•  

    Fiction

    La vie chaloupait... houle permanente des existences, allers et venues entre rires et larmes, quête perenne de sens, voyage immobile et si lointain, pourtant, entre l'épuisante fatigue et l'énergie claire, vorace mais si futile alors dans un corps affaibli, un cerveau sans souvenirs et un cœur sans attaches.
    La vie le chaloupait, qui les soirs bleus d'ivresse, de plus en plus longtemps et de plus en plus mal, le faisait se tenir aux murs qu'il rencontrait, bras tendus, somnambule en goguette les yeux fermés sur des rêves ensevelis.
    Le passé, peut-être, s'était chaloupé, avait rompu les digues de sa poitrine meurtrie, toutes marées dehors, à ce moment précis, cloué au pilori, de la porte fermée, quand elle était partie.

     


    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires