• Les privilèges

     

     

     Les privilègesLes privilèges

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les privilègesLes privilèges

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les privilègesLes privilèges

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     En une fraction de seconde, tout a été plongé dans le noir. Moment de flou et d'hébétude. En consultant le tableau, rien n'avait disjoncté ! On n'est pas habitué à l'inattendu domestique. Le confort du quotidien -l'eau, l'électricité- sont tellement à notre portée qu'on oublie comment c'est quand on est soudainement confronté à son absence, même peu de temps. Après quelques coups de fil -nous ne sommes que deux à téléphoner et à nous inquiéter dans le hall !- nous apprenons que des avaries électriques se sont faites jour dans un secteur de notre commune. Que des équipes en place s'efforcent de réparer au plus vite. Je vais sur la terrasse. Il n'y a plus de feux de signalisation, même si des lumières sont encore présentes, ne serait-ce que le métro qui file en damier mouvant. L'appartement est si obscur ! Ma fille est allée chercher des petites fausses bougies colorées. Sur la terrasse j'écoute le silence et la semi-obscurité. Je me demande ce que font, disent les voisins. Un ou deux sont penchés vers dehors avec leur joujou-phone. Je mesure le temps arrêté. Ce serait presque agréable si ça ne durait pas. J'habite ce moment comme un de ceux, tranquilles, hors du temps, qui n'arrivent jamais. Le bonheur est dans l'inattendu (Jean D'O). Sans aller jusque là, vingt minutes vécues de prise de conscience des privilèges de la vie moderne ; vingt minutes d'attente, de presque-méditation, sans danger, sans débordement. Nuit calme.

     

    « InterludeAttraper ... »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Août à 18:47

    Réaction universelle, sans doute. Ce type de panne arrive une ou deux fois par année, au Québec, surtout en hiver. Dans ce dernier cas, la panne a lieu la nuit. Plus d'électricité pendant la nuit, je t'assure que c'est très noir! J'ai à ma portée une petite lampe de poche et une chandelle. La plupart du temps, j'écoute de la musique avec  mon baladeur. Quand ce n'est pas en hiver, je sors, car le paysage familier devient tout autre, un peu étrange et mystérieux.

      • Mercredi 28 Août à 18:54

        Oui, je veux bien  le croire : étrange et mystérieux ... et cela doit être bien. Merci à toi.

    2
    Mercredi 28 Août à 21:11

    c'est très rare chez nous d'avoir ce genre de panne, mais je te parle du temps où nos "gamins" étaient encore au bercail, c'est te dire ... où toute la soirée nous fûmes plongés dans ce noir étranger à nos habitudes tellement éclairées ... nous avons aussi allumé des bougies, saisi un recueil de poèmes de Lovecraft et ainsi avons-nous "pénétré" les ténèbres  ...

    amitié .

      • Mercredi 28 Août à 21:36

        Lovecraft à la bougie ... curieusement ça me fait sourire ; c'est la première fois qu'une telle panne a lieu chez moi ! Amitiés.

    3
    Mercredi 28 Août à 22:57

    Je me souviens, quand j'étais gamine, ça arrivait, pas si souvent, mais quand même... ma mère allumait les bougies, la lampe à pétrole, j'adorais ça. Tout devenait différent, prenait une autre couleur. Les lumières étaient chaudes, n'éclairaient qu'un cercle restreint, chaque pièce devenait à la fois plus secrète et plus intime. Peut-être mon goût pour les clair-obscurs, les crépuscules, les aubes naissantes me vient-il de là... Qui sait?

    Tes photos ont cette atmosphère chaude et un peu magique qui a marqué mon souvenir. ((( sauf qu'à l'époque je ne pensais pas au confort moderne, trop petite j'étais)))

    Heureuse de retrouver ta poésie illuminant le quotidien ♥

      • Mercredi 28 Août à 23:12

        Comme je le dis de temps en temps, j'aime raviver  -c'est le cas de le dire- la flamme des souvenirs chez qui me lit, alors merci. Et merci aussi pour tes mots toujours si doux. Et chauds, eux aussi. Baisers♥

    4
    Jeudi 29 Août à 07:43

    Les coupures de courant... Rares, mais fort embêtantes : il faut s'adapter, retrouver des gestes oubliés, exhumer les bougies... Et vivre dans un autrefois qu'on n'a pas forcément connu. On n'imagine pas la difficulté qui nous prive de ce confort qu'on apprécie sans saisir l'importance d'en disposer. Nous avons vécu trois jours sans électricité (à cause d'un incident gazier dans le quartier) en plein hiver. Brrr... Cela n'avait rien de romantique : pas d'eau chaude, pas de chauffage, pas moyen de cuisiner, bref, une cata ordinaire mais qui fait apprécier le confort quand on le retrouve. On n'avait même pas la consolation de voir plus loin que le bout de son nez et encore moins de discerner des lieux éclairés. Nuit totale. Encre vespérale quelque peu angoissante pour qui craint l'obscurité. Et l'hiver, le jour décline très tôt... J'ai découvert, grâce à cette coupure prolongée, que je ne disposais pas de bougies... ni même d'une lampe électrique.

    Merci pour ces photos qui font découvrir que l'ombre est vraiment opposée à la lumière et sait se faire apprécier quand on se la rapproprie.

      • Vendredi 30 Août à 07:02

        Quel beau commentaire, une fois de plus, et pour ces souvenirs, toujours touchants à lire. Merci !!

    5
    Jeudi 29 Août à 08:46

    Beaucoup de caractères ces images et ce texte. Bravo.

      • Vendredi 30 Août à 06:59

        Merci !

    6
    patrick
    Jeudi 29 Août à 15:17

    des gestes oubliés , des gestes oubliés .. oui, sans doute, mais  on n'a pas 150 ans non plus sarcastic

    ça nous rappelle la patience , la dépendance, l'assujettissement au modernisme.

    ça soulage aussi, dans ces moments là, quand on est chez soi, devant une TV vide , un ordi muet et aveugle, de penser qu'on s'en sort bien , car on aurait pu être dans l’ascenseur .

      • Vendredi 30 Août à 07:01

        Depuis presque quinze ans que j'habite ici, ça ne m'était pas arrivé.
        Il est bon de se rappeler ce que tu dis, 'fectivement, et argggh, dans l'ascenseur, oui, j'eusse paniqué !

    7
    Samedi 31 Août à 00:10

    Petit moment magique que tu nous contes bien...

      • Vendredi 6 Septembre à 23:11

        Merci Clémence !

    8
    Dimanche 1er Septembre à 22:05

     ça m'est arrivé en juin deux heures durant, comme un grand silence dans la ville, juste les bougies

    ça m'a plu...

      • Vendredi 6 Septembre à 23:11

        En effet, ça peut l'être ...

    9
    piedsboueux
    Mardi 3 Septembre à 19:48

    Enfin des conditions (presque) bonnes pour voir les étoiles, la voie lactée...

      • Vendredi 6 Septembre à 23:10

        Judicieux !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :