•  

    Autres langages

     

    Le stage

      À quel moment bascule-t-on de la volonté du repli à celle du besoin de se montrer ... se montrer à travers des mots, encore et toujours ... Quel est le déclic qui fait que l'on veut habiter un texte, l'incarner ?
    Est-ce parce qu'on supporte assez son corps, qu'on ne le voit pas, plus comme un ennemi, qu'on accepte d'en jouer, ou parce qu'on est devenu assez bien dans sa tête, pour que le corps puisse devenir un support simple?
    Je ne sais pas. J'ai fait du théâtre très tard, j'ai tout fait très tard dans ma vie, je suis une personne lente, ou tout au moins j'ai besoin de lenteur, de maturation, pour évoluer dans certains domaines. Il serait temps, à mon âge, certes, mais même si ce n'est pas religieux, je pense de plus en plus que tout, TOUT, a un sens ... même si, évidemment, j'ignore lequel ...
    Tout ça, je me le pensais à l'idée de faire ce stage de théâtre un week-end passé, avec le groupe de notre cours, dans son entier. Hors la ville, hors tout court. Comme une parenthèse. Une vraie. Je parviens à vivre en cases étanches dans ma vie : ça facilite le vécu de certaines situations, ça empêche la résolution d'autres ; on fait comme on peut avec ce qu'on naît, ce qu'on est, ce qu'on n'est ...

     C'était mon premier exercice du genre : impros ; travailler le corps, visage neutre ; travailler le regard, presque seulement lui, et juste quelques gestes essentiels. On s'investit, naturellement, et bien plus qu'on ne l'imagine sur le moment. Le lendemain, j'étais lessivée, et je me suis demandée si j'étais la seule... non, c'est normal... et je ne sais pourquoi ... parce que dans la vraie vie aussi, on s'investit beaucoup, et souvent. Je reste candide. Il est vrai que je ne me pose pas de questions. Je vis cette expérience du jeu et de la vérité parce que j'en ai besoin, mais je ne sais pas pourquoi ni de quoi ... oui ça m'apporte quelque chose, mais j'ignore quoi.

    On regarde. On écoute. On rit. On pleure. On sent, les yeux fermés, des présences. On transpose. On invente. On décale. On se rappelle. On joue. On ne joue pas. On est seul. On est ensemble ...

     

    Le stage

    (Vous êtes sur un quai ... un bateau part ... il emporte une personne qui compte ... vous savez que vous ne la reverrez plus jamais)

    Les sentiments, les ressentis, les exercices ... tout s'additionne ... journée en pleins et en déliés.

    Le stageLe stageLe stage

     

     

     

     

     

    En silences et en rires. Vie de groupe. Partages.

     

    Le stage

    © l'Oeil du Krop ...  photos prises à la volée ... cliquez dessus si vous voulez vous approcher...

     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires