
        Je suis contente que tu partages certains de tes goûts avec les miens. :-)

    10
    Mercredi 31 Janvier à 14:52

    Et bravo pour ta participation, bien sûr, j'aurais pu commencer par là !

      • Vendredi 2 Février à 12:31

        :-) Ce n'est vraiment pas grave ; mais merci.

    11
    Mercredi 31 Janvier à 15:16

    Je me souviens de ta déception de la dernière fois...tu sembles bien plus enthousiaste cette fois, tu as beaucoup de talent. L'oeil, la photo captent l'instant, le transforme parfois.

    Un réel plaisir de se balader dans tes mots, dans l'expo avec toi!

    Merci beaucoup Nikole.

      • Vendredi 2 Février à 12:33

        Bah, on espère toujours, c'est humain ... je ne me souviens pas de ma déception l'an dernier, mais c'est vrai que j'aimais beaucoup la photo que j'avais présentée l'an dernier.
        Merci pour tes mots si gentils, ça me touche.

    12
    Lundi 5 Février à 17:39

    De très belle choses qui me touchent, Florence Desserin et Cho-Nan-Young. Je ne connais absolument pas mais ceux-là gagnent à être connus.

      • Lundi 5 Février à 18:03

        Je trouve aussi ... merci de ton passage !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :