• Répit ?

     

    Les symboles du silence

     

    Dans un épisode de la série américaine New York unité spéciale, un criminel profite d'Halloween, sa confusion et ses déguisement pour tuer des gens. J'ai pensé à ça en entendant la nouvelle dégueulasserie terroriste (?). Elles sont toutes faites sans masque, délibérément. On parle davantage de celle-là que d'autres où bien plus de personnes meurent pour les mêmes raisons, mais je n'oublie personne. Le crime terroriste organisé (?) est hélas maintenant une pratique courante, fréquente, bien plus bouchère, j'en conviens, un peu plus au sud, mais c'est comme si c'était devenu un élément normal avec lequel on devait vivre, ce que, du reste, on fait, et peut-être encore plus fort, parfois, du coup. Un jour le quatorze juillet, un coup un temps où on pense à nos morts -un peu plus peut-être- dans un certain silence qu'on souhaiterait paisible. La vie est faite de symboles et ils peuvent faire ce qu'ils veulent, ils ne détruiront pas les miens, ni mon fol amour de la vie. Une fois de plus, ma compassion tripale va aux victimes de souffrances et de morts infligées, sur le monde entier.

     

    Répit ?

     

    Je ne voulais rien écrire ce jour (j'avais quand même déposé ICI une image et quelques mots) et puis quand j'ai entendu ça, j'ai eu soudainement en tête des images de ce début d'automne, d'un petit cimetière de Charente, à Lichères, où nous avions déambulé dans des allées habitées par la paix et l'émotion vives, un peu étranges, au long de ces listes de prénoms, noms et manifestations d'amour. Mais le choix des mots, désuets, essentiels, convenus ou déchirants, lus, que je pensais avoir notés, ne l'ont pas été, et resteront ce jour absents.

     

    Répit ?

    ... profusion ... comme autant de pensées dispersées rassemblées ...

    Répit ?

    ... Zéline ...

    Répit ?

    ... sourire avec les pierres ... se recueillir devant les fleurs de faïence ...

    Répit ?

     ... si dure la mort, quelle qu'elle soit, alors celle d'un enfant ! ...

     

    C'était près d'une église que je trouvai fort belle, moi qui d'ordinaire préfère l'esthétique des usines à celle des bâtiments religieux. Mais peut-être était-ce le moment qui faisait ça. Et tout près, jouxtant un arbre torturé à tête luciférienn(ICI) des champs de tournesols morts (ICI aussi), comme des soleils éteints.

     

     

    Répit ?

                              ©liquez, apporochez-vous ; photos : l'oeil du Krop

    « BisInterlude »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Novembre à 09:51

    Actualité toujours terrible, et pourtant nous devons continuer sur les chemins de la vie... Peut-être devons-nous vraiment nous interroger sur nos propres violences ? Rien n'est là par hasard, c'est bien de faire silence et de se questionner il me semble. À bientôt Nikole.  brigitte

      • Jeudi 2 Novembre à 21:42

        Merci pour ton com, Brigitte !
        Nos propres violences ? Lesquelles ?

    2
    Mercredi 1er Novembre à 11:07

    ... il est des lieux qui nous rappellent qu'avant nous, il y avait des vivants...des inconnus dont nous voyons la trace. Ce n'est pas le mot souhaité et pourtant, je n'en vois pas d'autres...

    J'aime visiter les cimetières, j'ai l'impression de leur rendre hommage...

    Bises du jour de Mireille du sablon

      • Jeudi 2 Novembre à 21:44

        je pense que tu as raison, c'est une forme d'hommage ; une façon de se dire que les gens ne disparaissent pas complètement. Bises à toi aussi et merci.

    3
    Mercredi 1er Novembre à 11:51

     tous nos chers disparus que nous tenons au chaud de nos coeurs, toutes les victimes de ces attentats odieux ... nous incitent à aimer la vie ... c'est paradoxal, je sais ... mais je n'ai pas encore trouvé autre chose pour leur faire honneur ... 

    amitié .

      • Jeudi 2 Novembre à 21:45

        Non, ce n'est pas paradoxal, j'ai le même ressenti que toi. Amitiés.

    4
    Mercredi 1er Novembre à 15:29

    Le hasard de la vie (ou bien ma bonne étoile ?) a voulu que ces jours de tristesse, de souvenir et de recueillement se muent en jours d'allégresse, de renouveau, et de résurrection pour moi à partir de 1970...

      • Jeudi 2 Novembre à 21:46

        Sans doute grâce à une belle rencontre...

    5
    Jeudi 2 Novembre à 09:02

    Mémoire, retour sur soi, les souvenirs, les autres, notre histoire...

      • Jeudi 2 Novembre à 21:46

        Oui, tout ça.

    6
    lylouan
    Dimanche 12 Novembre à 21:53

    Il y a peu, mon regard s'est posé sur un passage du Petit Prince gravé sur une plaque funéraire: "Je crois qu'il profita pour son évasion, d'une migration d'oiseaux sauvages...". C'était un homme, né en 1908 et mort en 1978. J’espère un éternel enfant...

      • Lundi 13 Novembre à 22:41

        Sûrement...  Merci.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :