• Rid'eau

    Rentr'erre

     

     

                                                                                                La Grande Plage © L'oeil du Krop

     

     

    Ne pas passer la première nuit sans marcher vers lui, sans l'entendre, puis le voir, même à peine, l'océan.
    Deviner quelques personnes dans le noir, qui repartent. Se sentir alors tous les deux ensemble au centre du monde et de l'universel.  Avoir le cœur qui se serre et bat fort. Cadense. Tandis que le corps est si calme. Absolu.

     

    « Quelques joursDissemblances »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 21 Mai à 18:09

    être deux pour ne faire qu'un !

    amitié .

      • Dimanche 21 Mai à 19:09

        Quand on le peut. Merci. Amitiés.

    2
    Lundi 22 Mai à 07:31
    Pastellle

    Un moment magnifique à coup sûr... 

      • Lundi 22 Mai à 21:46

        Sans mesure. Chaque fois. Et avec la même émotion.

    3
    Lundi 22 Mai à 07:42

    Un bord de mer la nuit... A la fois beau et effrayant. Beau parce que la mer est calme et flirte avec le sable, effrayant à cause de l'absence de lumière. Comme si toute cette eau était prête à nous engloutir. Une impression qui me poursuit depuis longtemps. Même de grand matin. C'est tellement immense. L'infini insondable qui arrive par vagues lentes et apparemment douces, léchant le rivage en une caresse perpétuelle. Pas un bruit autre que celui de cette eau venant du fond de l'horizon. Silence étrange semé des roulements des vagues qui vont et viennent indéfiniment, régulières, insistantes. Et qui pourraient devenir rouleaux compresseurs.

      • Lundi 22 Mai à 21:47

        Des mots qui me parlent tant. Oui la peur, un peu. Mais un infini si porteur.

    4
    Mardi 23 Mai à 22:57

    J'aime autant y vivre la fin de mes jours que le début de mes nuits... ;) 

    Vivement la prochaine escale Nikole... 

     

     

      • Mercredi 24 Mai à 23:35

        C'est sûr !  :-)

    5
    patrick
    Mercredi 24 Mai à 15:25

    Tes jolis textes témoignent avec force de ce rapport privilégié s'il en est, que tu as  avec  la Mer , avec l'Eau , la Lumière......

    Pour avoir moi-même des rapports très sensiblement identiques , c'est toujours avec délices que je lis tes mots, en déployant des trésors d'énergie pour , surtout, éviter d'aller fouiner dans mes 40 ans de travail en psy pour y trouver un quelconque sens qui me ferait peut-être plus de mal que de bien .

    C'est bien comme ça et le sens que ça a m'importe peu.

    Contemplons, et profitons : c'est déjà beaucoup.

      • Mercredi 24 Mai à 23:42

        Salut Patrick. J'aime beaucoup quand tu passes ici et racontes des choses. Merci infiniment pour "délices" ! :-) ... C'est toujours agréable de lire les coms de gens raccord avec mes sensations. Et si les personnes qui passent ne sont pas nombreuses, leurs commentaires ne sont jamais banals, et c'est gratifiant. La sincérité, le rêve, le partage, l'humour, tout ça ça fait du bien.
        Tant d'années au milieu des "fous" ne t'ont pas trop "dévié" ! :-)  (en apparence tout au moins).
        Tu as raison, il ne faut (sans doute) pas trop chercher ... et d'ailleurs à notre âge c'est peut-être un peu tard pour soulever les scalps de nos vieux pots sans faire de casse !...
        Ta conclusion me va à merveille ... évidemment ... Merci beaucoup, l'ami !

    6
    Vendredi 26 Mai à 21:01

    Le moment le plus émouvant, la nuit tombe sur le rivage. La mer d'encre s'étoile des lampes d'embarcations au loin, paquebots, bateaux de pêche, porte-containers. Tout près, le bruit du ressac inlassable, aveugle. Le cœur se serre, absolument. 

      • Vendredi 26 Mai à 21:06

        Merci pour ce commentaire, merci beaucoup.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :