• Fiction

     

    L'effrontée

     

    Fiction

     

    Des voix tremblent sur les murs. Tais-toi, terreur, mais tais-toi ! En retrait, presque cambrée en arrière, j’avance un pied glacé au bord du carrelage clair. Des halos ondulent sur ma peau. Raideurs. Sueurs. J’ai peur.

                                                                         -----------------

    File indienne, en avant, même la dernière tu n’échapperas pas au sacrifice. Encore un pas et ça cogne ; tu imagines un gros cœur rouge sur des jambes grêles et tu te mets à rire ou à pleurer, tu ne sais pas. Quand on te pousse, ton talon érafle le bord.

                                                                          -----------------

    Mourir. Corps puits liquide. Gestes flous blancs, cris voix hagarde, quelle idée de parler dans l’eau ! Hoqueter mourir cracher tomber encore. Et vingt paires d’yeux soudain, mi-rigolards mi-compatissants.

                                                                            -----------------

    Il consent à me revoir quelques heures pendant ma convalescence de lui. J’ai mis des bijoux tu vois je ne suis pas seule. Un maillot bariolé mais non je ne suis pas pâle. Je pose un doigt sur son bras, j’avais oublié, déjà, la texture de ta peau. Et je cours vers l’eau et jette mes larmes, ne plus penser, dans les reflets, vertiges, le silence bleu. La nuit noire. Sourde, muette, aveugle. Oubliée.

     

    « InterludeSouhaits printemps »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Mars à 07:13

    même quand les mots s'y essayent, peut-on ressentir la souffrance endurée ?

    amitié .

      • Lundi 25 Mars à 13:11

        Je ne sais pas, Marie-Claude, je ne sais pas. Amitiés.

    2
    Lundi 25 Mars à 07:51

    Tout a l'air pourtant si propre dans l'eau chlorée...

      • Lundi 25 Mars à 13:11

        Il ne faut pas toujours se fier aux apparences.

    3
    Lundi 25 Mars à 11:06

    Un texte étrange qu'il faut lire avec beaucoup d'attention. Tu as tenté de faire ressentir ce qu'est la peur au ventre et c'est réussi : les phrases sont hachées, courtes, lancinantes. S'agit-il de la peur de l'eau ? Ou bien d'une peur indicible ? En tout cas, pour moi qui n'aime pas l'eau, qu'elle soit bleu en piscine, noire dans les étangs et remuante en bord de mer ou sur un bateau, tu as su exprimer quelque chose que l'on ressent ou peut ressentir quand on n'est plus sûr de soi et qu'on a l'impression de se noyer.

      • Lundi 25 Mars à 13:15

        L'eau me fascine, et en même temps j'en ai peur, dans certains cas. La peur de perdre le contrôle, probablement, de ne pas réussir à échapper au vertige, à tous les vertiges. Comme tu le dis si bien, le sentiment de noyade n'est pas inhérent à l'eau ; en l'occurrence, dans ce texte, il peut être aussi un symbole, on y lit et comprend ce qu'on veut. Merci beaucoup.

    4
    patrick
    Lundi 25 Mars à 16:20

    Encore un beau texte ( très beau .. ) ....on jurerait que tu es vraiment en train de vivre cette terreur.

    Et si c'était le cas, tu as sublimement réussi  à le transmettre.

    La mise en mots de tels instants est si difficile , si compliquée ....pour restituer ces fragments de secondes , sur le fil d'un rasoir tellement vécu, tellement présent , tellement Là , que le souffle en est coupé , qu'il faut un talent monstre pour l'écrire.

      • Lundi 25 Mars à 19:37

        Quel éloge d'écriture : merci beaucoup cher Patrick.
        (Le titre vient du film ainsi titré, où dans une scène l'ado est terrorisée par l'eau. Comme je le dis dans la réponse au com précédent, l'eau peut être un vertige, et enfant je fus terrorisée comme elle ...) Ce qui ne m'empêche pas de l'aimer, l'eau, car nous sommes des êtres de paradoxes. Mais ce vide ! Ces profondeurs ! Cet étranglement potentiel du souffle !
        Je t'embrasse.

    5
    Lundi 25 Mars à 20:10

    Un "beau" texte "inquiétant", heureusement titré "fiction", mais on sait bien que la fiction trouve toujours ses racines ...

    Cette photo (et le texte) me fait aussi penser à la superbe chanson d'Adjani (Gainsbourg)

    Bonne soirée.

     

      • Lundi 25 Mars à 20:39

        Je me doutais bien que quelqu'un évoquerait Adjani et le fond de la piscine ... :-)
        Merci pour le compliment. Quant à la fiction, il y aurait tant à dire ... que c'est un puits sans fond ...
        Bonne soirée.

    6
    Mardi 26 Mars à 08:04

    Bonne composition graphique à la Vasarely.

      • Mardi 26 Mars à 19:58

        C'est vrai ! Mais ça ne m'était pas venu à l'idée ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :