• Les yeux fermés

     

    Surfaces

     

     

    Les yeux fermés

     

     

    Souvent, quand je me mets, en enfilade, à évoquer des lieux d'avenir inventés, des temps d'avenir  après que et quand il y aura eu, il me dit que je rêve ... toujours je lui réponds que le rêve est gratuit et que cet or-là, j'y ai droit autant que je veux ... que ça ne fait pas mal, pas à moi en tout cas. Chacun ses pays. Les miens auront surtout été imaginaires. Un vieux réflexe hérité de l'enfance. Une projection sans borne. Une survie peut-être ... ce vieux truc de l'espoir qui meurt en dernier. Épi d'abord, je commence toujours par : Si d'ici là on n'est pas morts..., ce qui est bien un gage de réalité, pas vrai ? Rêver, ce ne serait pas, juste, qu'on s'imagine l'immortalité, cette invention de tous les possibles ? La mort n'est-elle pas après tout seulement un éternel sommeil sans images ?

      

     


    Graham Nash, Encore (et en vidéo, c'est encore mieux) 

     

     

    « Le cœur qui lâcheArpèges »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 22 Février à 07:43

    j'aime cette idée du rêve en tant que source d'or inépuisable ... tant que l'on vit tous les rêves sont possibles ... ils aident tant à vivre !

    la mort, je ne la crains pas, je sais que chaque jour qui passe m'en rapproche, et ce depuis mon premier cri ... mais rêver de rester debout jusqu'au bout le cerveau éveillé me procure une richesse de vitalité immense !

    amitié et longue vie !

      • Jeudi 22 Février à 16:32

        La "richesse de vitalité", soit ! Autant que faire se peut. Et avec reconnaissance pour les mêmes choses que celles que tu évoques. Mais comment fais-tu pour ne pas craindre la mort qui moi, me terrifie parfois. Et dont je ne supporte l'idée que dans de grands élans de beauté de la nature. Devant l'océan. Merci pour tes doux souhaits, que je te renvoie avec amitié.

    2
    Jeudi 22 Février à 08:03

    Sans fin, une richesseà nous qui se renouvelle avec ce que l'on vit. Ça me parle tout ça !

      • Jeudi 22 Février à 16:29

        J'aime bien te parler ; merci Thierry.

    3
    Jeudi 22 Février à 16:26

    cette photo!!!! j'aime

      • Jeudi 22 Février à 16:28

        C'est vrai ? Tu me fais plaisir. Merci.

    4
    Jeudi 22 Février à 19:05

    Tout à coup, tu me fais penser à ce type bizarre, qu'on pensait être un peu fou, à qui on a fait passer un tas d'encéphalogrammes... à qui on plantait sans relâche des électrodes sur le crâne... pour finir par diagnostiquer... RIEN sauf une activité cérébrale supérieure à la moyenne... Voilà ! ça n'arrêtait jamais !..

    PS : à mon avis, même morte, je pense que tu continueras à inventer des "après que" et des "quand il y aura eu"... tu continueras à photographier et photographier encore et encore...

      • Vendredi 23 Février à 15:36

        Quel drôle de commentaire ! j'en ris ! Et t'embrasse pour ce que j'y sens de tendresse ; merci !

    5
    Jeudi 22 Février à 20:44

    Ce vieux truc de l'espoir qui meurt en dernier ; l'immortalité, cette invention de tous les possibles ; la mort, un éternel sommeil sans images. Trois phrases, trois évidences. Tu résumes parfaitement ce que nous sommes tous amenés à penser, à poser, à vivre. Merci pour ces mots qui me font chaud au cœur.

      • Vendredi 23 Février à 15:40

        Quel plaisir de (te) faire chaud au cœur ... ce qu'il y a d'agréable, aussi, c'est que la chaleur de tes mots me font du bien, en retour ; merci à toi.

    6
    Vendredi 23 Février à 15:08

    Encore Graham Nash ! Toujours Graham Nash ! Jamais Mario !

      • Vendredi 23 Février à 15:33

        Chante, Mario, on verra après ! :-)

    7
    Patrick
    Vendredi 23 Février à 17:11

    je dois l' avouer , qu'aussi tentant , voire enthousiasmant, que  soit ton billet , je suis dans l'incapacité la plus absolue de voir ou imaginer la mort autrement que "comme une chose impossible " , comme disait la Grande Ringer .

    je la redoute , elle m’effraie et je la hais ,

    Car d'une part , comme disait Fugain , quand on était jeunes : " je n'aurai pas le temps , de tout faire ..."

    et en plus , même avec la plus infime estime de soi , on peut aussi imaginer laisser un vide qui fera mal , a ceux qu'on aime .... quel charmant programme ....

    Non décidément , la Mort, c'est dégueulasse, je ne peux pas m'y faire .

      • Vendredi 23 Février à 18:17

        Et tu crois que je peux m'y faire, moi ? Mais il faut bien faire quelque chose en face de ça. Tenter, en tout cas. Mais je comprends complètement. Haut les cœurs camarade, pour l'instant nous sommes encore bien vivants. Assez vivants pour avoir l'heur d'en parler. Peut-être faut-il se dire que nous mourrons dans un sommeil sans rêve, et qu'alors on ne s'apercevra de rien, ni de notre absence, ni du chagrin des autres. Je sais, tout ça, ce sont des mots. Mais s'il est une chose, dans la vie, à laquelle il faut bien se résigner, c'est celle de l'insondable baiser avec le vertigineux néant. Avant notre naissance, souffrions-nous du néant ? On retourne à l'avant-naissance. Oui, tout ça, ce sont des mots, je te l'accorde, et j'admire vraiment les personnes pour lesquelles cela n'est pas vraiment un problème. Et puis je me dis un truc important, plus on aura peur, plus nos proches souffriront par ricochet de cette peur, enfin c'est comme ça que je vois la chose, alors oui, j'ai la trouille mais déjà je n'y suis pas forcément encore, et j'aurai peut-être la chance, oui, la chance, de mourir comme j'aime -mes éternels rêves- face à l'océan, et dans les bras de mon amour. Et ça, vois-tu, ça m'aide. Beaucoup !

    8
    Dimanche 25 Février à 16:22

    Au fond, ce que nous sommes incapables d'imaginer, de rêver, c'est notre propre absence au monde... Et pourtant... Tout ce qui a été avant nous sera après. Entre ces deux absences, nous avons la vie, et nos rêves.

    Baiser affectueux

      • Lundi 26 Février à 18:46

        Mais oui, c'est ça, et ce peut être une sensation douloureuse ... on se doit de tenter de la surmonter. Merci d'être repassée. Baisers.

    9
    Samedi 17 Mars à 15:46
    Annick SB

    Bonjour ,

    Je comprends votre texte, vos interrogations même si personnellement, je vois la mort très différemment ...

    Je la vois comme un éternel repos plein d'images et de lumière, de douceur et de merveilles ... oui, un repos doux et coloré...

      • Samedi 17 Mars à 16:22

        J'aimerais tant la voir ainsi... Et je vous envie ! Amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :