• Quatre ans

    Blogs ...

     

    Pailletant chaque fleur d'une humide étincelle. Parfois, je me réveille avec des bouts de textes qui sortent du vrac de ma vieille mémoire. Ce matin, c'était cet extrait de Verlaine, allez savoir pourquoi ! Y'a comme un grand sac de mots et d'images là-dedans, et ça sort comme ça veut !   :-)

     

    Quatre ans

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'était un vingt-deux août et j'écrivais en ce lieu mes premiers mots. D'ordinaire, les autres années, je choisissais ce jour pour parler de blog(s), faire le point, et puis changer, comme un rituel de renouvellement, un petit quelque chose dans la présentation.
    Mais cette année, non : le bateau suit les vagues sur un rythme de croisière. Ce blog, contrairement à Aminus, où je poste une photographie par jour, est devenu vraiment une chronique aléatoire parcellaire de moments de ma vie, frustrante parce que je voudrais y montrer tant de (plus de) choses vues, écrire tant de (plus de) choses ressenties, partager tant de (plus de) choses à découvrir, dire et faire ; et faites ... Mais la vie est ainsi menée qu'on ne peut tout choisir à la fois, et elle fonctionne ainsi en creux et par défaut ...  :-) Alors un blog, le mien en tout cas, ça reste, et ça restera probablement, des moments, des images, quelques phrases et un peu de musique, en essayant de faire en sorte que ne s'installe pas la lourdeur, et en espérant toujours que ça concerne quelqu'un-e.
    Une poignée de fidèles suit ces petits billets, et j'ai une reconnaissance immense pour celles-ci et ceux-là qui font qu'on n'a pas l'impression d'exister virtuellement dans le vide. Les affinités sont plus ou moins grandes, sans doute, mais il y a de vraies rencontres, avec toute l'ambiguïté que ce terme-là génère. Comme en amour, les attirances, réciproques ou non, ne se contrôlent pas, et il y a des personnes qui me sont devenues chères : j'en ai rencontré certaines en vrai, et d'autres même pas, mais elles sont importantes quand même : leur écriture, leur art, les signes qu'elles vous font, leur monde, vous deviennent importants, vous émeuvent jusqu'à, parfois, vous donner la chair de poule, cette manifestation que j'évoquais dans le billet précédent, et qu'il est incroyable et si bon de ressentir.

     

    Et puis, vous allez à votre boîte aux lettres, la véritable, celle de votre immeuble ... peut-être une carte postale ... on ne sait jamais ... le vrai courrier est si rare, et vous aim(i)ez tant ça, quand ça existait vraiment encore ! Votre œil s'arrondit : une enveloppe manuscrite qui n'est pas administrative, une écriture que vous ne reconnaissez pas ... pas vraiment ... vous soupesez et vous prenez le temps ... vous souriez à la surprise, car vous sentez de bonnes ondes ... bien sûr, vous finissez par ouvrir, alors que des miettes de fleurs séchées tombent sur vos mains ... vous souriez encore ... vous lisez le mot, les mots ... d'une de ces personnes, , celles que vous venez juste d'évoquer ... et vous vous dites, avec émotion, qu'il y a encore un peu de poésie en ce monde ... qui paillette certains instants de votre vie ...

     

    Quatre ans

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos faites par le Krop ... la première en vague autoportrait dans un détail d'une photo de Louis Stettner.

     

    « Son et lumièresGlandouiller, vite ! »

  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Août 2016 à 23:01

    Bon anniversaire et longue vie à ce blog même un peu décousu (dans son suivi, je ne jugerais pas l'écriveuse ...)

     

      • Samedi 27 Août 2016 à 09:52

        je ne me donne plus de contrainte de fréquence ... ça suit ma vie et ses contraintes à elle ... et ma vie est peut-être décousue ... :-)  (Tu as le droit de juger, ou si tu ne veux pas utiliser ce mot, donner ton avis sur l'écriveuse, ou tout au moins sur ses écrits ... no problemo for me !)

    2
    Mardi 23 Août 2016 à 23:53
    Touchée par ce beau billet... Merci, Nicole. Je suis heureuse que la petite enveloppe ait bien voyagé jusqu'à vous....
      • Samedi 27 Août 2016 à 09:52

        Tendresses Sibylle♥

    3
    Mercredi 24 Août 2016 à 07:45

    Ah ouais... Exister virtuellement dans le vide... Bien connu ça, hein !


    J'ai apprécié ce texte et je te remercie.

      • Samedi 27 Août 2016 à 09:54

        Le vide n'en est parfois pas un, en tout cas pas sidéral ... des gens passent, mais qui ne laissent pas de traces écrites ...
        Je suis contente que tu aies apprécié ce texte.

    4
    Mercredi 24 Août 2016 à 16:20

    Un bel article, empreint de sensibilité. Vous dites ce sentiment que nous ressentons tous à force de s'exprimer sur les blogs, partageant beaucoup et en même temps si peu de ce que nous sommes. Nous connaissons tous des moments où le doute s'installe, où la vanité de nos propos nous apparaît dans sa cruelle vérité. Et pourtant, nous revenons, encore et encore, comme s'il n'y avait aucun moyen de nous retenir, comme si l'appel des mots était inéluctable, comme s'il fallait à tout coût écrire même à propos de choses anodines. Je passe davantage de temps à errer de blog en blog que je n'en me consacre au mien. je me pose souvent la question de continuer ou de cesser complètement.

    Oui, les blogs sont un lieu de rencontres souvent fortuites, puis qui s'ancrent dans notre quotidien. Au point que, lorsque ces relations cessent, on se sent orphelin, démuni, tronqué. Oui, c'est le plus souvent du virtuel, mais un virtuel pénétrant et essentiel. A preuve ces escapades espacées mais récurrentes, ces rencontres qui deviennent très vite essentielles, l'attachement qu'on éprouve pour tel ou tel blogueur, le rythme des échanges, leur contenu, les liens qui se tissent sans qu'on y prenne garde et qui, lorsqu'ils se délitent, nous arrachent des soupirs ou provoquent des regrets.

    Au fond, le virtuel est tout aussi réel que la vraie vie, il en est le pendant indispensable qu'on a créé à travers l'espace et qui défie le temps. Non, ce n'est pas que du vide puisqu'il s'agit de relation.

      • Samedi 27 Août 2016 à 10:00

        Je vous remercie énormément pour votre texte : c'est gratifiant pour moi, et encourageant sur le blog, et l'écriture, qui m'est importante, je pense que les gens qui me suivent l'auront compris.
        Pour revenir sur la virtualité (réelle ou importante bien que virtuelle, on le dira comme on le sent), certes les relations existent, mais comme je l'écrivais à Mario, parfois on ne s'en rend pas compte, parce que ce n'est pas visble. Je suis toujours sidérée quand on me dit ou m'écrit : je lis ton blog : quand je n'ai jamais, ou juste une fois, il y a longtemps, lu la trace de cette personne, comment le saurais-je, et comment, alors, me sentirais-je exister dans ces yeux-là. Bien sûr, il ne faut pas s'obliger à écrire (et je pense et j'espère que les gens ne le font pas) mais ça change beaucoup de chose dans la perception de celui/celle qui reçoit, pour la plupart en tout cas.

    5
    Jeudi 25 Août 2016 à 10:21

    Louis Stettner, une expo emprunte d'une sensibilité toute simple, si... humaine et si rare à la fois.

    Le courrier, sa disparition nous prive d'un modeste plaisir de l'espérance que nous avions chaque jour en ouvrant la boite aux lettres, c'est bien vrai!

    Les blogs ? ils sont bien source de liens sociaux. Ils montrent aussi parfois, le désert dans lequel se trouvent certaines personnes qui semble ne plus avoir d'autres canaux pour partager leur quotidien: "J'ai fais des confitures" "Il fait beau"... Toutes choses qu'on disait autrefois à sa concierge, au boulanger... Internet rapproche les claviers, mais éloigne les cœurs. 

    Avec mes premières communications dans le domaine de la photo avec les blogs, je recherchais la "critique constructive" J'étais en attente de conseils: "Tu aurais dû cadrer comme ça" "Ton sujet n'est pas assez clairement lisible" etc... Rien. Avec mes tentatives d'entrer plus avant dans l'intimité d'une publication par un autre blogueur, J'ai été surpris de la susceptibilité des auteurs à la moindre tentative de questionnement de leurs œuvres. Mes demandes de critiques au sujet de mes photos sont toutes restées lettres mortes.

    Facebook et les réseaux sociaux nous ont conditionné à une vision du monde tellement pauvre: Like ou Rien.
    Cela a t-il un rapport avec cette frilosité? Nous tous, n'attendons nous que des Likes ?

    Finalement, dans cette société en replis sur elle même, en complète mutation, j'y trouve tant de contractions, de situations absurdes, qu'il ne m'est pas si difficile de montrer quotidiennement une facette de notre monde qui interroge.

    Il me semble qu'il en va de même pour toi.
    Et c'est bien.

    Félicitation pour la qualité de tes blogs. Continue ta quête.    

      • Samedi 27 Août 2016 à 10:18

        Toi qui es plutôt concis, merci pour ce long texte fort intéressant et que, mais tu t'en doutes je pense, j'aurais presque pu écrire au mot près. Je suis affligée par ce qu'est devenue la communication : j'en ai déjà parlé ici et j'en parlerai encore sans (aucun) doute. Affligée et bien souvent en colère. Quel gâchis humain, et quel avenir (pour ça aussi) : j'en frémis. Et même si chacun(e) fait ce qu'il veut d'un blog, je suis affligée, aussi, des commentaires tata Ginette. Tu as raison, on a l'impression que certaines personnes ne rencontrent personne dans la vraie vie, mais là encore j'ai l'impression de m'ériger en juge,et je n'ai pas à le faire, c'est juste que je fuis ces blogs-là, ces personnes-là, de même que je "zappe", si j'y ai été attirée par un quelconque lien, tout blog qui te saute à la figure par des couleurs pétantes qui clignotent dans un fatras agressif : pour moi, c'est physique, désagréable. Je n'ai certes pas des dizaines de commentaires parlant de confitures (mais j'ai failli faire un reportage sur celle que j'ai tenté faire de main de bouddha, et j'ai déjà parlé du temps, de la pluie en particulier ;-) ...) mais j'apprécie -infiniment- les commentaires intelligents, drôles, amicaux, instructifs que je lis ici : des mots qui me font réfléchir, et ça, revigorer ma vieille carcasse en ses neurones, c'est si bon ! Quant aux critiques, enfin, là encore je te rejoins : non seulement ça ne me dérangerait pas, mais j'aimerais qu'on me "critique" sur ce que je fais (photo ou écriture) ; avec des arguments de part et d'autre, voilà une discussion qu'elle serait intéressante. On m'a déjà fait quelques remarques avec toutes sortes de précautions, comme en marchant sur des oeufs, et ça me fait sourire : les personnes ont peur de blesser, mais comment être blessé par ce qui est dit parce que ça suscite de l'intérêt, et de l'interrogation. Sur certains sujets, l'image, ça passe encore, mais il m'est arrivé de faire des remarques orthographiques sans agressivité, pas à ceux qui en font tout le temps, mais parfois, à ceux qui précisément ont une bonne orthographe, parce que moi j'aimerais qu'on me dise si je me suis trompée ou qu'il y a un point que je dois revoir, et là, je me fais incendier ; alors je ne le ferai plus (mais peut-être que je ne peux m'en empêcher, alors ne jurons pas !). Certains sujets sont sensibles et les gens se sentent, je ne sais pas, humiliés ?? Alors que "critiquer" quelqu'un peut être fait de façon positive, et avec bienveillance. Ce n'est jamais la personne qu'on remet en cause, mais un acte, un tout petit acte ; j'ai l'impression que les gens pensent qu'on ne les aime plus, si on critique quelque chose qui a été fait par eux, pfff !

    6
    Jeudi 25 Août 2016 à 10:38

    Le principal c'est que la poésie circule, s'envole, de portes en portes, de blogs en blogs, peu importe. Merci à toi pour le partage. Très juste e que tu évoques avec des mots simples.

      • Samedi 27 Août 2016 à 10:22

        La poésie circule, oui, si bien, avec certain(e)s ...

    7
    Jeudi 25 Août 2016 à 22:13

    J'ignore pourquoi, je me le demande à chaque fois heureuse de ne pas savoir me répondre... J'aime penser à toi sur l'île que tu portes dans ton coeur. Tu sais, l'île de Nikole!!! ;)

    En tout cas, moi aussi je tiens à toi! :)

      • Samedi 27 Août 2016 à 10:24

        Tu ignores pourquoi quoi lylouan, les attirances ? Nul(le) ne le sait. Ce sont des émotions imperceptibles, impalpables qui passent. la fameuse chair de poule ...  :-)  Tendresses :-)

    8
    Vendredi 26 Août 2016 à 16:36

    Quand je l'ai créé, j'ai donné comme argument à mon blog : "de tout et de rien". Avant, c'était bien, je restais dans le "rien". Je me demande si maintenant je ne pontifie pas un peu. Et ça m'agace. Mais comment s'empêcher de jouer avec les mots, de trouver la formule et, pour cela, chercher le thème qui n'en sera que le prétexte et le support ? Faudrait que je revienne aux origines ...  Bises amicales et à plus. Florentin

      • Samedi 27 Août 2016 à 10:27

        Un blog évolue forcément, c'est un chemin. Je n'ai pas la sensation que tu pontifies. Et comme tu dis, on ne peut s'empêcher ... Bises amicales à toi aussi.

    9
    Samedi 27 Août 2016 à 07:27

    Je n'avais pas réellement remarqué la dernière photo. Je lui ai fait prendre de l'expansion et... Hé! C'est vraiment très très bien!

      • Samedi 27 Août 2016 à 10:28

        Je ne vois pas ce que tu veux dire pour cette dernière photo mais ... merci !  :-)

    10
    Samedi 27 Août 2016 à 07:33

    Merci de partager des réflexions profondes et sensibles sur les relations qui, peu à peu, se créent entre blogueurs.

    Il y a peu que je clique sur ton oeil, je m'y sens bien. Amicalement.

      • Samedi 27 Août 2016 à 10:29

        Merci à toi. J'apprécie aussi ton blog, même si je passe sans souvent laisser de commentaires (moi aussi, comme d'autres chez moi  :-) ...) ; il est d'ailleurs dans mes liens. Amicalement itou.

    11
    Dimanche 28 Août 2016 à 02:12

    Je m'étais préoccupé avant t9ut du texte, sans m'attarder aux photos, mais en revenant ici, je me suis rendu compte que la seconde photo était excellente.


    Pour ma part, tes remarques orthographiques ou grammaticales me font plaisir. Parfois, j'écris mes articles un peu rapidement,,,

      • Dimanche 28 Août 2016 à 08:47

        Ah ! :-)  merci Mario !

    12
    Lundi 29 Août 2016 à 09:02

      • Lundi 29 Août 2016 à 09:23

        Merci de ton passage en coup de vent et en coup de coeur ! :-)♥

    13
    Mercredi 31 Août 2016 à 10:06
    Gilsoub

    Bon blog anniversaire ! Le monde virtuelle n'est pas si loin du réel, et je ne compte plus les belles amitiés qui sont nées via mon blogue, qui se sont concrétisé autour d'un verre voir plus... et même l'amour... c'est dire ;-)

    longue continuation à ton blogue et continue à nous régaler de photo, texte et musique :-)

      • Mercredi 31 Août 2016 à 10:21

        :-) Oh, comme c'est gentil ! C'est très touchant ; merci, vraiment !

    14
    Jeudi 15 Septembre 2016 à 16:35

    bon anniversaire dis donc!moi ça fera 2ans en octobre et je trouve ton texte très juste et beau, dis tu me donnes ton adresse pour le cas où une envie de poster "en vrai" pointe son museau pointu, bisettes

      • Vendredi 16 Septembre 2016 à 09:46

        Merci pour ce si gentil mot :-)
        Je te donne mon adresse postale sur ton site, là où on peut laisser les messages. Bisettes itou.

    15
    Nana
    Lundi 26 Septembre 2016 à 17:08

    Bonjour Nicole, 

    Bien plus aléatoire que la tienne ma présence sur vef , mais quand on est occupé par une autre activité, on laisse son blog de côté... 
    À cet hiver peut-être, quand le froid me contraindra de rester chez moi
    Toujours aussi vraie dans tes écrits, tes textes ne laissent pas insensible, et bonne continuation, bise amicale...
    http://causons.vefblog.net/  

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :