• Entre deux

                                    Déjouer

     

     

    Entre deux

                            

     

                                                                           © L'oeil du Krop

     


    Florent Marchet et Gaétan Roussel, Des hauts des bas
    (Il semble que ça ne fonctionne pas ... je ne comprends pas ... je laisse quand même ... sinon, c'est aussi ICI)

     

    Quand tout prend valeur de symbole,  les chansons, les affiches, les silences et les paroles. Quand on est désabusé à l'avance, quoi qu'il se passera, qu'au mieux ce sera le vide, au pire la guerre. Quand on se dit lâchement qu'on a eu la chance d'avoir notre âge quand on était jeune. Quand on ne croit plus à rien, au moins pour un temps. Qu'on n'a plus envie de se battre. Qu'on est las. Terriblement las. Qu'on espère que ça changera. Un jour. Mais qu'intimement, on est persuadé du contraire. Quand on se dit que ces cons-là, ils parviendraient à entamer la force vitale énorme qu'on pensait avoir en soi ! Quand on a cette image étrange en tête d'un funambule marchant sur un fil alors que s'abattent sur lui des trombes d'eau...

    « MémoiresLe lendemain »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Mai à 20:38
    Il m'arrive aussi d'être découragée par les tournures de la vie, de ne plus rien comprendre au comportement de mes semblables ... puis je me reprend à vouloir espérer encore et encore ...
    Amitié
      • Samedi 6 Mai à 16:13

        Comme je le dis régulièrement, selon le proverbe : "l'espoir est ce qui meurt en dernier"... Amitiés.

    2
    Vendredi 5 Mai à 09:29

    je préfère me concentrer sur cette sublime photo, esthétiquement. Pardon d'être accrochée à ce en quoi je crois, la beauté. 

      • Samedi 6 Mai à 16:12

        Tu as bien raisons : certaines beautés nous aident, à défaut de nous sauver.
        (Et merci pour le compliment, même si je n'ai fait que cueillir cette image).

    3
    Vendredi 5 Mai à 11:39

    j'adore Florent Marchet, artiste engagé et créatif

      • Samedi 6 Mai à 16:10

        Je le connais peu, mais j'aime bien.

    4
    Vendredi 5 Mai à 12:26

    On est lasses en effet comme des jouets délaissés ou trop agités. Wait and see.

      • Samedi 6 Mai à 16:09

        Lassitude ... c'est le terme.

    5
    Vendredi 5 Mai à 20:40

    Moi je continue de regarder l'océan pour maintenir mon équilibre sur le fil...

     

      • Samedi 6 Mai à 16:08

        Dans cette "configuration"-là, on n'est jamais déçu !

    6
    Lundi 8 Mai à 09:17

    Qui ne connaît pas de ces moments où tout est flou, irréel, mal venu, désespérant ? Tu as écrit là un morceau de cette part en nous qu'on voudrait n'avoir pas connue. C'est triste, nostalgique et pourtant, il reste tout de même, tout au fond, une petite lueur qui permet de sortir la têt du trou. On en sort toujours.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :