• Une armée de rêveurs

     

    Quiétudes

     

    Longtemps je me suis couché de bonne heure, racontait le petit Marcel. À son inverse, je crois, bien des travailleurs se couchent tard, alors forcément, un petit bout de somme le matin, pour prolonger, un petit bout de somme le soir, pour récupérer, ou pouvoir tenir encore un peu en rentrant chez soi avant de foncer au lit. Je généralise, je généralise, bien sûr. Chaque vie est différente, mais ceux qui travaillent à Paris et autour, qui banlieusent surtout, qui passent tant de temps dans les transports en commun (avec tout ce que peut sous-entendre de négatif ce po(r)t commun) sont forcément en sous-sommeil, comment pourrait-il en être autrement ?
    Je trouve les êtres humains très résistants, pour ce que j'en vois. Longtemps, je vous ai montrés des endormis, qui sans doute ne s'étaient pas couchés de bonne heure ; je réitère, certains sujets (me) sont récurrents. Et je trouve, finalement, bien souvent, que les gens que je fixe, quelque fatigués qu'ils soient, montrent dans leur attitude, leur visage, hormis la beauté que toujours je leur trouve, une certaine quiétude, ce dont je me réjouis.

     

    Une armée de rêveurs

     

     

    Une armée de rêveurs

     

    Une armée de rêveurs

     

     

    Les gens qui travaillent -si difficilement, humainement, parfois, souvent, de plus en plus, c'est peut-être pour ça que je parlais de la résistance des corps- sont des héros du quotidien, et quand je les vois, ainsi, somnoler, se reposer, s'abandonner, j'espère, je souhaite, chaque fois, que  ces instants-là, comme dans les vraies nuits, les conduisent sur des chemins de rêves, de ceux qui reposent l'âme, et irisent le gris ; c'est pour ça que j'ai choisi cette chanson-là, à cause du titre, avec, une fois encore, la voix de Kate, qui prête à rêver ...

     

    (Une photo de même nature sur le site Aminus où chaque jour je poste une photo : ce jour, un dormeur, ICI)

     

    « Idées brèvesEt son contraire »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 06:45

    Le second est tout à fait éveillé, sans le désirer.


    J'adore voir arriver tes articles, au début de ma nuit, en pensant que tu les prépares très tôt le matin, à une heure où je serais incapable d'en faire autant. (Il y a six heures de différence entre le Québec et chez toi. Tu dois soustraire six de ton temps pour savoir l'heure de chez moi).


    Excellent texte ! Bravo et toutes ces choses.

      • Vendredi 25 Novembre 2016 à 17:28

        Bien agréable de découvrir ton commentaire en ouvrant mon ordi, Mario, merci, et pour ton passage, et pour ton compliment !
        Désolée de te décevoir, mais, même si je me lève tôt, je fais mes articles à l'avance, et les programme !
        Quant aux fuseaux horaires, bien que le sachant, je suis tellement rétive à ce genre de trucs que je ne me souviens jamais !
        Il est, voyons, fin de matinée chez toi alors ... euh, bonne journée !  :-)

    2
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 07:32

    Article très proche de la vérité ...mon fiston comptabilise plus de deux heures de transport (quand tout va bien) pour aller travailler. Il n'a jamais autant lu de sa vie....

    Bises de Mireille du Sablon

     

      • Vendredi 25 Novembre 2016 à 17:32

        Ma vérité à moi c'est trois heures de transport (quand il n'y a pas de problème bien sûr) MAIS je "choisis" les horaires, quand je peux, hors de grande affluence, et je travaille beaucoup chez moi, sans quoi je crois bien que je deviendrais folle ou que j'assassinerais quelqu'un ! C'est vrai que je lis, je photographie, je travaille, j'apprends les rôles de théâtre : tout sert à quelque chose, mais au-delà d'une certaine dose, franchement, je plains certains comPA(t)RIS(o)tes. Bises et merci.

    3
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 07:47

    c'est désormais ainsi que les hommes vivent quand ils peuvent "jouir" d'un transport en commun, une aire de repos s'offre à eux ... quant aux nombreux autres qui se tapent les bouchons aux longueurs monotones ils ne  le peuvent ...

    Il m'arrive rarement (mais parfois) de partager aux heures de pointe un train avec eux, tout comme toi, j'aime à les regarder discrètement et m'imaginer les romans de leur vie ...

    amitié . 

      • Vendredi 25 Novembre 2016 à 17:34

        J'essaie d'imaginer aussi leur vie l'hiver quand le train longe les zones habitées aux fenêtres éclairées ... certes ça va trop vite mais on devine tant de choses du quotidien ... j'adore !  Amitiés.

    4
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 08:16

    L'apaisement tandis que le train roule pour nous et nous rapproche de ce qui viendra dissoudre cet apaisement. La roue tourne.

      • Vendredi 25 Novembre 2016 à 17:35

        J'aime bien tes mots, Thierry ! Merci.

    5
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 19:47

    "Elle court elle court la banlieue"... C'était un film de 1973... J'aimerais bien le revoir à nouveau...

    La vie du banlieusard n'est pas rose en ce qui concerne les temps de trajet pour eller au boulot et rentrer...

    Je rêve d'un monde où les transports en commun seraient à l'heure...

    Vive le télétravail... Quand on peut...

    sleep

      • Vendredi 25 Novembre 2016 à 20:04

        J'ai conscience d'être une privilégiée. J'ai conscience des petits et grands privilèges de la vie, fût-ce, en premier lieu, celui d'être en vie. Bonne soirée. Bises.

    6
    Dimanche 27 Novembre 2016 à 11:16

    S'écrouler à cause de trop fatigue, un mal bien courant. Je ne m'abandonne jamais au somme quand je circule, j'aurais trop peut de louper l'arrêt. Et j'ai cessé de lire : je me plonge tellement dans l'intrigue qu'il m'est arrivé d'aller au bout de la ligne.

    Rêvent-ils quand ils ferment les yeux ? Ou ne font-ils qu'une pause visuelle ? En tout cas leurs paupières sont trop lourdes pour ne pas se fermer. Ils grappillent ainsi hors-champ visuel quelques minutes dont eux seuls savent le secret. Oui, c'est un peu l'oubli de tout ce qui est autour, une sorte de vase clos qui échappe à la réalité.

    Dis-moi, tes deux derniers articles sont injoignables : les aurais-tu supprimés ?

      • Dimanche 27 Novembre 2016 à 12:18

        Merci beaucoup pour tes commentaires, que j'ai toujours beaucoup de plaisir à découvrir et à lire.
        Les deux précédents billets sont Idées brèves et Georges et Léonard : je n'ai rien supprimé ... Mais j'ai beaucoup cafouillé dans les dates de deux articles à venir que j'ai préparés, et je pense qu'ils ont pu apparaître quelques minutes (je les ai fait rapidement disparaître, car heureusement je m'en suis vite aperçue). Je suppose qu'il s'agit de cela : je n'ai pas compris (et ne cherche pas à comprendre) le fonctionnement de ce site...
        Il faut lire quand même ... et demander à quelqu'un, par exemple, de faire signe à la bonne station :-) J'ai déjà dépassé ma station moi aussi, mais heureusement pas de beaucoup. Bah, j'ai fait pire, je suis allée dans un RER qui allait dans une mauvaise direction sans même vérifier, et perdu ainsi beaucoup de temps parce que pour rebrousser chemin il y avait eu de gros problèmes techniques dans l'intervalle ... Je préfère sourire de tout ça.
        Bon dimanche !

    7
    Jeudi 1er Décembre 2016 à 16:08

    Mon boulot se trouve à 12 bornes de mon domicile. Un trajet d'environ 10 minutes...pour un réveil à peine une demie heure plus tôt. Tu te doutes combien mes matins sont douloureux? C'est bien pire que ça.

    J'admire ceux qui peuvent, je plains ceux qui n'ont pas le choix... J'imagine même pas la maltraitance que ça serait pour moi de m'immerger dans la marée humaine dès le matin. 

     

    Si c'était le cas, je serais assise à la place de celle qui pleure sans regarder personne... ;)

      • Mercredi 14 Décembre 2016 à 19:06

        On vient de changer de direction ; jusque là j'avais beaucoup de souplesse permise ... je crains que mes dernières années de travail ne soient plus arides ... soit je pleurerai, soit je me mettrai en colère : on verra ...

    8
    Mercredi 14 Décembre 2016 à 18:55

    très fort le ressenti devant ces photos, merci

      • Mercredi 14 Décembre 2016 à 19:04

        Oui ? Merci !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :