• Travail d'équipe

    Prologue

     

    Ce n'est pas sans raison, même si je n'en ai conscience qu'à présent, que mon précédent billet parlait de songe. Le mot m'est, nous est sans cesse présent en tête en ce moment, à nous autres théâtreux amateurs qui jouerons ce soir Le Songe d'une nuit d'été du sieur Shakespeare.
    La préparation en a été -en est encore, à l'heure où j'écris en avance ces lignes- difficile, âpre, tendue, stressante. La metteuse en scène a mis la barre (trop) haut pour nous avec ce choix, je pense, surtout avec le trop peu de temps que nous aurons eu, le trop d'irrégularité -même les vieux comme moi travaillent encore et les agendas sont complexes- dans les répétitions et les ajustements. Pas assez peaufiné, le truc.
    Bien sûr que nous ferons tout pour réussir et pour plaire au public. Bien sûr que dans le feu de l'action, l'adrénaline nous donnera une force. Bien sûr que les personnes présentes seront bienveillantes.  Mais MAIS, plus encore que d'hab' une angoisse viscérale me vrille le ventre. Est-ce que, comme à l'ordinaire, elle se calmera au premier pas avancé sur la scène ?
    Je serai Bottom, et Pyrame, et âne, dans cette pièce que je trouve complexe et trop classique à la base, même si la mise en scène, à l'ordinaire de notre prof d'atelier, sera axée sur le burlesque !
    Un jour, il faudra quand même que j'apprenne une respiration qui calme. Ou que j'arrête de jouer...

     

    Travail d'équipe

                                                                                                    © L'oeil du Krop

     

    L'épilogue, un peu plus tard...

    « ProjectionsInterlude »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jeudi 15 Juin à 07:53

    Le théâtre amateur, il faut que cela demeure un loisir, un passe-temps, une expérience agréable.


    Quelle belle photographie !

      • Vendredi 16 Juin à 10:04

        Certes, une expérience agréable, et un loisir, si tu veux, dans la mesure où ce n'est pas professionnel. Un passe-temps, non, car je n'aime pas ce terme : on ne passe pas le temps, on le vit, et fort, même si cette notion de force n'est pas la même pour tout le monde. Et de toute façon, c'est plus que ça, pour moi, le théâtre : j'y cherche, et trouve, parfois, beaucoup de choses qui me sont importantes.
        Merci pour le compliment photo ; une image non faite exprès, et que j'ai retrouvée dans une de mes prises récentes de ma ville un soir, peut-être bien un jour où je revenais d'une répèt', d'ailleurs.

    2
    Jeudi 15 Juin à 08:14

    "Arreter de jouer" !!!!!! Voilà bien une expression à gommer tout de suite de Ton language .....Est-ce que Molière s'est posé la question,lui ? Burlesque ...Elle a dit"Burlesque" !!!! Alors pas d'hésitation ..On monte sur les planches,on y met le feu,aux planches,on s'éclate sur les planches .....On lui en met plein les mirettes et plein les oreilles,au public .......ça va le faire !!!! Allez,Te voilà confortée ...C'est parti !!!!!! Bises,Nik' .

      • Vendredi 16 Juin à 10:05

        Merci pour tes chaleureux encouragements, l'ami, et ton passage ici avec l'aspect positif qui te caractérise. Soulagement et contentement du lendemain : voilà ma réponse ! :-)

    3
    Jeudi 15 Juin à 08:38

    on n'échappe pas au trac ... même les plus "grands" le disent ... je croise les doigts pour que TOUT soit réussi 

    bonne merde 

    amitié .

      • Vendredi 16 Juin à 10:06

        Merci à toi ; ça s'est bien passé : mon corps est apaisé et j'ai la banane !

    4
    Jeudi 15 Juin à 12:57

    Superbe pièce. Bonne première ! Merde !

      • Vendredi 16 Juin à 10:07

        Merci, cher comédien ...  le lendemain, elle était souriante, et mes doutes, c'était beaucoup de bruit pour presque rien  :-)

    5
    Vendredi 16 Juin à 21:16

    Quand je stresse, j'essaie d'appliquer les techniques de respiration "consciente" enseignées par mon Ami en me répétant mentalement jusqu'à l'apaisement (ou l'abandon): "Ma respiration m'éloigne de mes pensées". ;)

    Tous mes applaudissements pour cette représentation Nikole! 

    Et garde ton sourire surtout! :)

      • Vendredi 16 Juin à 23:10

        Mon rôle était rigolo et une fois sur scène, je me suis éclatée.
        Quant au stress, on m' a fait découvrir une huile essentielle : placebo ou pas, j'ai eu l'impression que ça m'aidait.
        Merci à toi. Quant à sourire, je m'y efforce chaque jour !  :-)

    6
    Dimanche 18 Juin à 08:01

    Bonjour NiKole,

    Le doute, le trac, j'ai connu ça, quand j'étais très jeune, lorsqu'il me fallait être sur scène. Aujourd'hui je suis sur une scène, je ne ressens plus rien : je lis des textes qui ne m'appartiennent pas. Mais qu'on ne me demande surtout pas d'avoir à faire un discours, pérorer n'a jamais été mon truc. Je comprends fort bien qu'on puisse se sentir mal à l'aise quand bien même il s'agisse d'un rôle : être acteur n'est jamais simple et les plus grands eux-mêmes éprouvent le trac alors qu'ils donnent l'impression d'être à l'aise. Au fond, il faut savoir passer sur ses peurs de n'être pas à la hauteur, le tout étant déjà de mettre le premier pas sur les planches et le second de se lancer à corps perdu dans la fiction. Je ne doute pas un instant que cette pièce sera un vrai succès, mais ça, tu ne le sauras qu'une fois que la salle applaudira.

      • Dimanche 18 Juin à 10:28

        J'ai douté. À tort, car nous nous en sommes bien tirés, et perso je me suis éclatée, vraiment. Et comme nous avons été bien applaudis, je suppose que ça a plu. Je tire énormément de choses importantes pour moi de mon expérience de théâtre amateur, mais c'est difficile, et chaque année (là, c'était la quatrième) j'ai de plus en plus conscience de mes manques, de ce qui ne va pas ; j'en demande de plus en plus en fait. Avant chaque pièce, j'affirme : "Plus jamais ça !" et après, j'y retourne...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :