• Un instant de pause

     

               L'écume des jours

     

    Un instant de pause

                                                                                                                   L'é©ume du Krop

     

     

    « La vie normaleTout en un »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 22 Mars à 12:21

    Douceur... T'es au bord de la mer? Et hier? Tu racontes?

      • Jeudi 22 Mars à 12:52

        Non, hélas, je ne suis pas au bord de la mer, c'est juste en fermant les yeux...
        Hier ? Oui, je raconterai :-) ... Cette image, c'était juste pour tourner la page et interluder avec ce qui toujours me berce, dans ma tête, quand j'en ai besoin.

    2
    Jeudi 22 Mars à 14:40

    cette image de bord de mer, comme elle me parle ... tant et si fort que dimanche j'y vais pour travailler d'accord, faut bien préparer les vacances de pâques, pour accueillir les petits enfants, qui en rêvent aussi, mais tous les matins, aller me promener ... quel bonheur !

    amitié .

      • Samedi 24 Mars à 15:26

        Comme moi sans doute, cette proximité t'est nécessaire, au moins de temps en temps. je te souhaite plein de bonheur les pieds dans l'eau et de la lumière dans le sourire !

    3
    Patrick
    Jeudi 22 Mars à 18:50

    Après les Mots , .. la Mer

    après les maux , l'amer

    après " Mots de Femmes ",  " Émaux de Mer" ????

    bon il est tard , j'arrête.

      • Samedi 24 Mars à 15:28

        Belle démo de ton talent d'amoureux de la mer et des mots : merci beaucoup !

    4
    Jeudi 22 Mars à 18:55

    Quelle douceur dans ce reflux !

      • Samedi 24 Mars à 15:25

        J'y sens aussi de la douceur.

    5
    Jeudi 22 Mars à 21:23

    je plonge direct

      • Samedi 24 Mars à 15:25

        Et c'est bon, hein !  :-)

    6
    Jeudi 22 Mars à 22:55

    Paix et silence, n'est-ce pas ?

      • Samedi 24 Mars à 15:23

        Oui, complets !

    7
    Vendredi 23 Mars à 10:46

    J'ai la chance de ne pas habiter très loin de la mer, c'est une présence invisible importante pour moi, souvent je vais marcher et rêver au bord de l'eau. Si je m'en éloigne pour une raison quelconque, comme toi aujourd'hui, je ferme les yeux et retrouve instantanément le flux et le reflux... Ah, quelle chance d'habiter sur cette belle planète bleue ! Bises.  brigitte

      • Samedi 24 Mars à 15:24

        Quelle chance tu as ; dans mes rêves, ce sera mon cas un jour ... et si ce n'est pas vrai, ce sera le plus souvent possible, parce que ça m'est -psychologiquement- vital ! Bises et merci !

    8
    Samedi 24 Mars à 11:14
    daniel

    J'aime la mer, les petites vagues qui viennent mourir sur la plage et ce bruit continuel de l'eau qui vient se jeter sur le sable .

      • Samedi 24 Mars à 15:22

        Vous sommes deux (au moins :-) ...) à ressentir cela...

    9
    Samedi 24 Mars à 21:54
    Effacée par la nuit ?
      • Samedi 24 Mars à 22:43

        ... la mer ? ... toujours recommencée ...

    10
    Dimanche 25 Mars à 11:27

    "L'écume des jours".... oh mon cher Boris !.. 

    Je ne lis pratiquement plus, mais ils sont quelques uns, restés dans mon coeur pour toujours... et comme pour toi la mer, le ressac de leurs mots me bercent dans les mauvais moments...

      • Dimanche 25 Mars à 11:40

        Merci, Eva, pour ces mots-. Bonne journée.

    11
    Dimanche 25 Mars à 12:05

    J'ai toujours aimé me promener le long du rivage, en toute quiétude, de grand matin, quand la plage n'est pas envahie par qui que ce soit. Le silence est immense malgré le ressac des vaguelettes chargées d'écume qui viennent caresser le sable. Quelle paix ! Ton cliché me fait me remémorer bien des souvenirs doux et intenses. Au point que je crois entendre ce va-et-vient perpétuel.

      • Dimanche 25 Mars à 12:25

        Comme ça me fait plaisir de lire ça : merci !

    12
    Dimanche 25 Mars à 13:30

    Je n'aime pas ce monde où il n'y a pas assez des larmes de l'océan pour pleurer toutes les injustices et les morts. Le courage est tué et la "tolérance" magnifiée. Un monde de fleurs et de bougies qui pleurent sans jamais remettre rien en question de ce qui est fondamental : la violence sous couvert religieux. Ce jour m'est sans espoir, vague et gris. Et il nous faut fermer les yeux et les oreilles bien fort pour ne pas entendre hurler le cri mondial de l'argent aux mains rouges et du pouvoir qu'il octroie. Couper la tête et les pieds des monstres. Et ne plus ressentir cette rage qui tourne dans nos ventres.

    13
    Dimanche 25 Mars à 16:53

    Je vis entourée de mer, une mer tranquille, que je ne vois pas au quotidien mais à qui je rends visite très régulières. En hiver les plages sont désertes, un plaisir d'écouter le doux bruit des vaguelettes, celui du vent, la découverte d'un coquillage; mais surtout de regarder l'horizon, là où le ciel et la mer ne font qu'un.

    merci.

      • Dimanche 25 Mars à 17:58

        Oh ! ... tu me fais rêver...

    14
    Mercredi 28 Mars à 12:14
    Pastellle

    On a bien besoin de cette paix... La mer me manque aussi. 

      • Mercredi 28 Mars à 12:40

        Comme une mère, en somme...

    15
    Mercredi 28 Mars à 17:16

    Je ne me décide pas à faire un nouveau billet, alors je continue d'écrire ici, comme si j'étais en visite chez moi, et puis, surtout, parce que le titre s'y prête si bien. Je déposerai probablement un petit bestiaire d'avril, mélangé, où les poissons cotoieront les lapins et les béliers, il y a des années où c'est la grande ménagerie-foutoir. Ces temps-ci, j'ai trop de choses écrites à faire en même temps pour m'occuper de ce blog qui pourtant m'est si important. Je ne suis pas allée rendre hommage aux Invalides à un homme qui a donné sa vie pour quelqu'un, quelqu'une, mais j'ai pleuré en y pensant : ça avait peut-être à voir avec son métier, mais rien avec sa religion, c'était surtout un homme bien : l'honnêteté, la bravoure ne sont guère des actes qui paient ; j'ai une infinie sympathie (souffrance avec) pour celles et ceux à qui il va manquer, et je vomis les dieux cracheurs de morts. Je suis une mécréante et je suis pour la vie. Je n'irai pas non plus à la marche blanche pour la vieille femme massacrée par un sale afiste mais mon coeur pleure devant cette diabolique histoire : avoir échappé aux nazis d'hier pour tomber sous les coups du nazisme d'aujourd'hui, celui d'un certain islam (en attendant celui de l'islam ?) Mais le fait que cette dame soit juive ne devrait pas entraîner de querelles politiques indignes : c'est une vieille dame qui a été assassinée, et ça suffit pour s'en plaindre et pleurer avec ses proches ; qu'elle l'ait été parce qu'elle est juive montre la pourriture que peut générer certaines religions : l'extrêmisme de la haine n'a pas de limite. Voilà, je voulais juste évoquer ma peine en pensant à ces deux personnes et j'aimerais qu'elles ne deviennent jamais anonymes, et que pour chaque victime qui tombe (pour toutes les victimes qui tombent) sous ces connards de bourreaux que je hais, on donne leur nom, ici "Arnaud Beltrame", "Mireille Knoll", symboliquement, à une école, parce que c'est bien un des lieux, sinon le seul, par où pourra, pourrait, devra, devrait, CHANGER LE MONDE !

    16
    Jeudi 29 Mars à 16:41

    combien je suis émue par tes mots, j'ai suivi hier la "cérémonie" qui jamais n'aurait dû être si l'amour gagnait la gente humaine, défunte de toutes ces haines générées par "pouvoirs" religieux sur le monde ... mes pensées vont aussi à toutes les victimes de chez nous ou d'ailleurs qui souvent anonymes tombent sous les bombes de l'ignominie ... il y en aura encore malheureusement, mais JAMAIS je ne pourrai m'y habituer !

    amitié athée !

      • Jeudi 29 Mars à 17:36

        Merci♥.

    17
    Samedi 31 Mars à 21:17

    Nikole, tu m'as écrit que tu passais par Tutti Frutti pour te rendre chez moi. Maintenant, tu ne le peux plus. Les blogues inactifs


    attirent des bestioles douteuses. C'est ce qui m'est arrivé depuis quelques jours. Pour éviter que mon ordi en subisse les conséquences,


    j'ai fermé mon compte Ekla et tout ce que j'ai fait là-bas est disparu. C'est dommage, parce que j'y avais beaucoup travaillé. Cependant, ça n'attirait plus profondément personne et tout ça, dans mon esprit, devenait de plus en plus lointain.


    Mon nom là-haut te mènera vers Mario Multicolore.


    En fait, tout ce qu'il me reste d'Ekla, c'est toi !

      • Samedi 31 Mars à 23:18

        Oui, j'ai vu ça tout à l'heure... Bon, dommage mais je ne passerai plus par le vieux chemin. Et dommage pour ce qui s'en est allé ... moi je reste :-) et je viendrai encore ... même si en ce moment j'ai une vie de fou et que je délaisse un peu tout le monde ; désolée et à bientôt (quelle dernière phrase ! ...)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :